Towards a New Social History of Sudan – Conference Call for Paper (English-French)

http://imaf.cnrs.fr/IMG/pdf/conference_presentation_18.9_jnb.pdf

Location: IMAF/Paris 1, Paris Pantheon SorbonneOrganised by: IMAF/CEDEJ Khartoum/Paris 1/CNRS Date: 10-11-12 December 2019

Presentation

The historiography of modern and contemporary Sudan has been shaped by its political history. Indeed, historians have often been called upon to respond to contemporary crises – civil wars, regime changes, international conflicts – often according to criteria of urgency, at the risk of falling into a certain presentism. In this context, social history, which often requires a slower and punctilious form of research, which does not produce ready-made solutions to the multiple crises in the country, and which put at the centre stage the lives of “ordinary people” (Bayat 2013), has struggled to assert itself on the academic scene. An obvious example of this pattern is the scarcity of academic works on the history of Sudanese women, with the exception of the controversial issue of female genital mutilation. In spite of some recent publications (Brown 2017), in-depth research on themes such as women and arts, the history of women as a changing labour force, the history of the family and its margins, and so on, is still waiting to be carried out by historians.

This conference, which is also a research program, aims to put “ordinary people”, women and men, back at the center of Sudan’s modern and contemporary history. From the outset, we wish to emphasize that the term “ordinary people” should neither hide nor flatten the teeming complexity of Sudanese society – used heuristically in the context of social history, it refers to individuals, groups, and social classes whose history is seldom visible or investigated, and who cannot be assimilated to the elites who dominate the country’s political and economic life. We also wish to consider all the dimensions related to the history of “exceptionally normal” people (according to the famous catchwords by one of the main advocates of micro-history, Eduardo Grendi 1977): their daily lives, beliefs, horizons and desires, their interconnections and circulations, while never forgetting the diversity of the various actors, be it related to their social class or their origin. Micro-history is not restricted to European history, and has inspired many studies in both Middle Eastern and African history (for instance in South African historiography). It has also several elements of affinity with non-Europeans historiographic trends such as the Subaltern Studies. In spite of their acknowledged differences, we believe that the crossing of such approaches can lead to new insights into the history of grassroots actors. Finally, social history has traditionally relied on a heterogeneity of disciplines. Thus, we wish that this conference may be enriched by the inputs of sister disciplines such as historical sociology, anthropology, gender studies, micro-history of economics, demography, and so on.

Taking the social history of “ordinary people”, including those of the marginalized peripheries, as a starting point for historical research opens up new perspectives, not only on the political history of the country, but also on the changes, breaks and crises that the country has gone through. This

1

includes the understanding of great popular revolutionary episodes that have been pivotal for its history, such as the one that has been taking place since December 2018 and brought the end of Omar al-Bashir’s regime (1989-2019).

The historiographical gap we have just described, however, does not mean the absence of historians’ interest for social history. The problem is rather the scarcity of opportunities to induce synergies among them, to meet and debate with each-other approaches and methodological differences, and to discuss about future developments. One of the main objectives of this conference is thus to give historians of Sudanese society a venue to meet and discuss. This will, hopefully, give more visibility and impact to social history in all its variations.

The conference will take place in Paris, at the University of Paris 1, Panthéon-Sorbonne, on the 10,11, and 12 December 2019. Each day will be introduced by a keynote speaker. Contributions on the following themes, from the perspective of social history, are particularly welcome :

  • –  women’s history (possible themes: history of women’s work, the history of women and arts, the history of the family and its margins).

  • –  labour history (such as: the history of trade unions, the history of the changing working conditions, left-wing cultures).

  • –  the history of mobilizations (grassroots mobilizations, the history of how ordinary people experience politics, the gendering of politics, etc.).

  • –  Historiography and the construction of historical knowledge.

  • –  Intellectual history “from below”.

    Scholarships will be available to cover the travel costs for two or three Master or PhD students traveling from Sudan. Students from Sudan should contact us well in advance for settling all issues related to visa.

    Abstracts of no more than 500 words should be sent by 15 October 2019. The document should also include: title, author’s name, telephone number, email address, affiliation, and of course abstract.

    Because we aim to publish the papers of the contributors to the conference, we strongly encourage participants to submit a full draft (5,000-8,000 words) by 30 November 2019, so that they may be circulated among the contributors and given a feedback.

    Contact info (NB: if you write to one of us, please put the others in CC) Elena Vezzadini, elena.vezzadini@univ-paris1.fr
    Anael Poussier, poussier.anael@gmail.com
    Jean-Nicolas Bach: jeannicolas.bach@cedejkhartoum.com

page2image1501231168page2image1501231440page2image1501231712page2image1501231984page2image1501232320page2image1501232592

2

Pour une nouvelle histoire sociale du Soudan

Lieu : IMAF/Paris 1, Paris Panthéon Sorbonne
Rattachements institutionnels : IMAF/CNRS/Paris 1/CEDEJ KhartoumDate : 10-11-12 décembre 2019

