Revue de presse du CEDEJ du Caire – Le partage des eaux du Nil entre Egypte, Soudan et Ethiopie, par Wahel Rashid

Focus – Le partage des eaux du Nil entre Egypte, Soudan et Ethiopie : revue de presse (1)

dans rubrique Revue de presse – Ressources/Environnement

par Wahel Rashid

Le 23 mars 2015, le premier ministre éthiopien, Hailemariam Desalegn, le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi et le président soudanais Omar el-Béchir, réunis à Khartoum, ont décidé de signer un accord de « principe » afin d’aplanir leurs différends concernant la question du Nil. En effet, depuis 2011, le projet de construction par le gouvernement éthiopien d’un barrage sur le Nil bleu envenime les relations entres les trois Etats. En Egypte, cette question est régulièrement traitée comme une question de sécurité nationale pour le pays puisque 95% de son approvisionnement en eau vient du Nil ; or le Nil bleu contribue à hauteur de 59% du débit total du Nil. Cet événement fut l’occasion d’un échange de « courtoisie » entre les chefs d’Etat éthiopien et égyptien : Hailemariam Desalegn assura que le projet éthiopien ne causerait pas de dommage à l’Egypte, tandis qu’Abdel Fattah al-Sissi annonça que, entre la coopération et le conflit, les trois pays avaient « choisi de coopérer ». Les tensions avaient atteint leur paroxysme en juin 2013 lorsque l’ancien président égyptien, Mohamed Morsi, avait dirigé une réunion au cours de laquelle certains responsables égyptiens avaient suggéré d’utiliser la force armée pour régler la question du barrage Renaissance en Ethiopie. Le barrage Renaissance (GERD en anglais pour Grand Ethiopian Renaissance Dam) qui doit être opérationnel en 2017 promet d’être la plus grande structure hydroélectrique d’Afrique avec une production de 6000 mégawatts par an. Le coût prévu pour ces travaux est de 4,5 milliards d’euros entièrement financés par l’Ethiopie et ses citoyens à travers un emprunt obligataire national.

Un accord de principe

Al-Ahram Hebdo dans son édition du 11 mars avait déjà fait état d’un accord de « coopération politique » conclu à Khartoum le 5 mars. Il fit suite à une réunion interministérielle, de trois jours, qui s’était déroulée au début du mois de mars et qui réunissait les ministres des affaires étrangères et ceux en charge des questions d’irrigation des trois pays. Elle succéda à deux autres réunions qui s’étaient tenues le mois précédent à Addis-Abeba. A son issue, les ministres avaient présenté un texte commun, soulignant les craintes des deux pays d’aval, aux présidents des trois pays. Alaa Yassine, consultant du ministre des Ressources hydriques et de l’Irrigation et membre du comité égyptien sur les négociations concernant le barrage Renaissance, avait à l’époque regretté que cet accord soit « resté dans les bureaux des trois présidents ». De son côté, Hussein al-Atfi, secrétaire général du Conseil arabe de l’eau, parlait déjà d’un accord de principe sans donner plus d’information sur son contenu. C’est cet accord, négocié au début du mois de mars, qui fut signé le lundi 23 mars dans la capitale soudanaise.

Le 20 mars, alors que la signature d’un accord sur le barrage Renaissance par le président al-Sissi avait été annoncée,le ministre des Affaires étrangères égyptien, Sameh Shoukry, avait déclaré que l’accord, qui serait signé au cours d’une tournée présidentielle de trois jours, n’altérerait pas les droits accordés à l’Egypte. L’Egypte s’appuie en effet sur les traités de 1902, 1929 et 1959 pour affirmer ses droits dans la gestion du Nil. De fait, l’accord signé entre les trois chefs d’Etat et de gouvernement, publié par le site d’information Ahram Online quelques jours après sa signature, composé de dix principes, ne reprend pas les précédents traités. Il encadre les négociations tripartites concernant le barrage Renaissance et définit aussi les principes d’une coopération plus globale à l’échelle du bassin du Nil. Le texte met en avant le rôle positif du barrage Renaissance dans le développement économique de la région tout en soulignant que la résolution des tensions qui l’entourent devra se faire de manière pacifique et par la négociation.

Plusieurs journaux égyptiens comme Egypt Independent ou Ahram Online prévoyaient que le président égyptien demanderait formellement au parlement éthiopien la reconnaissance de droits de l’Egypte sur les eaux du Nil en échange de l’acceptation par le Caire de la construction du barrage Renaissance. En effet, le 25 mars, la visite officielle du président al-Sissi à Addis-Abeba, une première depuis 1985, semblait sceller cette nouvelle phase des relations égypto-éthiopiennes. Au cours de cette visite, le chef d’Etat égyptien prononça un discours devant le parlement éthiopien dans lequel il réaffirma la volonté de l’Egypte de « tourner la page » de ses relations antérieures avec l’Ethiopie mais, en réalité, cette allocution ne donna pas d’éléments concrets supplémentaires.

