Archives de catégorie : Publications

Le CEDEJ Khartoum accueille en délégation CNRS Barbara Casciarri

Barbara Casciarri vient de rejoindre le CEDEJ pour un accueil en délégation du CNRS. B.
Casciarri est maître de conférence (HDR) au Département de Sociologie et d’Anthropologie,
Université Paris 8, et chercheuse au LAVUE, UMR 7218. Elle conduit ses recherches au
Soudan depuis 1989, en anthropologie politique, économique et de l’environnement. Ses
terrains principaux se sont déroulés auprès de populations pastorales soudanaises du Butana,
du Sud Kordofan et du Nil Blanc, et dans deux quartiers populaires du Grand Khartoum (Idd
Babiker et Deim). Ancienne coordinatrice de l’antenne du CEDEJ à Khartoum (2006-2009),
elle a été responsable scientifique de deux programmes ANR sur le Soudan : WAMAKHAIR
(Water Management in Khartoum International Research, 2008-2012) et ANDROMAQUE
(Anthropologie du Droit dans les Mondes Musulmans Africains et Asiatiques, 2014-2017).
Plus récemment, elle a été coordinatrice scientifique du programme AUF-PCSI « Arabité,
islamité, ‘soudanité’ », 2018-2020, porté par le CEDEJ en partenariat avec l’Université de
Khartoum, l’Université Paris 8 et le Max Planck Institute.

RESHAPING IDENTITY POLITICS, Capitalising on Shari‘a Debate in Sudan -Musa Adam Abdul-Jalil

The relationship between religious identity, ethnic identity, and politics has always been a problematic one,
especially in plural societies like Sudan. This article is an attempt to understand the reasons behind the
insistence of the popular parties of the Muslim majority in Northern Sudan on establishing shar’ia law as
the law of the land. By using secondary data on party programmes, public opinion, and an analysis of
political events, I reconstruct the evolution of the debate in order to identify its prime movers. My
conclusion is that this debate emerged as a result of the quest for a national identity by the majority group,
who are predominantly Muslim and identify as Arab. Contrary to the common belief that principles of
identity politics generally only apply to minority groups, I argue that the constant pressure from popular
parties in Sudan to apply shari’a law shows that where the identity of the majority group is unclear or
problematic, there is a tendency to use strong cultural symbols as an aid to political mobilisation by elites
who claim to meet the presumed demands of the public. Raising the banner of shari’a is an effective way
not only to exclude non-Muslims from playing central roles in national politics, but also to undermine the
roles of other politically moderate Muslims.                                           AUF_Being Arab Muslim Sudanese_Working Paper 4_Musa Abdul Jalil_December 2020

PEINDRE LA DIVERSITE, REVENDIQUER L’UNITE Questions d’identités dans le Street Art de la Révolution Soudanaise-YACINE KHIAR

If the spirit of the Sudanese Revolution of 2018-19 can be summed up as a general quest for a free and
democratic society, it also carries an ideal of equality and the fight against discrimination. The celebration
of the diversity existing in the country becomes a tool for cohesion and national unity. Street art, and more
particularly murals, are a support strongly mobilized to this end. First of all, because through these objects
the Sudanese « youth », a major actor of the Revolution, expressed itself. Then, because their materiality,
their proliferation during the protests, and their presence in the street politicized space, made it possible to
make them nodes of affirmation and circulation of the values symbolized in these urban paintings. The text
focuses on a selected corpus of this pictorial artistic production that carries an identity discourse. These
works stage the complex parameters of local identity (ethnic, religious, national affiliations) in order to put
forward an inclusive idea of Sudanese diversities as a political project for a future society. Without delving
into questions of style, artists’ trajectories, or broader links to the revolutionary movement, I draw on firsthand data (from a fieldwork in February-May 2020) as well as second-hand sources (online images) to
decipher the most obvious expressions of street painting production around issues of ethnicity, diversity
and nationalism, and the use of these identities to construct a new ‘sudanity’.

AUF_Being Arab Muslim Sudanese_Working Paper 3_Yacine Khiar_November 2020

Parution n°1 Revue « SOUrces »

 

Responsable pour le CEDEJ Khartoum, Luisa Arango. Contact: arangocuervo@unistra.fr  

Rédactrices en chef: Marie-Aude Fouéré et Ophélie Rillon,

Chargé d’édition: Bastien Miraucourt

Cher.e.s collègues,

Nous avons l’immense plaisir de vous informer de la sortie du premier numéro de la revue inter-UMIFRE « Afrique » et de LAM (Les Afriques dans le monde): « Sources. Matériaux & Terrains en études africaines ».

