Archives de catégorie : International conferences

Towards a New Social History of Sudan – Conference Call for Paper (English-French)

http://imaf.cnrs.fr/IMG/pdf/conference_presentation_18.9_jnb.pdf

Location: IMAF/Paris 1, Paris Pantheon SorbonneOrganised by: IMAF/CEDEJ Khartoum/Paris 1/CNRS Date: 10-11-12 December 2019

Presentation

The historiography of modern and contemporary Sudan has been shaped by its political history. Indeed, historians have often been called upon to respond to contemporary crises – civil wars, regime changes, international conflicts – often according to criteria of urgency, at the risk of falling into a certain presentism. In this context, social history, which often requires a slower and punctilious form of research, which does not produce ready-made solutions to the multiple crises in the country, and which put at the centre stage the lives of “ordinary people” (Bayat 2013), has struggled to assert itself on the academic scene. An obvious example of this pattern is the scarcity of academic works on the history of Sudanese women, with the exception of the controversial issue of female genital mutilation. In spite of some recent publications (Brown 2017), in-depth research on themes such as women and arts, the history of women as a changing labour force, the history of the family and its margins, and so on, is still waiting to be carried out by historians.

This conference, which is also a research program, aims to put “ordinary people”, women and men, back at the center of Sudan’s modern and contemporary history. From the outset, we wish to emphasize that the term “ordinary people” should neither hide nor flatten the teeming complexity of Sudanese society – used heuristically in the context of social history, it refers to individuals, groups, and social classes whose history is seldom visible or investigated, and who cannot be assimilated to the elites who dominate the country’s political and economic life. We also wish to consider all the dimensions related to the history of “exceptionally normal” people (according to the famous catchwords by one of the main advocates of micro-history, Eduardo Grendi 1977): their daily lives, beliefs, horizons and desires, their interconnections and circulations, while never forgetting the diversity of the various actors, be it related to their social class or their origin. Micro-history is not restricted to European history, and has inspired many studies in both Middle Eastern and African history (for instance in South African historiography). It has also several elements of affinity with non-Europeans historiographic trends such as the Subaltern Studies. In spite of their acknowledged differences, we believe that the crossing of such approaches can lead to new insights into the history of grassroots actors. Finally, social history has traditionally relied on a heterogeneity of disciplines. Thus, we wish that this conference may be enriched by the inputs of sister disciplines such as historical sociology, anthropology, gender studies, micro-history of economics, demography, and so on.

Taking the social history of “ordinary people”, including those of the marginalized peripheries, as a starting point for historical research opens up new perspectives, not only on the political history of the country, but also on the changes, breaks and crises that the country has gone through. This

1

includes the understanding of great popular revolutionary episodes that have been pivotal for its history, such as the one that has been taking place since December 2018 and brought the end of Omar al-Bashir’s regime (1989-2019).

The historiographical gap we have just described, however, does not mean the absence of historians’ interest for social history. The problem is rather the scarcity of opportunities to induce synergies among them, to meet and debate with each-other approaches and methodological differences, and to discuss about future developments. One of the main objectives of this conference is thus to give historians of Sudanese society a venue to meet and discuss. This will, hopefully, give more visibility and impact to social history in all its variations.

The conference will take place in Paris, at the University of Paris 1, Panthéon-Sorbonne, on the 10,11, and 12 December 2019. Each day will be introduced by a keynote speaker. Contributions on the following themes, from the perspective of social history, are particularly welcome :

  • –  women’s history (possible themes: history of women’s work, the history of women and arts, the history of the family and its margins).

  • –  labour history (such as: the history of trade unions, the history of the changing working conditions, left-wing cultures).

  • –  the history of mobilizations (grassroots mobilizations, the history of how ordinary people experience politics, the gendering of politics, etc.).

  • –  Historiography and the construction of historical knowledge.

  • –  Intellectual history “from below”.

    Scholarships will be available to cover the travel costs for two or three Master or PhD students traveling from Sudan. Students from Sudan should contact us well in advance for settling all issues related to visa.

    Abstracts of no more than 500 words should be sent by 15 October 2019. The document should also include: title, author’s name, telephone number, email address, affiliation, and of course abstract.

