Archives de catégorie : December Revolution

Research Projects supported by CEDEJ Khartoum – 2020

For the year 2020, CEDEJ Khartoum is supporting 22 projects for a total amount of about 42 000,00 euros. 

These projects have been selected by a commission composed of Dr Yasir Awad, Dr. Azza Ahmed Abdel Aziz, Dr. Raphaëlle Chevrillon-Guibert, and Dr. Jean-Nicolas Bach, and are sponsored by the Centre de Crise (French Ministry of Foreign Affairs / French Embassy in Khartoum), the CNRS, and CEDEJ Khartoum.

 

 

 

 

1. Amira Osman, Exploring women and youth activism during the 19th December revolution in Sudan, amiraosman55@yahoo.co.uk

2. Chevrillon-Guibert, L’exploitation des mines d’or au Soudan entre accaparement et redistribution, raphaelle.chevrillon-guibert@ird.fr

3. Gout Philippe, Negotiating a paradox: SPLM-N between the re-integration into the Sudanese State structure and the claim for regional autonomy, Philippe.Gout@u-Paris2.fr

4. Grabska Katarzyna & Azza A. Abdel Aziz, Social history of Sudan: The prism of Music and Musicians, kgrabska@yahoo.com, dimensions122000@yahoo.com

5. Hänsch Valerie, Sensing change: Aesthetic activism and the reclaiming of the city,valerie.haensch@ethnologie.lmu.de

6. Siri Lamoureaux, Gender politics and social media in the Sudanese revolution, lamoureaux@lost-research-group.org

7. Anne-Laure Mahé, Constitution d’un fond d’archives sur les purges du régime de l’Ingaz, 1989-2019, anne-laure.mahe@irsem.fr

8. Mayada Abdelazim & Mohamed Mutasim, U-turns and full circles: prospects for political and economic transformation in post-revolution Sudan, mayadaazim@gmail.com, mhd_mutasim@hotmail.com

9. Noha Hamza &  El Sadig, Youth Women Language of the Revolution

10. Saker El-Nour, Farmers and Revolution in Sudan: case study of agrarian protest movements in Gezira Scheme, sakerabdol@gmail.com

11. Shahenda Suliman, Labour transformations: Exploring the role of organised labour in Sudan’s social movements, ssuliman@live.co.uk

12. Tubiana Jérôme, Transition et Périphéries au Soudan, tubiana@gmail.com

13. Verhoeven Harry, Trouble in the East, Harryverhoeven33@gmail.com

14. Wessels Josepha, Sustainable Sudan; documenting the past and visioning the future through graffiti and environmentalism, josepha.wessels@mau.se

15. Willemse Karin & Metje Postma, Documenting, archiving and reflecting on the role of youth, women (Kandaka), and the social media in the peaceful resistance during the Sudan popular uprising (2019-2020,)  k.willemse@eshcc.eur.nl, postmam@fsw.leidenuniv.nl

16. Amigoni Livio, The Struggle for movement: Sudanese forced migration, refugee choices and support networks, livio.amigoni@outlook.it 

17. Berend van der Maeden, Small-Holder Farmers and Political Transition in Khartoum, b.a.j.vandermaeden@students.uu.nl 

18. Mureille van der Meulen, Virtual Uprising: The Digitalization of Youth Activism, mureillevdmeulen@gmail.com

19. Corten Perez Huis, La filière de la brique rouge, de Al-Gereif au Grand Khartoum (Soudan) : une activité productive au coeur de conflits multiscalaires, cortenperezhouis@gmail.com

20. Marshall Waston, Commodity Frontiers in Transition: Resource Extraction in Sudan from the Turkiyya to Independence, marshall.watson@yale.edu 

21. Petitdemange Cécile, Voyage des Salafismes entre Tchad et Soudan, Cecile.petitdemange90@gmail.com 

22. Zahorik Jan,Education, mobility and the legacy of the Cold War: Former Eastern Bloc and the Broader Horn of Africa,nvgogol@seznam.cz

Total 2020: 42 626,00 €

La « transition » soudanaise vue des périphéries – Jérôme tubiana

OAE TUBIANA Note 15 Transition Soudan vue des périphéries Octobre 2019

 

Introduction

Les périphéries du Soudan sont au cœur des conflits qui se succèdent dans le pays de manière quasiment continue depuis son indépendance en 1956. Leur rapport asymétrique avec un « pouvoir central » caractérisé par une centralisation extrême peut même être considéré comme la cause essentielle de ces conflits. L’incapacité du « centre » à mettre fin à cette asymétrie et à unir le pays explique aussi la longévité de ces conflits dans les « two areas » des monts Nuba et du Nil bleu, s’ajoutant au conflit du Darfour et conduisant à la séparation du Soudan du Sud en 2011.