Des analyses divergentes sur les implications de cet accord

En Egypte, de nombreuses critiques ont été formulées dans la presse par certains experts ou anciens responsables politiques. Pour l’ancien ministre de l’Irrigation, Mohamed Nasreddin, qui réagit à l’annonce de l’accord du 23 mars, sur le site Middle East Monitor, le gouvernement égyptien renonce aux droits sur les eaux du Nil qui sont à la base des prétentions égyptiennes. En outre, cet accord insiste, toujours selon cet ancien responsable, sur le fait que le barrage Renaissance relève de la souveraineté de l’Ethiopie. Ces critiques s’inscrivent dans un climat de très grande défiance de la société égyptienne vis à vis des intentions réelles de l’Ethiopie. En effet, dans l’édition du 24 décembre 2014 d’Al Ahram Hebdo, de nombreuses personnalités égyptiennes accusent l’Ethiopie de vouloir gagner du temps pour mettre l’Egypte devant un fait accompli. Malgré sa volonté affichée de coopérer avec les autres Etats, le gouvernement d’Addis-Abeba ne ralentit absolument pas le chantier et n’attend pas les résultats d’éventuelles études sur l’impact du barrage.

En revanche, dans Ahram Online, un article, « Egyptian experts divided over Rennaissane Dam declaration of principles » nuance ces critiques. Amany el-Taweel, spécialiste des affaires africaines au Centre d’études politiques et stratégique (CEPS) d’al-Ahram, nuance cette perception car, selon elle, l’accord n’accorde rien à personne. Il s’agirait de réduire les tensions et d’introduire un climat propice aux négociations toujours en cours : « c’est un geste diplomatique par excellence ». Il ne s’agit donc pas d’un accord définitif mais d’une étape préliminaire en vue de la conclusion d’un accord définitif. Certains acteurs gouvernementaux vont plus loin, estimant que cet accord offre des garanties à l’Egypte. Selon eux, l’accord garantit que le barrage Renaissance ne servira pas à l’agriculture. Ils rappellent que selon l’article 2 de ces accords, sur le principe de développement et l’intégration, le but du barrage est de produire de l’énergie électrique.

Pour le professeur Solomon Ayele Dersso, chercheur à l’Institut des études de Sécurité d’Addis-Abeba, qui s’exprime longuement sur le site d’Aljazeera, cette déclaration de principe va dans le bon sens. Selon lui, elle contribue à combattre le climat de « suspicion et d’animosité » qui définit depuis longtemps les relations entre l’Egypte et l’Ethiopie. Solomon Ayele Dersso souligne que le fait que l’Egypte et l’Ethiopie aient pu s’entendre sur un texte sur le Nil, indépendamment de son contenu, est en soit un événement historique. Toutefois, comme certains de ses homologues égyptiens, il souligne qu’il ne s’agit que d’une déclaration politique et absolument pas d’un engagement juridique. Pour ce chercheur, cet accord est la marque d’un changement de rapport de force dans la région au profit de l’Ethiopie. L’abandon par le Soudan de son partenariat avec l’Egypte y aurait largement contribué. Le revirement du Soudan s’expliquerait, selon Khaled Hanafy, chercheur au Centre d’études politiques et stratégique d’Al-Ahram, par le fait que Khartoum espère tirer quelques bénéfices de la construction du barrage Renaissance. En effet, le nouveau barrage devrait mettre fin aux inondations en aval et retenir le limon éthiopien qui freine les turbines des barrages du Soudan. Ce limon serait responsable d’un déficit de 40% de leur production hydroélectrique. Enfin, le gouvernement soudanais espère importer le surplus d’énergie produit par l’Ethiopie grâce à ce nouveau barrage.

Un accord préliminaire en vue d’accords techniques plus détaillés

Pour Hani Raslan, expert sur le basin du Nil au CEPS, l’accord du 23 mars permet à l’Egypte d’améliorer son image sur la scène internationale et principalement en direction des autres pays nilotiques. Il souligne que la nouvelle atmosphère qui se dégage à la suite de cette première étape peut apporter des « résultats considérables ». De fait, cet accord est vu à l’international comme une première étape qui doit permettre de trouver une issue à ce dossier. Le journal Egypt Indpendent a d’ailleurs repris la déclaration faite par la porte parole du Département d’Etat américain, Jen Psaki, qui se félicitait de cette « étape importante ».

Le site d’information Al-Monitor dans son article « Egypt warily signs preliminary Nile agreement » interroge le conseiller juridique du Comité Suprême de l’Egypte pour l’eau du Nil sur les implications juridiques de l’accord signé le 23 mars à Khartoum. Ce dernier affirme que ce qui a été signé à Khartoum n’annule pas les traités de 1902, 1929 et 1959, lesquels servent de base juridique aux prétentions égyptiennes. Le juriste explique que cet accord n’est qu’une première étape avant la signature d’accords plus détaillés. Cependant, il souligne que les négociations de ces accords techniques seront plus difficiles. En effet, c’est sur ces futurs accords techniques que l’Egypte devra défendre les droits que lui ont accordés les précédents traités. Néanmoins pour se mettre d’accord sur le volet technique, qui concerne entre autre la phase de remplissage du barrage Renaissance, les trois gouvernements doivent attendre les conclusions d’une étude, qui sera faite par un cabinet de consultants indépendants, sur l’impact du barrage sur les pays en aval. En août 2014, les trois pays s’étaient fixé un délai de six mois pour choisir ce cabinet, or, huit mois plus tard, aucun cabinet n’avait été désigné. Ce retard serait dû aux différences de vues entre les experts égyptiens et éthiopiens. Huit jours après la signature de l’accord de Khartoum, les ministères égyptien et éthiopien avaient déclaré que le choix de la société de conseil serait fixé la semaine suivante. Néanmoins, cette décision a été une nouvelle fois différée et, à ce jour, aucune société n’a été désignée. Le cabinet d’étude bénéficiera d’un délai de cinq mois pour rendre ses conclusions.