    Because we aim to publish the papers of the contributors to the conference, we strongly encourage participants to submit a full draft (5,000-8,000 words) by 30 November 2019, so that they may be circulated among the contributors and given a feedback.

    Contact info (NB: if you write to one of us, please put the others in CC) Elena Vezzadini, elena.vezzadini@univ-paris1.fr
    Anael Poussier, poussier.anael@gmail.com
    Jean-Nicolas Bach: jeannicolas.bach@cedejkhartoum.com

page2image1501231168page2image1501231440page2image1501231712page2image1501231984page2image1501232320page2image1501232592

2

Pour une nouvelle histoire sociale du Soudan

Lieu : IMAF/Paris 1, Paris Panthéon Sorbonne
Rattachements institutionnels : IMAF/CNRS/Paris 1/CEDEJ KhartoumDate : 10-11-12 décembre 2019

Argumentaire

L’historiographie du Soudan moderne et contemporain est fortement marquée par l’histoire politique de ce pays. En effet, les historien.e.s ont souvent été appelé.e.s à répondre aux crises contemporaines – guerres civiles, changements de régime, conflits internationaux – souvent selon des critères d’urgence, au risque de verser dans un certain présentisme. Dans ce contexte, l’histoire sociale, qui demande souvent une forme de recherche plus lente et pointilleuse, qui ne dégage pas de solutions toutes faites aux crises multiples du pays, et qui s’intéresse aux vies des « gens ordinaires » (Bayat 2013), a eu du mal à s’imposer dans la recherche universitaire sur le Soudan. Un exemple évident est la pauvreté de travaux sur l’histoire des femmes, à l’exception du thème très controversé de l’excision. Malgré quelques études récentes (Brown 2017), des recherches pointues sur des thèmes comme les femmes dans les arts, l’histoire des femmes dans le monde du travail, l’histoire de la famille et de ses marges, doivent encore être écrites.

Cette conférence, qui est également un programme de recherche, souhaite remettre au centre de l’histoire moderne et contemporaine du Soudan les « gens ordinaires ». D’emblée, nous soulignons que le terme ne veut ni masquer ni aplatir la foisonnante complexité de la société soudanaise ; utilisé de manière heuristique dans le contexte de l’histoire sociale, il désigne les individus, groupes, et classes sociales qui se situent en dehors des élites politiques ou économiques au centre de la vie politique du pays, et dont l’histoire est peu visible et peu ‘vue’. Nous souhaitons également nous intéresser à tous les thèmes liés à l’histoire des gens « exceptionnellement normaux » (Grendi 1977) : le quotidien, les croyances, les horizons et désirs, dans toute leur diversité selon classe sociale et origine, mais aussi dans tous leurs liens et circulations. Même si la microhistoire a surtout marqué l’historiographie européenne, elle a inspiré aussi des nombreuses études en histoire du Moyen Orient et de l’Afrique (voir l’historiographie de l’Afrique du Sud). Elle a aussi des affinités avec des historiographies non-européennes comme les Études subalternes (malgré leurs différences reconnues). Nous croyons que le croisement de ces approches ne peut que mener à une meilleure connaissance des acteurs et actrices « ordinaires ». Enfin, l’histoire sociale s’est traditionnellement servie d’une hétérogénéité de champs de savoir. Ainsi nous souhaiterions que cette conférence soit irriguée par une famille de disciplines sœurs : la sociologie historique, l’anthropologie, les études de genre, la micro-histoire de l’économie, la démographie, etc.

Partir de l’histoire sociale des « gens ordinaires » ouvre de nouvelles perspectives non seulement sur l’histoire politique du pays, mais aussi sur les changements, ruptures et crises que le pays a traversées. Cela inclut les grands épisodes révolutionnaires qui ont marqué son histoire, comme

3

celui qui est en train d’avoir lieu depuis décembre 2018 et qui a amené la fin du régime d’Omar al- Bashir (1989-2019).

