Archives de catégorie : Academic Events

APPEL À CANDIDATURES 2021PRIX MICHEL SEURAT

Le Prix Michel Seurat a été institué par le CNRS en juin 1988 pour « honorer la mémoire de ce chercheur du CNRS, spécialiste des questions islamiques, disparu dans des conditions tragiques.

Ce programme vise à aider financièrement chaque année un jeune chercheur, ressortissant d’un pays européen ou d’un pays du Proche-Orient ou du Maghreb, contribuant ainsi à promouvoir connaissance réciproque et compréhension entre la société française et le monde arabe ».

Depuis 2017, l’organisation du Prix a été déléguée au GIS « Moyen-Orient et mondes musulmans », en partenariat avec l’IISMM-EHESS et Orient XXI.

D’un montant de 15 000 € en 2021, le Prix est ouvert aux titulaires d’un master 2 ou d’un diplôme équivalent, âgés de moins de 35 ans révolus et sans condition de nationalité, de toutes disciplines, dont la recherche doctorale en cours porte sur les sociétés contemporaines du monde arabe, domaine envisagé comme ouvert et en interaction avec d’autres contextes et traditions intellectuels.

 Il a pour vocation d’aider un jeune chercheur ou une jeune chercheuse à multiplier les enquêtes sur le terrain, dans le cadre de la préparation de sa thèse.

Les enquêtes doivent avoir lieu sur le terrain. La maîtrise de la langue arabe est une condition impérative.

Date limite de dépôt des candidatures : jeudi 15 avril 2021

(minuit, heure de Paris)

Constitution du dossier

  • un plan et un projet de recherche détaillés précisant de manière claire les parties réalisées du travail et celles qui restent à faire, notamment les enquêtes qui seront menées sur le terrain (10 pages maximum, exclusivement en français) ;
  • un curriculum vitae (exclusivement en français) ;
  • une copie des diplômes obtenus, assortie le cas échéant de leur traduction en français ;
  • une ou plusieurs attestations ou lettres de soutien émises par des personnalités scientifiques connaissant de près le travail et/ou le parcours du candidat ou de la candidate : attestations récentes et en rapport avec la candidature au Prix Seurat (lettres en français, en anglais ou en arabe).

Les dossiers sont à adresser uniquement par voie électronique, impérativement aux deux adresses suivantes :

prix.michel-seurat[at]cnrs.fr

prix.michel.seurat[at]ehess.fr

Pour le développement des travaux ethnologiques des futures générations d’africanistes

Créé en 2014 grâce au legs « Ariane Deluz » et géré par la FMSH, ce prix distingue un projet de terrain d’un doctorant préparant en France une thèse en ethnologie de l’Afrique subsaharienne.

Le prix permet au lauréat d’effectuer un travail de terrain portant sur les principaux domaines de l’éthnologie (parenté, religion, arts et techniques, politiques etc…). Cette aide à la mobilité doit contribuer au développement des travaux ethnologiques des futures générations d’africanistes.

Prix Ariane Deluz – aide au terrain

https://www.fmsh.fr/fr/international/27733

 
 

Mercredi de l’Afrique #84 – Médias numériques et liberté d’expression en Afrique de l’Ouest

Mesdames, Messieurs

 

Nous avons le plaisir de vous inviter mercredi 24 février 2021, de 11h00 à 13h00 à la séance #834 des « Mercredis de l’Afrique du CAPS ».

Nous accueillerons Papa Ismaïla Dieng (Lauréat 2018 du Prix Anna Guèye des Africtivistes) et Ifrickia Kengue sur « Médias numériques et liberté d’expression en Afrique de l’Ouest »

 

La séance s’effectuera via une plateforme Teams :

Cliquez ici pour participer à la réunion

Online Country Meeting: Sudanese women and their constant struggle – Dec. 17

 

Here is the link to register to the online meeting : 

https://www.ascleiden.nl/news/online-country-meeting-sudanese-women-and-their-constant-struggle

The history and reality of Sudan demonstrates the ongoing struggle of women across classes, cultures, races, and fields. A lot can be read about women’s contentions with patriarchal and autocratic authorities. Fatima Ibrahim and Awadeya Koko, among others, have significantly contributed to women’s rights and representation in political and public spheres. Recently, in the 2013 uprising and the 2018 revolution, women and girls were behind organising the demonstrations.

The active and promising participation of women in the 2018 revolution faced serious challenges. On 3 June 2019, the armed forces attacked the peaceful sit-in, and women were endangered. Then, during the political negotiations between the Transnational Military Council and Forces of Freedom and Change, women were underrepresented. Even more, after setting the transnational government, women occupied fewer places in the cabinet and local governments. And violence against women in refugee and displacement camps still happens. 

It’s now been two years since that December revolution in 2018 erupted. But the current dynamics show ‘the political sphere is eons behind the streets’, as Omnia Shawkat explained the gender struggle in Sudan.