La période de « transition » actuellement en cours au Soudan semble, depuis le début des manifestations qui l’ont déclenchée en décembre 2011[1], reproduire en grande partie cette dichotomie entre centre et périphéries, où le « centre » historique se réduit à la capitale elle-même. La couverture médiatique et les discours militants ont souvent, consciemment ou non, reproduit un schéma plus ancien reléguant les citoyens des périphéries au rôle d’acteurs extérieurs ou de simples spectateurs condamnés à accepter les changements se jouant dans la capitale.

Pourtant, les acteurs du centre savent que ce sont les guerres dans les périphéries – celle du Sud-Soudan et celles qui se poursuivent au Darfour, dans les monts Nuba et au Nil Bleu – qui, après avoir longtemps justifié le maintien au pouvoir d’une junte militaro-islamiste consacrant l’essentiel de son budget à des dépenses militaires et sécuritaires, ont provoqué sa chute. D’une part, la séparation du Soudan du Sud a causé une crise économique sans précédent ; d’autre part, la continuation de la guerre au Darfour a rendu le régime dépendant de milices locales qui, comme certains au sein même du régime le craignaient, ont fini par se retourner contre leur maître.

La persistance de la dichotomie entre le centre et les périphéries soudanaises, en particulier les périphéries en guerre, est d’autant plus frappante et inquiétante qu’elle semble résister à une tout autre réalité démographique. Une grande partie de la population des périphéries s’est désormais établie, notamment poussée par la guerre et l’absence d’opportunités économiques, dans le centre : à Khartoum même, dans les zones agricoles de la Jezira, à Gedaref, etc. Si on additionne ces populations à celles restées dans les périphéries, on peut aisément estimer qu’elles constituent au moins la moitié de la population soudanaise : une majorité silencieuse qu’on a parfois qualifiée, depuis la séparation du Soudan du Sud, de « Nouveau Sud » – tant le sentiment que le centre aura toujours besoin d’un « Sud » à exploiter et marginaliser est resté prégnant depuis 2011.

La présente note analyse les raisons de la faible représentation des périphéries en guerre, en particulier du Darfour, dans la « transition » en cours. Elle analysera aussi les risques que cette nouvelle marginalisation pourrait faire peser sur la transition, les acteurs du Darfour n’entendant plus être marginalisés et pouvant désormais compter sur une force militaire sans précédent, capable de rivaliser avec le centre mais aussi de déstabiliser encore davantage le Soudan, sinon la région.

[1] Pour une présentation de la crise, voir Jean-Nicolas Bach Bach, « Ramadan de sang. Le Soudan entre révolution et négociation. Décembre 2018-Juillet 2019 », note de l’Observatoire de l’Afrique de l’Est n°12, juillet 2019. Voir également May Hassan et Ahmed…

Freedom Peace and Justice. A Glossary of the Third Sudanese Revolution (Barbara Casciarri & Stefano Manfredi)

Working Paper 2_Barbara Casciarri & Stefano Manfredi_A Glossary of the Third Sudanese Revolution_March 2020 Working Paper 2_Barbara Casciarri & Stefano Manfredi_A Glossary of the Third Sudanese Revolution_March 2020

Freedom Peace and Justice. A Glossary of the Third Sudanese Revolution (Barbara Casciarri & Stefano Manfredi).

« The 2018-2019 Sudanese revolution can be analyzed from the perspective of the words people repeated, chanted, shouted, wrote and painted during their persistent, and ultimately successful, struggle for liberation from an oppressive system. Embedding old and new values, and circulating beyond the frontiers of age and gender, and social or regional origins, these words have crafted a common symbolic space within their revolutionary experiences, themselves becoming an actor in the construction of a collective subject and the reshaping of its identity. Based on primary and secondary sources, this glossary provides a sociolinguistic analysis of 46 entries that were chosen due either to their wide-scale occurrence or to their thematic prominence within popular discourse about the revolution, and have been classified into three categories: keywords, slogans and actors ».

Available here:

 

« A revolution in the neighborhood ? The battle for local power has begun » – Lucie Revilla – 4 September

 

This presentation aims to discuss the first findings of a research on the consequences of the revolution at the local scale and more specifically in different popular neighborhoods of Greater Khartoum in terms of political and social dynamics. If the role played by more affluent neighborhoods as Burri or the old Omdurman in the Sudanese revolutionary movement has already benefited from the attention of researchers, popular areas have been more neglected.

Firstly, the formation of « resistance committees » in different areas that the NCP was thought to closely monitor and in which it could rely on some measure of popular support will be examined. Were resistance committees constitued in all areas? When and according to which logics? Who are the revolutionnaries in those popular neighborhoods? And above all, what are the challenges they are confronted to in their effort to embody the revolution at the local scale and define a political project?

Secondly, I will describe the power dynamics and interpersonnal relationships between the members of one specific resistance committee the meetings of which I followed for a month (August 2019) and attempt to present preliminary results.