La pénurie historiographique que nous avons décrit, cependant, ne signifie pas l’absence d’historien.ne.s interessée.e.s à ces questions. Le problème est plutôt un manque de visibilité et d’opportunités pour créer des synergies entre nous, de se rencontrer et débattre des différentes approches, méthodologies, et développements possibles. L’un des objectifs principaux de cette conférence, donc, est de créer cet espace d’échange entre les historien.ne.s du Soudan, mais aussi entre chercheurs d’autres disciplines qui adoptent une approche d’histoire sociale. Nous espérons que cela donnera plus de visibilité et d’impact à l’histoire sociale dans toutes ses variations.

La conférence aura lieu à Paris, à l’Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, le 10-11-12 décembre 2019. Chaque jour sera introduit par un.e orateur.e principal.e. Des recherches sur les thèmes suivants, dans une perspective d’histoire sociale, seront privilégiés :

  • –  Histoire des femmes (thèmes possibles : une historie du travail féminin, les femmes et les arts, l’histoire de la famille et de ses marges).

  • –  Histoire du travail (l’histoire des syndicats, l’histoire des conditions du travail, les cultures de gauche).

  • –  Histoire des mobilisations (mobilisations populaires, l’expérience de la politique des « gens ordinaires », politique et genre).

  • –  L’historiographie et la construction de la connaissance historique.

  • –  Histoire intellectuelle « par le bas ».

    Des fonds sont mis à dispositions pour 2 à 3 étudiant.e.s soudanais.e.s en master ou thèse pour couvrir les frais de déplacement. Les citoyens.e.s soudanais.e.s n’ayant pas de visa doivent contacter rapidement les organisateurs afin d’anticiper au mieux les formalités liées avec l’obtention du visa.

    Le résumé (env. 500 mots) devra être envoyé avant le 15 octobre 2019 et inclure : Nom et prénom, numéro de téléphone, email, affiliation.

    Une première version des contributions devra obligatoirement être envoyée avant le 30 novembre 2019.

    Information de contact (NB : si vous écrivez à l’un.e, mettez les autres en copie, merci) :

    Elena Vezzadini, elena.vezzadini@univ-paris1.fr
    Anael Poussier, poussier.anael@gmail.com
    Jean-Nicolas Bach: jeannicolas.bach@cedejkhartoum.com

“LE SOUDAN CONTEMPORAIN, LABORATOIRE DU REGARD INTERDISCIPLINAIRE SUR L’IMBRICATION DES NOTIONS D’ARABITÉ, ISLAMITÉ ET IDENTITÉ NATIONALE” – Atelier du 3ème Congrès du GIS Moyen Orient et Mondes Musulmans, Paris 4 juillet 2019

C’est dans le cadre du 3èmecongrès organisé par le GIS Moyen Orient et Mondes Musulman à Paris 1-Sorbonne entre le 3 et le 5 juillet 2019 (https://congres-gismomm.sciencesconf.org/program) qu’une partie de l’équipe du projet AUF-PCSI Arabité, islamité, ‘soudanité’/Being Arab, Muslim, Sudanese(CEDEJ-Khartoum, Université Paris 8, University of Khartoum, Max Planck Institute) a proposé cet atelier sur le Soudan.

Sur l’espace des deux heures consacrées à l’atelier (9h-11h), après une brève introduction par ses coordinatrices (B. Casciarri, A. Franck, E. Vezzadini), quatre interventions se sont succédées (v. fichier PDF avec programme détaillé). Les sept intervenants (A. Abdelaziz, C. Deshayes, G. Elsouri, P. Goût, K. Medani, B. Nur, S. Manfredi) ont proposé des réflexions issues de leurs terrains récents au Soudan, en soulignant la contribution de ces derniers à la connaissance des dynamiques proposées par la problématique de l’atelier.

Le débat final a été particulièrement riche : il a permis non seulement de croiser les divers regards disciplinaires (anthropologie, géographie, droit, histoire, linguistique) sollicités par la particularité des cas d’étude, mais également de s’appuyer sur ce double ancrage (l’interdisciplinarité et la diversité des cas empiriques) pour avancer dans la réflexion théorique générale. Cela a illustré la pertinence de considérer le Soudan comme un « laboratoire idéal » de l’imbrication des catégories d’ethnicité, de religion, d’identité nationale, que les événements contemporains du soulèvement populaire commencé en décembre 2018 ne font que confirmer. Cette problématique, au cœur du projet AUF-PCSI en cours, continuera de faire l’objet central de la réflexion de l’équipe du projet, qui prévoit la tenue d’un Workshop à Khartoum au début du mois de septembre 2019.

