Archives de catégorie : Publications

Parution n°1 Revue « SOUrces »

 

Responsable pour le CEDEJ Khartoum, Luisa Arango. Contact: arangocuervo@unistra.fr  

Rédactrices en chef: Marie-Aude Fouéré et Ophélie Rillon,

Chargé d’édition: Bastien Miraucourt

Cher.e.s collègues,

Nous avons l’immense plaisir de vous informer de la sortie du premier numéro de la revue inter-UMIFRE « Afrique » et de LAM (Les Afriques dans le monde): « Sources. Matériaux & Terrains en études africaines ».

Cette revue biannuelle et trilingue (anglais, français, portugais) est entièrement en accès ouvert. Elle se donne une mission originale au sein des revues universitaires en SHS : placer au cœur de la réflexion les matériaux de terrain, c’est-à-dire les objets empiriques produits – et le plus souvent coproduits – par les chercheur·e·s dans une situation particulière d’enquête et selon des méthodes spécifiques qui conditionnent le raisonnement et l’élaboration d’énoncés théoriques.

Son premier dossier est un Varia disponible à cette adresse : https://www.sources-journal.org/76.

Nous vous invitons à lire l’introduction qui théorise la ligne éditoriale de la revue et expose ses objectifs, ainsi que les six articles qui l’exemplifient. Ceux-ci prennent pour objet les sources les plus matérielles, à l’exemple des briques au Soudan méroïtique (Gabrielle Choimet), en passant par des documents écrits – courriers aux lecteurs dans la presse nigériane des années 1940-1950 (Sara Panata), imprimés politiques distribués lors d’une campagne électorale au Kenya en 2013 (Chloé Josse-Durand) et écrits comptables de l’administration soudanaise mahdiste au xixe siècle (Anaël Poussier) – jusqu’à des sources numériques en contexte mozambicain contemporain (Rozenn Nakanabo Diallo) et des matériaux musicaux, ici des gospels, du temps de la guerre au Burundi (Ariel Fabrice Ntahomvukiye).

Ce premier dossier se clôt sur la rubrique « Dans l’atelier des archives numériques » composée d’un entretien avec l’historien Vincent Hiribarren qui analyse les enjeux du double tournant archivistique et numérique en Afrique.

Deux dossiers thématiques sur la Violence et sur les Savoirs environnementaux sont en préparation. Un appel permanent à articles en varia et à dossiers thématiques est également ouvert.

Vous pouvez retrouver les informations sur la revue ici :
https://www.sources-journal.org/351
En anglais :
https://www.sources-journal.org/350

Pour toute question sur la revue, une seule adresse :
sources@services.cnrs.fr

En vous souhaitant une excellente lecture !
Très cordialement,

Marie-Aude Fouéré et Ophélie Rillon (rédactrices en chef), Bastien Miraucourt (chargé d’édition) ainsi que tou.te.s les membres du comité de rédaction

La « transition » soudanaise vue des périphéries – Jérôme tubiana

OAE TUBIANA Note 15 Transition Soudan vue des périphéries Octobre 2019

 

Introduction

Les périphéries du Soudan sont au cœur des conflits qui se succèdent dans le pays de manière quasiment continue depuis son indépendance en 1956. Leur rapport asymétrique avec un « pouvoir central » caractérisé par une centralisation extrême peut même être considéré comme la cause essentielle de ces conflits. L’incapacité du « centre » à mettre fin à cette asymétrie et à unir le pays explique aussi la longévité de ces conflits dans les « two areas » des monts Nuba et du Nil bleu, s’ajoutant au conflit du Darfour et conduisant à la séparation du Soudan du Sud en 2011.

La période de « transition » actuellement en cours au Soudan semble, depuis le début des manifestations qui l’ont déclenchée en décembre 2011[1], reproduire en grande partie cette dichotomie entre centre et périphéries, où le « centre » historique se réduit à la capitale elle-même. La couverture médiatique et les discours militants ont souvent, consciemment ou non, reproduit un schéma plus ancien reléguant les citoyens des périphéries au rôle d’acteurs extérieurs ou de simples spectateurs condamnés à accepter les changements se jouant dans la capitale.

Pourtant, les acteurs du centre savent que ce sont les guerres dans les périphéries – celle du Sud-Soudan et celles qui se poursuivent au Darfour, dans les monts Nuba et au Nil Bleu – qui, après avoir longtemps justifié le maintien au pouvoir d’une junte militaro-islamiste consacrant l’essentiel de son budget à des dépenses militaires et sécuritaires, ont provoqué sa chute. D’une part, la séparation du Soudan du Sud a causé une crise économique sans précédent ; d’autre part, la continuation de la guerre au Darfour a rendu le régime dépendant de milices locales qui, comme certains au sein même du régime le craignaient, ont fini par se retourner contre leur maître.