De son côté, le journal Mada Masr reprend un document écrit par un chercheur de l’Institut International pour la Diplomatie Publique, Ahmed Abizaid, pour attirer l’attention sur les causes du changement de position de l’Egypte. Selon Ahmed Abizaid, l’attitude égyptienne pourrait être le résultat d’une « relecture » plus réaliste de sa situation à savoir qu’elle ne peut pas empêcher l’Ethiopie de construire son barrage. Cette impression semble être confirmée par les déclarations du Ministre égyptien de l’Irrigation, Hossam Moghazi, qui a déclaré le 28 mars que l’Egypte est entrée dans une « ère de la pauvreté en eau ». C’est la première fois qu’un haut responsable égyptien reconnaît la situation de pénurie qui touche l’Egypte depuis de nombreuses années puisque le pays consomme annuellement 83 milliards de mètres cubes d’eau alors que les traités de 1929 et de 1959 ne lui donne « que » 55,5 milliards de mètres cubes d’eau. Le ministre a poursuivi en expliquant à l’opinion publique égyptienne qu’il fallait que le pays rationnalise sa consommation d’eau.

 

Focus – Le partage des eaux du Nil entre Egypte, Soudan et Ethiopie : revue de presse (2)

Le 23 mars 2015, l’Egypte, l’Ethiopie et le Soudan ont signé, à Khartoum, un accord, considéré comme historique, relatif au barrage Renaissance construit par Addis-Abeba sur le Nil bleu, l’affluent majeur du Nil. Cet accord dit de « principe » doit servir de base de travail à l’élaboration d’un traité plus détaillé sur le barrage Renaissance.

Moins d’un mois plus tard, les ministres en charge de l’Eau de chaque pays, réunis à Addis-Abeba, annonçaient avoir enfin choisi les deux cabinets de consultants devant fournir des études relatives aux conséquences de l’édification du barrage éthiopien. Le choix de ce comité d’experts internationaux avait été longtemps une pierre d’achoppement entre les trois pays, les conclusions de ce comité étant essentielles pour la suite des négociations. En effet, l’accord du 23 mars 2015 indiquait que les études complémentaires sur les impacts social, économique et hydraulique du futur barrage détermineraient la négociation d’un accord final entre les trois pays. Pourtant, malgré cet accord de principe qui impose ces études d’impact, le gouvernement éthiopien n’a pas stoppé les travaux de construction du barrage, un arrêt réclamé par la partie égyptienne. Le ministre égyptien de l’Eau et de l’Irrigation a donc précisé que les deux cabinets devraient terminer leurs études dans un délai de onze mois.

Récemment, deux universitaires du M.I.T ont publié dans le New York Times une tribune revenant sur les caractéristiques propres au Nil bleu et sur les enjeux de ces négociations multilatérales. Dans un premier temps, les deux auteurs détaillent les quantités d’eaux en question et soulignent que le débit de cet affluent est aussi irrégulier que le sont les précipitations en Ethiopie. Pour cette raison, le barrage Renaissance devrait bénéficier au Soudan, car, rappellent-ils, ce pays est toujours soumis aux aléas des crues, parfois dévastatrices, du Nil bleu. D’un autre côté, ils entrevoient pour l’Egypte la possibilité d’acheter l’énergie produite par le barrage en compensation des pertes en eau induites par sa construction. Mais, plus important à leurs yeux, cet évènement doit être l’occasion de repenser le système de gestion du bassin à l’échelle globale. L’Initiative pour le Bassin du Nil, une organisation régionale [1], pourrait être le moyen par lequel les Etats riverains coordonnent leur action grâce à des procédures communes et à une expertise technique et scientifique impartiale. Plus de sept mois après la signature de l’accord du 23 mars 2015, il paraît opportun de revenir sur l’évolution de ce dossier qui n’est toujours pas clos.

Des débuts placés sous le signe de l’entente

Dès avril 2015, les relations entre les gouvernements égyptien et éthiopien semblaient marquer une nette amélioration, comme l’attestent alors les rencontres régulières de responsables des trois pays. Il convient de noter que les négociations tripartites ne sont menées ni par les ministres des Affaires étrangères, ni par les ministres de l’Agriculture. Ces discussions regroupent les ministres de « l’Eau, de l’Irrigation et (sauf pour l’Egypte) de l’Electricité » de chaque pays. Cette représentation en dit beaucoup sur la manière dont les trois pays perçoivent leur rôle concernant les eaux du Nil : les Etats gèrent, organisent et distribuent l’eau, généralement par l’intermédiaire de systèmes de canaux et se servent aussi du fleuve pour produire de l’électricité.