Programme/Abstracts ci-dessous

Journée d’étude: “Villes/Genre et mobilisation : le soulèvement populaire au Soudan 2018-2019”

L’idée de cette journée d’étude est née en janvier 2019 dans le contexte de l’ébullition des débuts du soulèvement populaire soudanais. Nous espérions avoir 6 mois plus tard plus de recul sur les évènements. Seulement ceux-ci ne se sont pas arrêtés et le mouvement est toujours en cours après avoir connu d’immenses réussites et des revers tout aussi importants. Cette journée qui est intervenu le 3 juillet, soit un mois après le massacre du sit-in a été l’occasion d’aborder le mouvement révolutionnaire soudanais en profondeur, de mettre lumière certains aspects – comme la participation des femmes au mouvement par exemple, de soulever certaines questions – telle que le rôle de l’islam dans la révolution. Cette journée d’étude a également permis de souligner et de discuter des enjeux académiques, analytiques et méthodologique que posent les situations de crise telle que la révolution soudanaise.

Cette journée coordonnée par Barbara Casciarri (Université de Paris 8/LAVUE), Raphaëlle Chevrillon-Guibert (IRD/PRODIG) et Alice Franck (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne/PRODIG) est le résultat d’un travail scientifique et institutionnel collectif. Elle a rassemblé une dizaine de chercheurs sur le Soudan (cf. programme en pièce-jointe), a été l’occasion d’organiser une table-ronde en présence de l’activiste soudanaise Rashida Shamseldin, et de discuter quatre communications. La journée d’étude a attiré des chercheurs spécialistes ou non du Soudan, et au-delà des sphères académiques témoignant de son attractivité. Les discussions, et débats qui ont suivi chacune des communications ont été riches et invitent à poursuivre cette réflexion académique sur les bouleversements en cours au Soudan, et plaide en faveur des démarches pluridisciplinaires, les seules à même de saisir pleinement les reconfigurations à l’œuvre.

“La Chute d’omar el-Bachir et les enjeux d’une transition au Soudan” – Conférence internationale Observatoire Afrique de l’Est – 26 juin 2019

Les mouvements de protestation contre le régime d’Omar el-Bachir ont conduit à la chute de ce dernier le 11 avril dernier, mettant un terme à 30 ans de présidence du Soudan.
La rue a poussé les militaires à intervenir, conduisant au coup d’état du 11/12 avril et à la mise en place d’une part d’un Conseil Militaire de Transition, d’autre part à l’occupation de la rue par les civils (6 avril). Depuis, les oppositions civiles font face à ce Conseil militaire avec qui les négociations pour une transition vers un gouvernement civil ont échoué.
Le démantèlement dans le sang du sit-in le 3 juin dernier révèle cet échec et annonce les difficultés à venir.

Cette journée d’étude de l’Observatoire de l’Afrique de l’Est (CEDEJ KhartoumSciences Po CERI) revient sur les dynamiques des mobilisations sociales et sur les enjeux majeurs auxquels sont confrontés aujourd’hui à la fois les branches de la sécurité et les civils: économie, armée, influences des pays voisins et des pays du Golfe, islam politique, gestion des périphéries… En d’autres termes, derrière la chute du président, il s’agit de revenir sur les principaux enjeux d’une évolution éventuelle du régime soudanais.