My hope is that those first observations and analyses will be discussed and contribute to a debate on the political and social dynamics of the Sudanese revolution in popular neighborhoods in Greater Khartoum.

 

Lucie REVILLA is a PhD candidate at the University of Bordeaux, Institute of Political Studies – Les Afriques dans le Monde.

Ramadan de sang. Le soudan entre révolution et négociation. Décembre 2018-juillet 2029

Résumé

Cette note revient sur les moments forts de la révolte, depuis les premières manifestations d’ampleur en décembre 2018 jusqu’à l’accord de juillet 2019 entre la coalition civile et le Conseil militaire de transition. Au centre des événements se situe la période du sit-in (6 avril-3 juin 2019) dont la trajectoire illustre la diversité des revendications populaires,le désir d’expression politique mais aussi le maintien d’un niveau de répression potentiellement très fort du régime dans sa pratique du pouvoir. La note revient finalement sur les grandes inconnues qui demeurent  parmi lesquelles les enjeux de l’accord civilo-militaire signé en juillet 2019, la place des groupes dits marginalisés et rebelles ou l’avenir du « mouvement islamiste » soudanais.

http://www.sciencespo.fr/ceri/fr/content/observatoire-de-l-afrique-de-l-est

« La Chute d’omar el-Bachir et les enjeux d’une transition au Soudan » – Conférence internationale Observatoire Afrique de l’Est – 26 juin 2019

Les mouvements de protestation contre le régime d’Omar el-Bachir ont conduit à la chute de ce dernier le 11 avril dernier, mettant un terme à 30 ans de présidence du Soudan.
La rue a poussé les militaires à intervenir, conduisant au coup d’état du 11/12 avril et à la mise en place d’une part d’un Conseil Militaire de Transition, d’autre part à l’occupation de la rue par les civils (6 avril). Depuis, les oppositions civiles font face à ce Conseil militaire avec qui les négociations pour une transition vers un gouvernement civil ont échoué.
Le démantèlement dans le sang du sit-in le 3 juin dernier révèle cet échec et annonce les difficultés à venir.

Cette journée d’étude de l’Observatoire de l’Afrique de l’Est (CEDEJ KhartoumSciences Po CERI) revient sur les dynamiques des mobilisations sociales et sur les enjeux majeurs auxquels sont confrontés aujourd’hui à la fois les branches de la sécurité et les civils: économie, armée, influences des pays voisins et des pays du Golfe, islam politique, gestion des périphéries… En d’autres termes, derrière la chute du président, il s’agit de revenir sur les principaux enjeux d’une évolution éventuelle du régime soudanais.

 

9h30  9h45 | Café d’accueil

9h45 – 10h00 | Introduction à la journéeJean-Nicolas Bach  

10h00 – 12h30 | Premier panel : Déroulé de la protestation

Roots of the Social Movement, Anne-Laure Mahé, Chercheure Afrique, IRSEM – associée CEDEJ Khartoum


The Role of Women and Youth in the Revolution, Lena Mahgoub, Sustainability and Public Private Partnership Consultant. Cofounder Impact Hub Khartoum

11h00  11h15 | Pause café

 How the Sit-In Impacted the Dynamic of the Social Movement, Muhanad Hashim, Journalist, BBC


La « révolution » soudanaise vue des périphéries, Jérôme Tubiana, Chercheur indépendant

12h30  14h00 | Déjeuner

14h00 – 15h30 | Deuxième panel : Les grands enjeux nationaux

 Sudanese Defense Forces, Security and Milicias: Challenges ahead, Hassan Elhagali Ahmed,  Prof. Political Science, University of Khartoum, associé CEDEJ Khartoum


What is the Future of Political Islam in Sudan?, El-Mahboub Abdel Salam, Solidarity For Democracy & Social Justice Movement


Economic Crisis and the Economy of the Crisis in Sudan 2011-2019, Sidgi Kaballo, Ahfad University for Women, Omdurman, Sudan

15h30 – 15h45 | Pause café

15h45 – 16h45 | Troisième panel : Les grands enjeux internationaux

The “revolution” in an International Perspective: Gulf Countries and Egypt, Azza Mustafa MohamedAhmed, Adj. Prof. of Political Science, associée CEDEJ Khartoum

The Sudan Spring and political climate change in the Horn, Cedric Barnes, UK Foreign and Common Wealth Office; Rift Valley Institute

Responsables scientifiques : Jean-Nicolas Bach et Roland Marchal

Dossier spécial soudan (noria) – « retour sur les dynamiques révolutionnaires soudanaises »

Dear all, 

We are pleased to share with you this special issue on Sudan just published by NORIA, coordinated by Clément Deshayes, Margaux Etienne and Khadidja Medani. A beautiful illustration of CEDEJ Khartoum affiliated researchers great work.

Second Part next week.