Depuis la signature de l’accord du 23 mars et la sélection commune des bureaux de consultants en charge des études d’impacts du barrage, l’Egypte et l’Ethiopie ont tenu à afficher le réchauffement sensible de leurs relations dans plusieurs domaines. Dans le champ sécuritaire, le président égyptien est allé personnellement accueillir, à l’aéroport du Caire, 27 travailleurs éthiopiens, chrétiens, qui étaient retenus en Libye et avaient été libérés avec le concours de l’Etat égyptien. Les journalistes ont voulu voir dans cet événement, très médiatisé, le signe d’une amélioration notable des relations égypto-éthiopiennes. Sur le plan économique, la très importante conférence économique de Charm el-Cheikh (juin 2015) a été une autre occasion de mettre en avant ce nouvel esprit de coopération. Soudan, Ethiopie et Egypte ont décidé de profiter de l’événement pour renforcer leur coopération économique et créer le conseil suprême aux affaires économiques et politiques communes. Cette harmonie entre l’Egypte et l’Ethiopie peut étonner, au vu de leurs rapports qui, historiquement, ont toujours été mauvais.

Les retombées positives de l’accord de principe semblent également toucher l’atmosphère dans laquelle se déroulent les négociations, puisque les trois pays parviennent à surmonter sans heurt certains obstacles. En effet, le journalAhram Online, qui alimente très régulièrement sa page web sur l’avancement des négociations, annonce, le 14 juin 2015, que le Caire accueillerait une nouvelle réunion multilatérale, le 22 juin suivant, pour recevoir les entreprises de consultants qui n’avaient pas pu respecter une échéance en mai précédent. On y apprend que l’une des sociétés choisies est un bureau de conseil français en ingénierie, Artelia, ce qui s’avèrera inexact par la suite. L’article semble indiquer que les trois pays attendent déjà les premières conclusions de l’étude d’impact du barrage Renaissance, mais il s’agirait en fait, explique un officiel égyptien, de récupérer un « rapport révisé technique » qui puisse répondre aux requêtes des trois pays. Les réunions régulières, à peu près toutes les deux semaines, s’enchaînent (ici et ) sans apporter plus d’explications sur ce qu’attendent vraiment les trois pays des deux sociétés de conseil. On apprend, tout au plus, que les pays discutent des « aspects techniques » de ces études.

Mercredi 28 juillet, le ministre égyptien de l’Eau et de l’Irrigation, Hossam Moghazy, explique que les trois pays ont réussi à s’entendre sur la méthodologie utilisée pour faire ces études d’impact et ont réglé de nombreux détails techniques. On découvre également que 70% de l’étude sera confiée au cabinet français et que les 30% restant échoiront à l’autre cabinet, néerlandais. En réalité, depuis le mois d’avril, date à laquelle les trois Etats avaient réussi à s’entendre sur le choix des entreprises qui effectueraient les études d’impact, les gouvernements négocient non pas sur les premiers résultats des deux firmes, mais sur la répartition des tâches entre elles. Quatre mois après la signature en grande pompe de l’accord de principe, ces études d’impact, indispensables pour poursuivre les négociations, n’ont toujours pas débuté.

Des études dont l’intérêt risque d’être compromis

Plusieurs personnalités égyptiennes ont, début juillet 2015, exprimé dans la presse leur réserve sur le déroulement des négociations. Un diplomate égyptien, sous anonymat, expliquait aux journalistes d’Al-Ahram Weekly, qu’en dépit des gestes de bonne volonté de la part de l’Egypte, l’Ethiopie ne jouait pas le jeu et que les négociateurs éthiopiens se contentaient de venir aux réunions pour donner le change. Le diplomate exprimait alors un sentiment déjà partagé, avant la signature de l’accord du 23 mars 2015, par plusieurs personnalités égyptiennes. Pour plusieurs analystes, si les discussions n’avancent pas, c’est que l’Ethiopie ne souhaite pas réellement négocier, mais juste gagner du temps pour imposer un fait accompli. Pour le diplomate, le risque est que l’Egypte se retrouve à négocier sur « l’impact d’un barrage déjà construit ». L’ancien ministre égyptien de l’Eau et de l’Irrigation, Mohamed Nasr Allam, qui nourrit les mêmes réserves à l’égard de la loyauté du gouvernement éthiopien, estime que les résultats des études n’arriveront pas dans onze mois, mais plutôt dans deux ans. Plusieurs raisons l’amènent à penser que des divergences de vue entre l’Egypte et ses partenaires vont retarder la fin de ces études. Parmi ces raisons, il y a le refus de la part de l’Ethiopie, soutenue par le Soudan, d’intégrer aux études d’impact la question de la hauteur du barrage qui permettrait, selon l’Egypte, de voir si des alternatives existent. Mohamed Nasr Allam accuse donc le ministre égyptien actuel d’avoir donné un blanc seing au projet d’Addis-Abeba. L’ancien ministre propose plutôt de demander à l’Ethiopie d’arrêter la construction du barrage lorsque celui-ci aura atteint 120 mètres de hauteur, car, selon certaines études, élever la hauteur de l’édifice ne permettrait pas d’augmenter sa production hydroélectrique. Une fois les études terminées, les trois pays reprendraient les négociations sur le barrage Renaissance, avant de discuter d’un accord plus général de « coopération et de coordination » sur l’ensemble des barrages éthiopiens. De son côté, Hani Raslan, chercheur au Centre pour les Etudes Politiques et Stratégiques de la fondation Al-Ahram (CEPS), critique la gestion de ce dossier par le ministère égyptien de l’Eau et de l’Irrigation qui ne cesserait de parler de prétendus « progrès » à chaque réunion alors que les réunions continuent sans succès. Plus inquiétant, le chercheur explique que ces réunions multilatérales ne négocient pas sur le fond du problème. Il conviendrait, selon lui, de négocier sur ce qui est ou n’est pas un danger pour l’Egypte. Ainsi, si les études montrent que l’Egypte perd 10 milliards de mètres cubes d’eau, par exemple, l’Ethiopie pourrait prétendre que cela ne représente pas un danger. D’autant que l’Ethiopie, rappelle-t-il, ne reconnaît toujours pas l’actuel quota d’eau de l’Egypte, 55 milliards de mètres cubes d’eau, fixé par l’accord sur le partage des eaux du Nil de 1959.