 

9h30  9h45 | Café d’accueil

9h45 – 10h00 | Introduction à la journéeJean-Nicolas Bach  

10h00 – 12h30 | Premier panel : Déroulé de la protestation

Roots of the Social Movement, Anne-Laure Mahé, Chercheure Afrique, IRSEM – associée CEDEJ Khartoum


The Role of Women and Youth in the Revolution, Lena Mahgoub, Sustainability and Public Private Partnership Consultant. Cofounder Impact Hub Khartoum

11h00  11h15 | Pause café

 How the Sit-In Impacted the Dynamic of the Social Movement, Muhanad Hashim, Journalist, BBC


La “révolution” soudanaise vue des périphéries, Jérôme Tubiana, Chercheur indépendant

12h30  14h00 | Déjeuner

14h00 – 15h30 | Deuxième panel : Les grands enjeux nationaux

 Sudanese Defense Forces, Security and Milicias: Challenges ahead, Hassan Elhagali Ahmed,  Prof. Political Science, University of Khartoum, associé CEDEJ Khartoum


What is the Future of Political Islam in Sudan?, El-Mahboub Abdel Salam, Solidarity For Democracy & Social Justice Movement


Economic Crisis and the Economy of the Crisis in Sudan 2011-2019, Sidgi Kaballo, Ahfad University for Women, Omdurman, Sudan

15h30 – 15h45 | Pause café

15h45 – 16h45 | Troisième panel : Les grands enjeux internationaux

The “revolution” in an International Perspective: Gulf Countries and Egypt, Azza Mustafa MohamedAhmed, Adj. Prof. of Political Science, associée CEDEJ Khartoum

The Sudan Spring and political climate change in the Horn, Cedric Barnes, UK Foreign and Common Wealth Office; Rift Valley Institute

Responsables scientifiques : Jean-Nicolas Bach et Roland Marchal

Slavery and Slave Trade in Ethiopia and Beyond

SLAFNET Summer School
15-18 April 2019
Institute of Ethiopian Studies, Addis Ababa University

Program :
* Monday, 15 : Trends in the study of slavery and slave trade in Africa.
* Tuesday, 16 : Graduate workshop on History and Memory.
* Wednesday, 17 : Visit to the National Archives of Ethiopia; Graduate workshop on Literature and Orality; Film screening at Alliance Ethio-française.
* Thursday, 18 : Public roundtable on the New perspectives in the study of slavery and slave trade in Ethiopia; Graduate workshop on Abolition.

“The Future of the Red Sea” – International COnference – Observatoire Afrique de l’Est, Paris 14 March

Journée d’étude dans le cadre de l’Observatoire de l’Afrique de l’Est en partenariat avec le CEDEJ Khartoum et la Direction générale des relations internationales et de la stratégie (DGRIS).

9h15 – 9h30 : Introduction à la journée d’étude

Roland Marchal, Sciences Po-CERI/CNRS et Jean-Nicolas Bach, CEDEJ Khartoum

9h30 – 11h00 : La Mer rouge vue par des acteurs distants

Présidence : Fatiha Dazi-Heni, IRSEM, IEP de Lille

Seyyed Hamze Safavi, Université de Téhéran
View of Iran’s foreign policy sector toward the Persian Gulf and the Horn of Africa : interests and challenges

Laurent Bonnefoy, Sciences Po-CERI/CNRS, Paris
Oman : conceptualisation et opérationnalisation d’une politique étrangère singulière au Moyen-Orient et en Afrique

11h00 – 11h15 : Pause-café

11h15 – 12h45 : Visions régionales discordantes

Présidence : Clélie Nallet, IFRI, Paris

Harry Verhoeven, Oxford University – China-Africa Network
Riyal Politik? Gulf States and Changing Conceptions of Regional Order in the Red Sea and Horn of Africa

Michael Woldemariam, Boston University, Pardee School of Global Studies
The Regional Implications of the Eritrea-Ethiopia Rapprochement: Continuity and Change in the New Horn of Africa

13h00 – 14h30 : Déjeuner

14h30 – 16h00 : A la marge ou au centre des nouveaux enjeux

Présidence : Jean-Nicolas Bach, CEDEJ Khartoum

Alsir Sidahmed, Consultant international et journaliste
Sudan: Scenarios for a Red Sea Policy 

Sonia Le Gouriellec, Université Catholique de Lille
Djibouti l’oubliée 

Roland Marchal, Sciences Po-CERI/CNRS
Reconfigurations politiques somaliennes à l’aune de la compétition entre pays du Golfe

16h00 – 16h15 : Pause-café

16h15 – 17h30 : Panel de conclusion

Responsables scientifiques : Jean-Nicolas Bach, CEDEJ Khartoum et Roland Marchal, Sciences Po-CERI/CNRS

Call for papers “Inequality and social cohesion” – 13th International conference of the AFD, Paris

The Agence Française de Développement’s Research Department is organizing a high-level conference every two years. The aim of the conference is to bring together leading academics and policy-makers to discuss key issues in development economics. Over the last years, the AFD’s International Conference has brought up to debate crucial topics such as “Evaluation and its discontents” in 2012, “Energy for Development” in 2014 and “Commons and Development” in 2016.