This Country Meeting aims to open a discussion about the women’s struggle since the revolution started and during its aftermath. Additionally, the event will shed a light on women’s strategies and activities to create and consolidate their rights.

politique des chiffres au Maroc en temps de pandémie: SOCOSMA Séance du 2 juin 2020 Par David Goeury / Youssef Oulhote

14h Paris. (12h Rabat, 13h Tunis, 14h Le Caire,
15h Beyrouth/Koweït, 16h Abu Dhabi/Mascate)

socosma_seance2-long

« Politique des chiffres au Maroc en temps de pandémie »

La crise du Covid-19 a été marquée très rapidement par la question de l’accès aux données épidémiologiques et de la collecte de ces données.
De nombreux gouvernements ont été accusés de masquer la réalHé de l’épidémie notamment en Iran ou en Egypte. D’autres, en revanche, ont institué des points de presse régulier pour jouer la carte de la transparence de l’information comme le Maroc ou la Tunisie alors que le graphique publié dans The Lancet sur vague épidémique et capacité du système de santé se popularisait et était abondamment mobilisé pour justifier les politiques publiques de confinement. Les données statistiques apparaissent fondamentales pour comprendre l’épidémie mais aussi pour garantir un déconfinement efficient. Ici, nous souhaiterions interroger à partir du cas du Maroc, la question de l’accès et de l’interprétation de ces données. Dans un premier temps, il s’agira de réfléchir sur les données de santé communiquées par le gouvernement et la part d’incertitude qu’elles contiennent du fait même de la nature de la pandémie. La proportion de cas asymptomatiques, les choix opérés pour freiner la diffusion qu’est le confinement, le nombre limité de test, amènent à devoir estimer la diffusion de l’épidémie.

Or cela ouvre deux questions de recherche : la pertinence du recours aux modèles de calcul par comparaison internationale tant les structures démographiques et sociales sont hétérogènes, mais aussi sur la pertinence de l’échelle nationale après une politique de confinement strict du fait de la transformation de l’épidémie en plusieurs épidémies localisées.
Dans un second temps, nous souhaitons aussi dépasser la question purement médicale pour interroger aussi la vulnérabilité à travers d’autres critères notamment sociaux et ainsi réfléchir aux choix opérés alors que désormais l’épidémie affecte des catégories de population de plus en plus modestes du fait de la démultiplication de clusters industriels ou militaires. Il apparaît alors que l’obsession pour l’échelle nationale écarte la complexité des réalités localisées. Or, ces dernières sont difficilement analysables du fait même des données socio-économiques communiquées par la puissance publique. Intervenants Youssef Oulhote est titulaire d’un doctorat en épidémiologie et santé publique de l’EHESP. Il est enseignant chercheur d’épidémiologie et biostatistique à l’Université Publique du Massachusetts et ingénieur de recherche à l’école de santé publique de l’Université de Harvard. li est membre du comité scientifique de Tafra. David Goeury est docteur en géographie de Sorbonne Université. Il est membre du laboratoire Médiations de Sorbonne Université et chercheur associé au Centre Jacques Berque de Rabat. Il est l’auteur avec Philippe Sierra d’une Introduction à l’analyse des territoires. Il est membre du comité scientifique de Tafra.

SOCOSMA Séminaire n°1 – Séance du 5 mai 2020 Mehdi Ayachi (doctorant EHESS-IRIS-CEFAS)

SCOCOSMA: Séminaire d’observation du COVID-19 dans les sociétés du monde arabe

 

Séance du 5 mai 2020

Mehdi Ayachi (doctorant EHESS-IRIS-CEFAS)

La société omanaise face à la crise sanitaire : enjeux d’espaces Après une brève chronologie des événements et de la réponse des autorités du Sultanat face à la crise, on s’intéressera à la reconfiguration des espaces (publics, privés, intimes, réels ou virtuels) et de leurs usages différenciés par diverses catégories de population. On avancera l’idée que la pandémie du COVID-19 actualise, en les territorialisant, des rapports sociaux (de genre, de classe et de nationalité) que l’ancien partage des espaces rendait plus latents, et donc, parfois, moins problématiques.
Le séminaire se tiendra en visioconférence entre 14h et 15h heure de Paris (12h Rabat, 13h Tunis, 14h Le Caire, 15h Beyrouth, 15h Koweit, 16h Mascate)

– L’accès se fait via zoom : https://us02web.zoom.us/j/82877844441?pwd=RkNJblo2MFRKeVFYM3V2QTV5QUc5Zz09

– L’inscription est obligatoire pour recevoir le mot de passe de la réunion, auprès de :

frederic.lagrange@cefas.cnrs.fr ou laurent.bonnefoy@cefas.cnrs.fr

40 places disponibles