Dans un entretien, accordé au journal francophone Al-Ahram Hebdo, un conseiller du ministre de l’Eau et de l’Irrigation égyptien, Alaa Yassin, tente, fin juillet, de clarifier la position du Caire. Face aux critiques, ce dernier admet que « généralement les études de faisabilité sont effectuées avant le début des projets » et rappelle que l’Ethiopie a démarré les travaux en avril 2011, au moment où la révolution égyptienne battait son plein. A la question de savoir s’il n’y a pas un risque que l’Ethiopie impose un fait accompli en finissant son barrage avant la fin des négociations, Alaa Yassin explique que l’important pour l’Egypte est d’avoir un document officiel et impartial pour porter l’affaire devant la scène internationale. Pour lui, ce changement de méthode de la part de l’Egypte est « la seule voie respectable dont elle dispose pour prouver les dégâts » causés par le barrage Renaissance.

Le 7 août 2015, le journal en ligne Al Monitor, informe dans l’un de ses articles que le gouvernement égyptien, au cours de la réunion multilatérale du 22 juillet 2015, avait soumis aux gouvernements éthiopien et soudanais deux études, non contraignantes. L’une de ces études soulignait que l’érection du barrage Renaissance allait contribuer à faire baisser la production hydroélectrique du barrage d’Assouan. Toujours selon Al Monitor, l’Egypte serait également inquiète des quantités d’eau que pourrait perdre le pays durant la phase de remplissage du barrage Renaissance. La quantité d’eau absorbée par cette phase de remplissage pourrait, en effet, provoquer la perte de 3 millions d’acres de terres et le déplacement de 5 à 6 millions de paysans. De leur côté, les deux bureaux de consultants, qui sont en réalité le Français BRL et le Néerlandais Deltares, peineraient à présenter un plan de travail qui réponde aux exigences de chaque Etat. L’Ethiopie et l’Egypte avaient eu des avis divergents sur le choix du bureau de consultants. Cela les avaient amenés à engager deux entreprises à la fois, ce qui, aujourd’hui, retarde le début des études de faisabilité.

De fait, le 20 août 2015, la huitième réunion du comité tripartie fut reportée au 5 septembre suivant, car les deux bureaux de consultants n’avaient pas encore réussi à se mettre d’accord sur le plan de travail qui devait être soumis à la validation des trois gouvernements. Ce nouveau délai ne fut pas, encore une fois, respecté par les deux firmes. Malgré l’incompréhension du gouvernement égyptien face aux retards des firmes, le ministre égyptien réaffirme néanmoins la volonté de l’Egypte de poursuivre la voie engagée lors de l’accord de principe et de mener à bien ces études. Le 10 septembre 2015, la firme néerlandaise, Deltares, n’ayant pas réussi à se mettre d’accord avec la firme française sur le partage du travail, annonce son retrait de ces études. Pour remédier à ce contretemps, il est prévu que le comité tripartite se retrouve, presque un mois après le retrait de Deltares, le 5 octobre, pour continuer ces discussions. Cependant, la veille de cette importante rencontre, l’Ethiopie demande un nouveau report de cette réunion.

Depuis l’accord de principe de mars 2015, les réunions s’enchaînent sans succès alors qu’une nouvelle échéance arrive. Les travaux du barrage Renaissance sont presque arrivés à la moitié du projet et l’Ethiopie devrait, de manière imminente, inaugurer la première phase d’exploitation du barrage en commençant à le remplir. L’ancien ministre égyptien de l’Eau et de l’Irrigation, Mohamed Allam, toujours très actif, accuse l’Ethiopie de violer l’accord de principe signé par les trois gouvernements. En effet, rappelle-t-il, l’article 5 de cet accord stipule que l’Ethiopie ne peut commencer à remplir le barrage Renaissance que 15 mois après le début des études d’impacts. Le gouvernement égyptien, de son côté, dit croire que l’Ethiopie respectera ses engagements et tente de convaincre la société Deltares de ne pas renoncer à participer ces études.

[1]Cette organisation régionale est née en 1999 et regroupe les dix pays situés sur le bassin versant du Nil, c’est-à-dire l’Egypte, le Soudan, l’Ethiopie, le Sud Soudan, l’Ouganda, le Kenya, la Tanzanie, le Burundi, le Rwanda et la République démocratique du Congo.