The next edition of the conference will be held on December 6th and 7th 2018 in Paris and will be focused on inequality, social cohesion and development.

For AFD, fighting inequalities is a mean to improve the society in which we want to live in. In our view, research and actions to fight inequalities are in a constant development that needs a further understanding and must be taken into consideration by all the actors in the society. The AFD has been engaged for some years now to understand the stakes of inequality in order to better address this challenge. The conference’s objective is therefore to contribute to the growing knowledge on inequality, by bringing together practices and research carried out at a global scale.

The 6th of December will be dedicated to a scientific day for which we welcome papers investigating the issue of inequality and social cohesion in developing and emerging countries. Key topics include:

  • Fiscal redistribution
  • Sustainability
  • The link between social inclusion, social cohesion and economic inequality

A selection of the papers will be published in a special issue of the Journal of Income Distribution.

The 7th of December will the dedicated to plenary sessions for which some of the confirmed invited speakers include:

▪ Gaël Giraud (AFD)

▪ Janet Gornick (CUNY-LIS Stone Center)

▪ François Bourguignon (PSE)

▪ James Galbraith (University of Texas)

▪ Murray Leibbrand (University of Cape Town)

▪ Branko Milanovic (CUNY-LIS Stone Center)

▪ Frances Stewart (University of Oxford)

▪ Alice Evans (King’s College)

Submission guidelines and timetable:

For the academic day, we are launching a call for papers (detailed information in the attached document). The deadline for application is August 20th, 23:59, Central European Time (UTC+01:00). Papers must be sent to conference_inequality2018@afd.fr , with the subject “Application – Call for Papers”, imperatively.

Please note that we will only be accepting COMPLETED papers in English or French, with a short abstract of 150 words. The presentation of the selected papers will be exclusively in English.

Decisions will be communicated by October 5th, 2018.

Travel and accommodation will be covered for a very limited number of participants originating from South countries and affiliated to South institutions. These participants will be selected based on the quality of their papers (best scores from the scientific committee) and will be contacted by email by October 5th. For those concerned, please attach the three following documents: a small letter explaining why you fit in the criteria, a passport copy and a proof of affiliation to the South institution.

Appel à contribution “Monde arabe et diplomaties parallèles” – Colloque annuel du CCMO – Paris, Automne 2018

Ébranlé par les soulèvements populaires de 2011, le monde arabe a vécu une séquence appelée à le marquer, en tant que tel et dans son rapport au monde. Pourtant, après une (re)découverte des sociétés, de leurs dynamiques et des registres de mobilisations d’acteurs non- étatiques, nombre d’analyses sont rapidement retombées dans des logiques plus traditionnelles.

Tout d’abord, le monde arabe est présenté successivement comme un ensemble de territoires colonisés ; un enjeu de la Guerre froide ; ou encore le terrain d’expression d’intérêts exogènes – énergétiques, économiques, stratégiques voire religieux. Objet d’un « Grand jeu » aux effets multiples, le monde arabe peine à s’imposer comme acteur à part entière. À l’inverse, perçu comme producteur de conflits, de réfugiés, voire d’extrémisme, il doit être « stabilisé » afin de devenir plus prévisible.

En second lieu, la majorité des études concernent les relations interétatiques, sans entrer dans l’analyse de la fabrique décisionnelle à l’intérieur des administrations. L’attention est dès lors portée sur les intérêts nationaux, la construction de politiques étrangères rationnelles, et sur les interactions qui peuvent être observées dans des cadres bi- ou multilatéraux. Les appareils diplomatiques sont au centre de ces travaux.