Argumentaire

L’historiographie du Soudan moderne et contemporain est fortement marquée par l’histoire politique de ce pays. En effet, les historien.e.s ont souvent été appelé.e.s à répondre aux crises contemporaines – guerres civiles, changements de régime, conflits internationaux – souvent selon des critères d’urgence, au risque de verser dans un certain présentisme. Dans ce contexte, l’histoire sociale, qui demande souvent une forme de recherche plus lente et pointilleuse, qui ne dégage pas de solutions toutes faites aux crises multiples du pays, et qui s’intéresse aux vies des « gens ordinaires » (Bayat 2013), a eu du mal à s’imposer dans la recherche universitaire sur le Soudan. Un exemple évident est la pauvreté de travaux sur l’histoire des femmes, à l’exception du thème très controversé de l’excision. Malgré quelques études récentes (Brown 2017), des recherches pointues sur des thèmes comme les femmes dans les arts, l’histoire des femmes dans le monde du travail, l’histoire de la famille et de ses marges, doivent encore être écrites.

Cette conférence, qui est également un programme de recherche, souhaite remettre au centre de l’histoire moderne et contemporaine du Soudan les « gens ordinaires ». D’emblée, nous soulignons que le terme ne veut ni masquer ni aplatir la foisonnante complexité de la société soudanaise ; utilisé de manière heuristique dans le contexte de l’histoire sociale, il désigne les individus, groupes, et classes sociales qui se situent en dehors des élites politiques ou économiques au centre de la vie politique du pays, et dont l’histoire est peu visible et peu ‘vue’. Nous souhaitons également nous intéresser à tous les thèmes liés à l’histoire des gens « exceptionnellement normaux » (Grendi 1977) : le quotidien, les croyances, les horizons et désirs, dans toute leur diversité selon classe sociale et origine, mais aussi dans tous leurs liens et circulations. Même si la microhistoire a surtout marqué l’historiographie européenne, elle a inspiré aussi des nombreuses études en histoire du Moyen Orient et de l’Afrique (voir l’historiographie de l’Afrique du Sud). Elle a aussi des affinités avec des historiographies non-européennes comme les Études subalternes (malgré leurs différences reconnues). Nous croyons que le croisement de ces approches ne peut que mener à une meilleure connaissance des acteurs et actrices « ordinaires ». Enfin, l’histoire sociale s’est traditionnellement servie d’une hétérogénéité de champs de savoir. Ainsi nous souhaiterions que cette conférence soit irriguée par une famille de disciplines sœurs : la sociologie historique, l’anthropologie, les études de genre, la micro-histoire de l’économie, la démographie, etc.

Partir de l’histoire sociale des « gens ordinaires » ouvre de nouvelles perspectives non seulement sur l’histoire politique du pays, mais aussi sur les changements, ruptures et crises que le pays a traversées. Cela inclut les grands épisodes révolutionnaires qui ont marqué son histoire, comme

3

celui qui est en train d’avoir lieu depuis décembre 2018 et qui a amené la fin du régime d’Omar al- Bashir (1989-2019).

La pénurie historiographique que nous avons décrit, cependant, ne signifie pas l’absence d’historien.ne.s interessée.e.s à ces questions. Le problème est plutôt un manque de visibilité et d’opportunités pour créer des synergies entre nous, de se rencontrer et débattre des différentes approches, méthodologies, et développements possibles. L’un des objectifs principaux de cette conférence, donc, est de créer cet espace d’échange entre les historien.ne.s du Soudan, mais aussi entre chercheurs d’autres disciplines qui adoptent une approche d’histoire sociale. Nous espérons que cela donnera plus de visibilité et d’impact à l’histoire sociale dans toutes ses variations.

La conférence aura lieu à Paris, à l’Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, le 10-11-12 décembre 2019. Chaque jour sera introduit par un.e orateur.e principal.e. Des recherches sur les thèmes suivants, dans une perspective d’histoire sociale, seront privilégiés :

  • –  Histoire des femmes (thèmes possibles : une historie du travail féminin, les femmes et les arts, l’histoire de la famille et de ses marges).

  • –  Histoire du travail (l’histoire des syndicats, l’histoire des conditions du travail, les cultures de gauche).

  • –  Histoire des mobilisations (mobilisations populaires, l’expérience de la politique des « gens ordinaires », politique et genre).

  • –  L’historiographie et la construction de la connaissance historique.

  • –  Histoire intellectuelle « par le bas ».

    Des fonds sont mis à dispositions pour 2 à 3 étudiant.e.s soudanais.e.s en master ou thèse pour couvrir les frais de déplacement. Les citoyens.e.s soudanais.e.s n’ayant pas de visa doivent contacter rapidement les organisateurs afin d’anticiper au mieux les formalités liées avec l’obtention du visa.

    Le résumé (env. 500 mots) devra être envoyé avant le 15 octobre 2019 et inclure : Nom et prénom, numéro de téléphone, email, affiliation.

    Une première version des contributions devra obligatoirement être envoyée avant le 30 novembre 2019.

    Information de contact (NB : si vous écrivez à l’un.e, mettez les autres en copie, merci) :

    Elena Vezzadini, elena.vezzadini@univ-paris1.fr
    Anael Poussier, poussier.anael@gmail.com
    Jean-Nicolas Bach: jeannicolas.bach@cedejkhartoum.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.