La persistance de la dichotomie entre le centre et les périphéries soudanaises, en particulier les périphéries en guerre, est d’autant plus frappante et inquiétante qu’elle semble résister à une tout autre réalité démographique. Une grande partie de la population des périphéries s’est désormais établie, notamment poussée par la guerre et l’absence d’opportunités économiques, dans le centre : à Khartoum même, dans les zones agricoles de la Jezira, à Gedaref, etc. Si on additionne ces populations à celles restées dans les périphéries, on peut aisément estimer qu’elles constituent au moins la moitié de la population soudanaise : une majorité silencieuse qu’on a parfois qualifiée, depuis la séparation du Soudan du Sud, de « Nouveau Sud » – tant le sentiment que le centre aura toujours besoin d’un « Sud » à exploiter et marginaliser est resté prégnant depuis 2011.

La présente note analyse les raisons de la faible représentation des périphéries en guerre, en particulier du Darfour, dans la « transition » en cours. Elle analysera aussi les risques que cette nouvelle marginalisation pourrait faire peser sur la transition, les acteurs du Darfour n’entendant plus être marginalisés et pouvant désormais compter sur une force militaire sans précédent, capable de rivaliser avec le centre mais aussi de déstabiliser encore davantage le Soudan, sinon la région.

[1] Pour une présentation de la crise, voir Jean-Nicolas Bach Bach, « Ramadan de sang. Le Soudan entre révolution et négociation. Décembre 2018-Juillet 2019 », note de l’Observatoire de l’Afrique de l’Est n°12, juillet 2019. Voir également May Hassan et Ahmed…

Sources: An Interdisciplinary journal on materials and their uses in African Studies

Sources grew out of the observation that academic journals tend to encourage theoretical and epistemological advances at the expense of the field materials under analysis. This journal’s mission is twofold: first, to resituate at the core of the articles the materials upon which researchers produce their reflections, while providing direct access to these materials; and second, to present analyses focusing on the contexts surrounding the production of these materials and their uses. This return to sources deriving from field work will take place in conjunction with topical thematics in African and Africana studies in the social sciences and humanities and will promote interdisciplinary dialogue. Sources thus aspires to restore full visibility to iteration for producing theoretical insights, that is, the movement back and forth between a research problem and the field, between interpretation and data.
More information on this journal down below (English and French).

 

Environmental Knowledge and Nature(s) in Africa: Collecting, Producing and Analysing Research Materials

Call for papers for Sources: An Interdisciplinary journal on materials and their uses in African Studies.

This issue of the journal Sources, forthcoming in 2021, would like to place at the center of reflection those objects that have become research materials and have participated and, for some, still participate in the production, transmission and discussion of naturalistic and environmental knowledge in Africa and about Africa.

More information on this call for papers down below (English and French).

Ramadan de sang. Le soudan entre révolution et négociation. Décembre 2018-juillet 2029

Résumé

Cette note revient sur les moments forts de la révolte, depuis les premières manifestations d’ampleur en décembre 2018 jusqu’à l’accord de juillet 2019 entre la coalition civile et le Conseil militaire de transition. Au centre des événements se situe la période du sit-in (6 avril-3 juin 2019) dont la trajectoire illustre la diversité des revendications populaires,le désir d’expression politique mais aussi le maintien d’un niveau de répression potentiellement très fort du régime dans sa pratique du pouvoir. La note revient finalement sur les grandes inconnues qui demeurent  parmi lesquelles les enjeux de l’accord civilo-militaire signé en juillet 2019, la place des groupes dits marginalisés et rebelles ou l’avenir du « mouvement islamiste » soudanais.

http://www.sciencespo.fr/ceri/fr/content/observatoire-de-l-afrique-de-l-est

‘Le programme MASE, une réponse à la difficulté pour l’Union africaine de se réformer’

By Patrick FERRAS

Résumé: Les sabotages de quatre navires et les tensions en résultant dans l’océan indien ont récemment rappelé l’intérêt stratégique de cet espace maritime. En s’appuyant sur un programme de sécurité maritime (MASE), quatre organisations africaines se sont lancées dans une appropriation
globale des problématiques de l’or bleu dans la région (programme MASE). Les premiers résultats sont encourageants et méritent d’être soutenus. Parallèlement, l’originalité de cette construction nous pousse à la réflexion sur l’efficacité des structures africaines actuelles. http://www.sciencespo.fr/ceri/fr/content/observatoire-de-l-afrique-de-l-est

Dossier spécial soudan (noria) – « retour sur les dynamiques révolutionnaires soudanaises »

Dear all, 

We are pleased to share with you this special issue on Sudan just published by NORIA, coordinated by Clément Deshayes, Margaux Etienne and Khadidja Medani. A beautiful illustration of CEDEJ Khartoum affiliated researchers great work.