Enfin, le monde arabe connaît un traitement par crises. Ces approches tendent à privilégier une vision statique des intérêts des acteurs en présence, éludant souvent les évolutions sur le long terme et les dynamiques.

Si toutes ces approches contiennent leur part de vérité, nous souhaitons les compléter. Aussi le colloque annuel du Cercle des Chercheurs sur le Moyen Orient a-t-il choisi de traiter des « diplomaties parallèles » mises en œuvre dans et avec le monde arabe. Fonction traditionnellement régalienne, la diplomatie est aujourd’hui exercée par de nouvelles catégories d’acteurs, via des canaux multiples et selon les formes variées. Si ces personnalités ou ces groupes ne sont pas forcément des professionnels du champ ni associés à un État, cela ne signifie pas qu’ils ne sachent développer une expertise à cet égard, ou qu’ils ne puissent être à l’origine d’initiatives stimulantes, voire de succès notoires.

Contributions

À titre indicatif, les contributions pourraient ainsi traiter des thèmes suivants :

  • Les biais induits par les approches traditionnelles dans l’analyse du monde arabe (prise en compte des seuls intérêts des régimes, impacts analytiques par exemple à travers des grilles de lecture globalisantes comme l’opposition sunnites-chiites…).
  • La prise en compte d’aires géographiques dont les interactions avec le monde arabe sont moins connues (par exemple les interactions entre pays dits non-alignés) ou plus récentes, en étudiant en particulier la manière dont des acteurs des pays émergents (Afrique, Asie…) construisent une diplomatie à l’égard des pays arabes. Les contributions sur les relations intra-régionales ou Sud-Sud permettront de sortir du cadre souvent dominant en relations internationales des rapports entre Orient et Occident.
  • Les catégories d’acteurs qui interfèrent avec les politiques des États : organisations internationales (ONU, Banque mondiale, HCR…), régionales (UE, Ligue arabe), les acteurs économiques (cf. affaire Lafarge en Syrie), les groupes de pression, les groupes d’amitié parlementaire, les municipalités, les initiatives populaires, mais aussi les dynamiques transnationales à travers les ONG, la société civile, les diasporas…
  • La « fabrique » d’un agenda politique par ces acteurs, et la manière dont celui-ci interagit avec d’autres, et en particulier avec les États (renforcement ou concurrence ?) : selon les cas, ils peuvent être en mesure d’influer, de conforter ou de renverser une situation.

L’ensemble de ces contributions, et la publication collective qui fera suite à ce colloque, permettront de consolider des thématiques de recherches pour l’heure embryonnaires.

Les propositions de contributions (3 000 signes maximum) doivent être assorties d’une courte bibliographie et d’un résumé de CV du ou des intervenants.

Elles peuvent être rédigées en français, anglais ou arabe.

Elles doivent être envoyées avant le 15 juillet 2018 à l’adresse : buroccmo@gmail.com

Plus d’information sur l’appel à communications via le lien ci-dessus.

Media, science and transboundary cooperation in the Nile basin

International workshop 
 
“Media, science and transboundary cooperation in the Nile basin”
 
18 April 2018, 15:00 – 18:00 
 
 Venue: Meeting room of the Water Research Center (University of Khartoum, Faculty of Engineering) 
The University of Khartoum, Faculty of Social Science, Center for Diplomatic Studies and the Water Research Center, in collaboration with CEDEJ Khartoum and IHE Delft Institute for Water Education organize an international workshop on the role of media and scientific communication in conflicts and cooperation over the Nile.
The goals of the workshop are:  to present the preliminary findings of a research on Nile media debates in Ethiopia and Egypt and to discuss how to extend it to Sudan; to watch and discuss three videos portraying the visual dimension of Nile debates in the Eastern Nile countries.
The research and the video are part of the project “Open Water Diplomacy. Media, science and transboundary cooperation in the Nile basin” bringing together researchers and journalists from different Nile countries to foster constructive communication on Nile water issues.
See detailed program attached

Colloque de l’Observatoire de l’Afrique de l’Est du 19 octobre 2017 : AFRIQUE DE L’EST : SURPRENANTES ÉLECTIONS DANS UN ENVIRONNEMENT TROUBLÉ

