politique des chiffres au Maroc en temps de pandémie: SOCOSMA Séance du 2 juin 2020 Par David Goeury / Youssef Oulhote

14h Paris. (12h Rabat, 13h Tunis, 14h Le Caire,
15h Beyrouth/Koweït, 16h Abu Dhabi/Mascate)

socosma_seance2-long

« Politique des chiffres au Maroc en temps de pandémie »

La crise du Covid-19 a été marquée très rapidement par la question de l’accès aux données épidémiologiques et de la collecte de ces données.
De nombreux gouvernements ont été accusés de masquer la réalHé de l’épidémie notamment en Iran ou en Egypte. D’autres, en revanche, ont institué des points de presse régulier pour jouer la carte de la transparence de l’information comme le Maroc ou la Tunisie alors que le graphique publié dans The Lancet sur vague épidémique et capacité du système de santé se popularisait et était abondamment mobilisé pour justifier les politiques publiques de confinement. Les données statistiques apparaissent fondamentales pour comprendre l’épidémie mais aussi pour garantir un déconfinement efficient. Ici, nous souhaiterions interroger à partir du cas du Maroc, la question de l’accès et de l’interprétation de ces données. Dans un premier temps, il s’agira de réfléchir sur les données de santé communiquées par le gouvernement et la part d’incertitude qu’elles contiennent du fait même de la nature de la pandémie. La proportion de cas asymptomatiques, les choix opérés pour freiner la diffusion qu’est le confinement, le nombre limité de test, amènent à devoir estimer la diffusion de l’épidémie.

Or cela ouvre deux questions de recherche : la pertinence du recours aux modèles de calcul par comparaison internationale tant les structures démographiques et sociales sont hétérogènes, mais aussi sur la pertinence de l’échelle nationale après une politique de confinement strict du fait de la transformation de l’épidémie en plusieurs épidémies localisées.
Dans un second temps, nous souhaitons aussi dépasser la question purement médicale pour interroger aussi la vulnérabilité à travers d’autres critères notamment sociaux et ainsi réfléchir aux choix opérés alors que désormais l’épidémie affecte des catégories de population de plus en plus modestes du fait de la démultiplication de clusters industriels ou militaires. Il apparaît alors que l’obsession pour l’échelle nationale écarte la complexité des réalités localisées. Or, ces dernières sont difficilement analysables du fait même des données socio-économiques communiquées par la puissance publique. Intervenants Youssef Oulhote est titulaire d’un doctorat en épidémiologie et santé publique de l’EHESP. Il est enseignant chercheur d’épidémiologie et biostatistique à l’Université Publique du Massachusetts et ingénieur de recherche à l’école de santé publique de l’Université de Harvard. li est membre du comité scientifique de Tafra. David Goeury est docteur en géographie de Sorbonne Université. Il est membre du laboratoire Médiations de Sorbonne Université et chercheur associé au Centre Jacques Berque de Rabat. Il est l’auteur avec Philippe Sierra d’une Introduction à l’analyse des territoires. Il est membre du comité scientifique de Tafra.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.