Second Part next week.

report – Observatoire afrique de l’est

Please find on this link the latest report of the Observatoire de l’Afrique de l’Est (CEDEJ Khartoum – CERI Sciences Po): 


East Africa Oil and Gas: Silver Bullet or Complex Remedy
Note 8 – January 2019 by Patricia I. Vasquez
Patrica I. Vasquez
 is a Research Associate at the Graduate Institute of International and Development Studies, Geneva

Abstract: East Africa has recently entered the global map of oil and gas exploration and production. Uganda and Kenya are about to become oil producers and Tanzania enlarged its endowment of world-class offshore natural gas reserves in recent years. Key to a successful development of the three countries ́ hydrocarbons industry is completion of the infrastruc- ture projects needed to monetize their reserves: mainly pipelines to carry landlocked oil to the coast for export and liquefaction facilities for transporting natural gas. The size, cost, and complexity of the projects pose great challenges to the development of the oil and gas sector. The quality of the sector governance in each of the three countries is also critical for securing a well-managed hydrocarbons industry, but unfor- tunately, challenges appear in the horizon. Oil decisions in Uganda and Tanzania are in the hands of a handful within the President ́s inner circle with typically little transparency. This makes it difficult to make autho- rities accountable for their actions. In the case of Kenya, management of the oil industry is more decentralized and the oil producing region has an increasing influence on how the sector is being managed. There, differences between the two levels of government that go beyond the mere mana- gement of the oil sector, and touch upon ethni- city and economic inequalities pose a challenge to a smooth development of the oil industry. This essay analyzes the domestic and regio- nal prospects and challenges that lie ahead for Kenya, Tanzania, and Uganda as theydevelop their oil and gas industries.

Publication : Enseigner l’histoire à l’heure de l’ébranlement colonial. Soudan, Égypte, empire britannique (1943-1960)

Le CEDEJ est heureux de vous annoncer la publication de l’ouvrage

 

« Enseigner l’histoire à l’heure de l’ébranlement colonial. Soudan,Égypte, empire britannique (1943-1960) »

Alors que les combats de la Seconde Guerre mondiale achevaient de dissoudre le mythe de la supériorité de l’homme blanc, le Soudan était disputé par ses deux maîtres officiels, la Grande-Bretagne et l’Égypte. Le territoire s’acheminait-il vers l’indépendance ou une union politique avec son voisin méditerranéen ? La rivalité anglo-égyptienne, couplée à un impérialisme britannique soucieux de « préparer » les sociétés africaines à la souveraineté nationale, déboucha sur l’unification hâtive du Nord et du Sud-Soudan en 1947. Parvenues à des positions de pouvoir une décennie avant l’indépendance (1956), les élites du Nord s’attachèrent à faire du Soudan, pays à forte pluralité ethnolinguistique et religieuse, un État-nation arabe et musulman.

Dans ce contexte, un nouvel enseignement d’histoire fut élaboré pour les écoles élémentaires soudanaises. Quels en étaient les acteurs, les récits, les pratiques ? Cet ouvrage décortique les représentations, les apprentissages et les rapports sociaux sous-tendant la production et l’usage de manuels en langue arabe dans le Soudan colonial tardif. L’auteure propose également un éclairage comparatif sur l’histoire enseignée dans d’autres territoires de l’empire britannique en voie d’émiettement.

Ce livre offre de nouvelles clés de compréhension d’une séquence charnière dans l’histoire du monde contemporain. Au regard de l’actualité plus récente, il montre quel rôle l’histoire scolaire a pu jouer dans l’éclatement du cadre national soudanais après 1956, aboutissant à la scission du Soudan en deux États en 2011.

 

Iris Seri-Hersch est maître de conférences au Département d’études moyen-orientales (DEMO) d’Aix-Marseille Université et rattachée à l’Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (IREMAM). Ses travaux portent sur l’histoire contemporaine du Soudan et de l’espace israélo-palestinien.