Cette revue biannuelle et trilingue (anglais, français, portugais) est entièrement en accès ouvert. Elle se donne une mission originale au sein des revues universitaires en SHS : placer au cœur de la réflexion les matériaux de terrain, c’est-à-dire les objets empiriques produits – et le plus souvent coproduits – par les chercheur·e·s dans une situation particulière d’enquête et selon des méthodes spécifiques qui conditionnent le raisonnement et l’élaboration d’énoncés théoriques.

Son premier dossier est un Varia disponible à cette adresse : https://www.sources-journal.org/76.

Nous vous invitons à lire l’introduction qui théorise la ligne éditoriale de la revue et expose ses objectifs, ainsi que les six articles qui l’exemplifient. Ceux-ci prennent pour objet les sources les plus matérielles, à l’exemple des briques au Soudan méroïtique (Gabrielle Choimet), en passant par des documents écrits – courriers aux lecteurs dans la presse nigériane des années 1940-1950 (Sara Panata), imprimés politiques distribués lors d’une campagne électorale au Kenya en 2013 (Chloé Josse-Durand) et écrits comptables de l’administration soudanaise mahdiste au xixe siècle (Anaël Poussier) – jusqu’à des sources numériques en contexte mozambicain contemporain (Rozenn Nakanabo Diallo) et des matériaux musicaux, ici des gospels, du temps de la guerre au Burundi (Ariel Fabrice Ntahomvukiye).

Ce premier dossier se clôt sur la rubrique « Dans l’atelier des archives numériques » composée d’un entretien avec l’historien Vincent Hiribarren qui analyse les enjeux du double tournant archivistique et numérique en Afrique.

Deux dossiers thématiques sur la Violence et sur les Savoirs environnementaux sont en préparation. Un appel permanent à articles en varia et à dossiers thématiques est également ouvert.

Vous pouvez retrouver les informations sur la revue ici :
https://www.sources-journal.org/351
En anglais :
https://www.sources-journal.org/350

Pour toute question sur la revue, une seule adresse :
sources@services.cnrs.fr

En vous souhaitant une excellente lecture !
Très cordialement,

Marie-Aude Fouéré et Ophélie Rillon (rédactrices en chef), Bastien Miraucourt (chargé d’édition) ainsi que tou.te.s les membres du comité de rédaction

La « transition » soudanaise vue des périphéries – Jérôme tubiana

OAE TUBIANA Note 15 Transition Soudan vue des périphéries Octobre 2019

 

Introduction

Les périphéries du Soudan sont au cœur des conflits qui se succèdent dans le pays de manière quasiment continue depuis son indépendance en 1956. Leur rapport asymétrique avec un « pouvoir central » caractérisé par une centralisation extrême peut même être considéré comme la cause essentielle de ces conflits. L’incapacité du « centre » à mettre fin à cette asymétrie et à unir le pays explique aussi la longévité de ces conflits dans les « two areas » des monts Nuba et du Nil bleu, s’ajoutant au conflit du Darfour et conduisant à la séparation du Soudan du Sud en 2011.

La période de « transition » actuellement en cours au Soudan semble, depuis le début des manifestations qui l’ont déclenchée en décembre 2011[1], reproduire en grande partie cette dichotomie entre centre et périphéries, où le « centre » historique se réduit à la capitale elle-même. La couverture médiatique et les discours militants ont souvent, consciemment ou non, reproduit un schéma plus ancien reléguant les citoyens des périphéries au rôle d’acteurs extérieurs ou de simples spectateurs condamnés à accepter les changements se jouant dans la capitale.

Pourtant, les acteurs du centre savent que ce sont les guerres dans les périphéries – celle du Sud-Soudan et celles qui se poursuivent au Darfour, dans les monts Nuba et au Nil Bleu – qui, après avoir longtemps justifié le maintien au pouvoir d’une junte militaro-islamiste consacrant l’essentiel de son budget à des dépenses militaires et sécuritaires, ont provoqué sa chute. D’une part, la séparation du Soudan du Sud a causé une crise économique sans précédent ; d’autre part, la continuation de la guerre au Darfour a rendu le régime dépendant de milices locales qui, comme certains au sein même du régime le craignaient, ont fini par se retourner contre leur maître.