Focus – Le partage des eaux du Nil entre l’Egypte, le Soudan et l’Ethiopie : revue de presse (3)

Il y a un peu plus d’un an, l’Egypte, l’Ethiopie et le Soudan décidèrent avec détermination de régler leurs différends par la négociation. Le 23 mars 2015, ils signaient à Khartoum un accord dit de « principe » Cet accord, qui n’est pas un règlement final, encadre le processus de négociation et établit que des études d’impacts du barrage Renaissance serviront de base à l’établissement d’un règlement final. Les mois suivants, malgré quelques écueils, les relations égypto-éthiopiennes, encouragées par ce changement, semblèrent s’améliorer de manière exceptionnelle.
Toutefois, cette démarche positive ne parvint pas à faire cesser les critiques d’une partie de l’opinion publique égyptienne. Cette dernière, particulièrement défiante par rapport intentions de l’Ethiopie, émit des réserves sur l’efficacité de cet accord de principe. De fait, le commencement des études d’impacts, nécessaires au règlement de l’affaire, a été sans cesse repoussé en raison de désaccords persistants entre les négociateurs égyptiens et éthiopiens, mais aussi entre les deux compagnies chargées d’effectuer ces études : BRL et Deltares.
Après plus d’un an de ce processus de négociations, un bilan de la stratégie égyptienne semble nécessaire. Dans les deux premières parties, l’historique des évènements permettra de replacer le déroulement de ces négociations sur une période de sept mois. Cette perspective permettra d’analyser, entre les lignes, les décisions du gouvernement égyptien dans les deux dernières parties de ce texte.

Le blocage des négociations
Le 10 septembre 2015, près de six mois après la signature de l’accord du 23 mars 2015, le retrait de la compagnie néerlandaise Deltares des études d’impacts constitua une énième déconvenue pour le gouvernement égyptien. Pire, la réunion tripartite qui devait statuer un mois plus tard sur ce contretemps fut reportée par l’Ethiopie. A partir du mois d’octobre, alors qu’aucune réponse n’avait été apportée au départ de Deltares, le ministère égyptien de l’Eau et de l’Irrigation commença à s’impatienter et fit état de ses préoccupations sur le processus de négociations. Le ministre, Hossam Moghazy, expliqua que les difficultés que rencontraient les négociateurs n’étaient pas d’ordre politique et que Le Caire cherchait activement un compromis. Dans le même temps, Hossam Moggazy crût bon de préciser que l’Egypte gardait des moyens de pression. Cela peut surprendre dans la mesure où des moyens de pression ne peuvent s’appliquer qu’à des problèmes politiques, or le ministre venait de dire ce n’était pas le cas.
Le ministre, exprima également ses inquiétudes sur le fait que l’Ethiopie accélérait les travaux de construction du barrage Renaissance, tandis que les négociations avaient pris un très important retard. Le conseiller et porte-parole du ministre, Alaa Yassin, renchérit en affirmant qu’il fallait terminer les études d’impacts « avant qu’il ne soit trop tard ». De fait, lors de la réunion tripartite d’experts, le TNC (Tripartite National Committee), le 7 novembre 2015 au Caire, les négociations butèrent précisément sur l’impossibilité de déterminer un calendrier précis de l’achèvement des études d’impacts. En effet, du point de vue de la délégation éthiopienne, pour répondre à cette question, une décision politique devait être prise par les ministres.
Les trois ministres de l’Eau et de l’Irrigation, accompagnés par les ministres des Affaires étrangères, se réunirent le 11 décembre 2015 pour trancher la question du calendrier des études. Comme cette réunion ne déboucha sur aucun accord, une nouvelle réunion ministérielle fut programmée pour la fin du mois de décembre. Au même moment, Hossam Moghazy refusait de céder aux appels, dans la presse, à avoir recours à un arbitrage international pour régler la question du barrage Renaissance. Le ministre expliqua que ces négociations s’étaient justement élevées à un niveau interministériel puisque les négociations entre experts « ralentissaient ».

Le « Document de Khartoum »