Le CEDEJ -Khartoum est heureux de vous annoncer que la journée d’étude “AFRIQUE DE L’EST : SURPRENANTES
ÉLECTIONS DANS UN ENVIRONNEMENT
TROUBLÉ” organisée par l’Observatoire de l’Afrique de l’Est se tiendra le 19 octobre au CERI (56 rue Jacob, 75006 Paris) le 19 octobre 2017

Colloque Observatoire Afrique Est 19 octobre 2017

Les Rendez-vous de l’Histoire du monde arabe – Frontière(s), 18-21 mai 2017

Dans le cadre des “Rendez-vous de l’Histoire du monde arabe – Frontière(s)”, les 18-21 mai 2017 à l’Institut du Monde Arabe, nous sommes heureux de signaler la tenue de la Carte blanche suivante:

“Syrie, Soudan, Palestine : des territoires d’État démantelés ou réordonnés ? “

Continuer la lecture de Les Rendez-vous de l’Histoire du monde arabe – Frontière(s), 18-21 mai 2017

Conférence – Sortir des élections ou des élections pour sortir des crises, Afrique centrale, Afrique de l’Est et Région des Grands Lacs

SORTIR DES ÉLECTIONS OU DES ÉLECTIONS POUR SORTIR DES CRISES, AFRIQUE CENTRALE, AFRIQUE DE L’EST ET RÉGION DES GRANDS LACS »

Journées organisées par Lam-UPPA Visio-conf : LAM IEP bordeaux, IFRA Nairobi.

6 et 7 juin 2017, PAU

Université de Pau et des Pays de l’Adour Salle du Conseil, bâtiment recherche, Faculté de Droit Gestion et Economie

Continuer la lecture de Conférence – Sortir des élections ou des élections pour sortir des crises, Afrique centrale, Afrique de l’Est et Région des Grands Lacs

“Observatoire de l’Afrique de l’Est”, on April 6th 2017 in Hendaya (France)

CEDEJ Khartoum is pleased to announce that the next Seminar of “Observatoire de l’Afrique de l’Est” (Observatory East Africa) will be held (in French) on April 6th, 2017 in Hendaya, Basque Country/France, in the famous Abbadia Castle and in the Auditorium of Hendaya.

Continuer la lecture de “Observatoire de l’Afrique de l’Est”, on April 6th 2017 in Hendaya (France)

CONFERENCE – “Borders and Territorial Reconfigurations in the Middle East and the Sahel”, January 30-31st 2017, in Aswan (Egypt)

CEDEJ Khartoum is pleased to announce that several of its associate researchers and PhD students will participate in the international scientific conference “Borders and Territorial Reconfigurations in the Middle East and the Sahel”, organized by CEDEJ, to be held from January 30th to 31st, 2017, in Aswan, at the Arab Academy for Science, Technology and Maritime Transport.

affiche-frontiecc80res-vf-web5Our associate researchers and PhD students will participate in the Panel 2 Borders, mobilities and state making“, on January 30th.

Dr Hassan Elhagali, Professor of Political science at the University of Khartoum and Associate Researcher at CEDEJ Khartoum, will chair this panel.

Géraldine Pinauldt (IFG, univ. Paris 8) and Nathalie Coste (CERI- Sciences Po Paris/CEDEJ Khartoum) will present together a joint paper entitled “Somaliland et Soudan du Sud : Des précurseurs à la marge des bouleversements frontaliers au Moyen-Orient et au Sahel. Création d’Etat et identité(s) nationale(s), entre reconfiguration et statu quo”.

Netsereab Ghebremichael Andom (univ. of Khartoum/CEDEJ Khartoum) will present ” Migrant Influxes and their Implications to Border and Territorial Reconfigurations in SSA: The Case of Eritrea and Sudan”.

Bashir Shariff (univ. of Khartoum/CEDEJ Khartoum) will present “Thinking Islamic Borders in the Horn of Africa”.

The programme of the conference is available online : https://assouan2017.wordpress.com/

CEDEJ Khartoum is thankful to Institut Français for providing its support  to fund the travel and stay to Aswan of these researchers and PhD students.