La persistance de la dichotomie entre le centre et les périphéries soudanaises, en particulier les périphéries en guerre, est d’autant plus frappante et inquiétante qu’elle semble résister à une tout autre réalité démographique. Une grande partie de la population des périphéries s’est désormais établie, notamment poussée par la guerre et l’absence d’opportunités économiques, dans le centre : à Khartoum même, dans les zones agricoles de la Jezira, à Gedaref, etc. Si on additionne ces populations à celles restées dans les périphéries, on peut aisément estimer qu’elles constituent au moins la moitié de la population soudanaise : une majorité silencieuse qu’on a parfois qualifiée, depuis la séparation du Soudan du Sud, de « Nouveau Sud » – tant le sentiment que le centre aura toujours besoin d’un « Sud » à exploiter et marginaliser est resté prégnant depuis 2011.

La présente note analyse les raisons de la faible représentation des périphéries en guerre, en particulier du Darfour, dans la « transition » en cours. Elle analysera aussi les risques que cette nouvelle marginalisation pourrait faire peser sur la transition, les acteurs du Darfour n’entendant plus être marginalisés et pouvant désormais compter sur une force militaire sans précédent, capable de rivaliser avec le centre mais aussi de déstabiliser encore davantage le Soudan, sinon la région.

[1] Pour une présentation de la crise, voir Jean-Nicolas Bach Bach, « Ramadan de sang. Le Soudan entre révolution et négociation. Décembre 2018-Juillet 2019 », note de l’Observatoire de l’Afrique de l’Est n°12, juillet 2019. Voir également May Hassan et Ahmed…

Sources: An Interdisciplinary journal on materials and their uses in African Studies

Sources grew out of the observation that academic journals tend to encourage theoretical and epistemological advances at the expense of the field materials under analysis. This journal’s mission is twofold: first, to resituate at the core of the articles the materials upon which researchers produce their reflections, while providing direct access to these materials; and second, to present analyses focusing on the contexts surrounding the production of these materials and their uses. This return to sources deriving from field work will take place in conjunction with topical thematics in African and Africana studies in the social sciences and humanities and will promote interdisciplinary dialogue. Sources thus aspires to restore full visibility to iteration for producing theoretical insights, that is, the movement back and forth between a research problem and the field, between interpretation and data.
More information on this journal down below (English and French).

 

Environmental Knowledge and Nature(s) in Africa: Collecting, Producing and Analysing Research Materials

Call for papers for Sources: An Interdisciplinary journal on materials and their uses in African Studies.

This issue of the journal Sources, forthcoming in 2021, would like to place at the center of reflection those objects that have become research materials and have participated and, for some, still participate in the production, transmission and discussion of naturalistic and environmental knowledge in Africa and about Africa.

More information on this call for papers down below (English and French).

Ramadan de sang. Le soudan entre révolution et négociation. Décembre 2018-juillet 2029

Résumé

Cette note revient sur les moments forts de la révolte, depuis les premières manifestations d’ampleur en décembre 2018 jusqu’à l’accord de juillet 2019 entre la coalition civile et le Conseil militaire de transition. Au centre des événements se situe la période du sit-in (6 avril-3 juin 2019) dont la trajectoire illustre la diversité des revendications populaires,le désir d’expression politique mais aussi le maintien d’un niveau de répression potentiellement très fort du régime dans sa pratique du pouvoir. La note revient finalement sur les grandes inconnues qui demeurent  parmi lesquelles les enjeux de l’accord civilo-militaire signé en juillet 2019, la place des groupes dits marginalisés et rebelles ou l’avenir du « mouvement islamiste » soudanais.

http://www.sciencespo.fr/ceri/fr/content/observatoire-de-l-afrique-de-l-est

‘Le programme MASE, une réponse à la difficulté pour l’Union africaine de se réformer’

By Patrick FERRAS

Résumé: Les sabotages de quatre navires et les tensions en résultant dans l’océan indien ont récemment rappelé l’intérêt stratégique de cet espace maritime. En s’appuyant sur un programme de sécurité maritime (MASE), quatre organisations africaines se sont lancées dans une appropriation
globale des problématiques de l’or bleu dans la région (programme MASE). Les premiers résultats sont encourageants et méritent d’être soutenus. Parallèlement, l’originalité de cette construction nous pousse à la réflexion sur l’efficacité des structures africaines actuelles. http://www.sciencespo.fr/ceri/fr/content/observatoire-de-l-afrique-de-l-est

Dossier spécial soudan (noria) – « retour sur les dynamiques révolutionnaires soudanaises »

Dear all, 

We are pleased to share with you this special issue on Sudan just published by NORIA, coordinated by Clément Deshayes, Margaux Etienne and Khadidja Medani. A beautiful illustration of CEDEJ Khartoum affiliated researchers great work.

Second Part next week.