Les 27, 28 et 29 décembre 2015, les experts et les deux ministres en charge du dossier de chaque pays se retrouvèrent à Khartoum. Le dernier jour, un accord, appelé par la suite le « Document de Khartoum, fut signé. Il prévoyait que les études seraient terminées dans un délai de huit à douze mois et que la société française Artelia remplacerait la société Deltares aux côtés de BRL. Par ailleurs, des sources diplomatiques précisèrent que l’Ethiopie aurait accepté, à cette occasion, la demande égyptienne d’augmenter le nombre de vannes du barrage. Quelques jours plus tard, Hossam Moghazy put confirmer que cinq experts feraient des propositions en ce sens aux autorités éthiopiennes. Parallèlement, le président égyptien, Abdelfattah al-Sissi valida la stratégie gouvernementale et les décisions prises à Khartoum en priant les Egyptiens de ne pas s’inquiéter à propos des eaux du Nil.
Hossam Moghazy se félicita des nouveaux progrès enregistrés par les négociations en avançant que, dorénavant, les experts égyptiens et soudanais pouvaient se rendre sur le site du barrage Renaissance. Son homologue éthiopien, Motuma Mikasa expliqua qu’il s’agissait d’un signe de bonne volonté de l’Ethiopie qui invitait aussi les ministres et même la presse à venir visiter le site des travaux. Dix mois après l’accord de principe, qui stipulait que les deux pays allaient coopérer sur les problèmes soulevés par le barrage, ces deux déclarations, destinées à rassurer les opinions, sont surprenantes. Un tel accord de coopération sous-entendait que chaque pays agisse de manière transparente vis-à-vis de ses partenaires et qu’il n’ait rien à cacher. Il est donc plutôt étonnant que les experts égyptiens et soudanais n’aient pas été autorisés plus tôt à inspecter le site du barrage, notamment après la signature de l’accord du 23 mars 2015.
Un mois après la signature du Document de Khartoum, le 29 janvier 2016, les deux firmes françaises déposèrent leur offre technique auprès des trois gouvernements. Le même jour, Hossam Moghazy déclara que la refonte de la conception du barrage n’était pas le but de ces études. Le 11 février, deux jours après la 12ème réunion tripartite d’experts, les 6 ministres échouèrent de nouveau à s’entendre sur certains aspects de l’offre technique, reportant de facto la signature des contrats avec les firmes. Le 16 mars 2016, Hossam Moghazy annonça dans un communiqué de presse que les contrats avec les firmes seraient signés au cours des deux dernières semaines du mois de mars, après qu’un cabinet juridique, probablement Corbett & Co, ait vérifié les clauses du contrat.

Une communication confuse devenue inaudible

Les retards répétés pour signer les contrats avec les firmes rendent compte d’un phénomène plus large caractéristique des douze derniers mois. La communication sur les négociations, loin d’être efficace, traduit plutôt une grande confusion de la part des autorités politiques qui semblent être mal coordonnées. Quelques heures avant le début des pourparlers de fin décembre, au plus mauvais moment, l’Ethiopie annonçait avoir détourné le cours du Nil pour que ses eaux passent à travers le barrage. En réalité, Addis-Abeba avait déjà changé le lit du fleuve en 2013 pour pouvoir construire le barrage Renaissance. Contre toute attente, Hossam Moghazy ne dénonça pas cette mesure éthiopienne, mais expliqua qu’il s’agissait d’une étape normale qui ne gênerait en rien les négociations. Toutefois, ceux qui, dans l’opinion publique égyptienne, critiquaient depuis longtemps la stratégie gouvernementale virent là une violation de l’accord du 23 mars 2015. En effet, celui-ci stipulait qu’Addis-Abeba devait attendre douze mois après le début des études pour commencer à remplir son réservoir, or remettre le fleuve dans son lit originel n’aurait pas d’intérêt immédiat si ce n’est pour commencer à remplir le barrage. Pour désamorcer la polémique, l’ambassadeur égyptien à Addis-Abeba déclara que le gouvernement éthiopien n’avait pas commencé à remplir le barrage et qu’il n’avait donc pas violé l’accord de principe. Néanmoins, il est permis d’affirmer qu’à partir de ce moment, la parole du gouvernement égyptien était devenue inaudible auprès de son opinion publique. Plutôt que d’accorder crédit aux dires des autorités égyptiennes, plusieurs personnalités consultèrent des images satellites pour se faire une opinion et, selon certains universitaires, si la phase de remplissage n’avait pas commencé, elle serait imminente.
Le fait qu’aucun contrat n’ait été signé avec les cabinets de consultants durant toute l’année laisse penser que le TNC n’a pas pu apporter de solutions techniques, à cause d’instructions politiques incompatibles, venant à la fois du Caire et d’Addis-Abeba. Pourtant, les trois gouvernements se sont attachés à toujours afficher une parfaite entente. Devant l’absence de progrès tangibles, leur explication, commune, était de dire qu’il ne s’agissait pas de désaccord politique de fond, mais plutôt de problèmes d’incompréhension. Le ministre des Affaires étrangères soudanais, Ibrahim Ghandour alla jusqu’à déclarer qu’il n’y avait pas de crise concernant le barrage Renaissance, mais juste une « crise de confiance » De fait, s’il y a bien un point sur lequel les trois gouvernements sont d’accord, de manière constante, c’est sur le fait qu’il faut des « mesures pour renforcer la confiance mutuelle ». Il y a l’idée que le renforcement des liens entre les trois pays doit permettre de leur faire accepter plus facilement des compromis. Au cours de la Conférence de l’Investissement Africain, en février 2016 à Charm el-Cheikh, les trois pays décident donc de créer un« cadre institutionnel commun » pour financer des projets de développement national.
Loin de convaincre les opinions, les déclarations officielles masquent mal l’absence évidente de compromis entre les trois Etats et donnent plutôt l’impression qu’aucun ne veut admettre l’échec patent du processus de négociation. L’absence de transparence à propos de ces négociations et les propos contradictoires des différents participants ont conduit à décrédibiliser la parole officielle. En effet, chaque gouvernement affirme que les négociations se passent bien sans n’avoir rien cédé sur l’essentiel. Le Caire a régulièrement dit que la quote-part de l’Egypte ne serait pas modifiée, tandis qu’Addis-Abeba a toujours soutenu qu’il était hors de question de changer le calendrier de construction du barrage. Le directeur des relations publiques du ministère de l’Eau et de l’Energie éthiopien, Bizuneh Tolcha, a même rejeté la possibilité d’apporter des modifications à la structure du barrage et donc d’augmenter le nombre de ses vannes. C’est probablement cet ensemble d’éléments qui a alerté un nombre important de personnalités : il est peu vraisemblable que les négociations puissent apporter de solution acceptable pour tous en l’absence de concessions.

Une situation qui semble échapper de plus en plus au Caire

Tout au long de cette année de négociations, les médias égyptiens ont régulièrement accusé l’Ethiopie de ne pas avoir une attitude loyale et de se servir de ces négociations pour continuer tranquillement les travaux de constructions du barrage. De fait, la majorité des personnalités mises en avant par la presse égyptienne estiment que le processus de négociations ne marche pas et qu’il faut changer de politique. Pour le démontrer, Mohamed Allam, ancien ministre égyptien de l’Eau et de l’Irrigation, a détaillé, dans une longue tribune dans Al-Ahram Weekly, les différentes étapes de ce cycle de négociations, commencé il y a plus d’un an. L’Egypte, explique-t-il, avait accepté de négocier avec l’Ethiopie car elle n’avait aucun moyen de faire arrêter directement les travaux. Néanmoins, à chaque fois que Le Caire faisait des concessions, Addis-Abeba, plutôt que de faire de même pour trouver un compromis, en profitait pour réclamer toujours plus. L’erreur du gouvernement égyptien est donc d’avoir fait des concessions sans demander de contreparties immédiates dans l’espoir que le gouvernement éthiopien assouplirait ses positions. Devant l’absence de progrès et pour répondre aux inquiétudes de la population égyptienne, Abdelfattah al-Sissi était donc intervenu. Cette intervention au plus haut niveau avait alors permis de sceller l’accord de principe du 23 mars 2015. Si les négociations ont échoué, c’est en raison des différences de vue purement politiques, estime Mohamed Allam. Ce dernier accuse notamment le ministre de l’Eau et de l’Irrigation et celui des Affaires étrangères d’avoir répété que tout se passait bien alors que les négociations avec l’Ethiopie ne servaient clairement à rien. Selon Hani Sewilam, chercheur en gestion des ressources hydriques à l’Université de Rhénanie-Westphalie, l’attitude des ministres apoussé le gouvernement à commettre de lourdes erreurs. Ainsi, lorsque Hossam Moghazy déclare en Août 2014, pour rassurer la population égyptienne, qu’il n’y a aucun problème avec la première phase des travaux, il ne peut plus faire marche arrière, en décembre 2015, lorsqu’il se rend compte qu’il faut augmenter le nombre de vannes.
Nader Noureddine, professeur en ressources hydriques à l’Université du Caire, est également très critique sur l’attitude intransigeante de l’Ethiopie malgré les concessions égyptiennes. En effet, le gouvernement éthiopien refuse de parler du quota d’eau, de l’arrêt des travaux et des spécificités du barrage. Il était donc prévisible qu’Addis-Abeba rejette les propositions des experts égyptiens d’augmenter le nombre de vannes du barrage. Pire, Nader Noureddine soupçonne l’Ethiopie d’avoir volontairement retardé toutes les réunions jusqu’au moment où le barrage serait construit à 50% pour rendre impossible la possibilité d’augmenter le nombre de ces vannes. Il faut donc maintenant négocier sur la hauteur du barrage, estime-t-il. De son côté, Hani Sewilam estime plutôt, qu’au stade où en sont les travaux, les trois gouvernements peuvent uniquement négocier sur le temps de remplissage du barrage. Dans le scénario le plus optimiste, le remplissage se ferait en sept ans mais réduirait tout de même l’approvisionnement de l’Egypte de 25% et réduirait aussi de 11% la quote-part de l’Egypte durant cette phase de remplissage. Cependant, le premier ministre égyptien, Sherif Ismail, déclarait que l’Egypte négociait pour un remplissage du réservoir qui se ferait sur une période de neuf à douze ans. Pour Nader Noureddine, la question du remplissage du barrage est moins importante que celle de sa hauteur. En effet, l’Ethiopie subit depuis neuf ans une sécheresse, qui a mis à l’arrêt plusieurs barrages soudanais, et devrait donc attendre une meilleure saison pour commencer à la remplir.

Une stratégie qui a échoué ?

Quatre mois après la signature du Document de Khartoum, qui prévoyait que les études seraient terminées dans un délai de huit à douze mois, les deux firmes choisies n’ont toujours pas commencé leurs travaux. Plus d’un an après la signature de l’accord de principe, le 23 mars 2015, aucune amélioration notable ne s’est produite.
En Egypte, l’impression que le gouvernement n’a pas une politique bien définie, mais plutôt qu’il improvise, lui a ôté toute crédibilité auprès de l’opinion publique égyptienne. D’ailleurs, l’objet des négociations et les demandes égyptiennes restent très flous. Il est difficile de savoir si le gouvernement égyptien a essayé de négocier sur les caractéristiques du barrage ou seulement sur la façon de procéder aux études d’impacts.
Il est permis de penser que Le Caire a non seulement mal anticipé les complications qui pouvaient survenir après la signature de l’accord du 23 mars 2015, mais aussi qu’il a fait une erreur politique majeure en laissant trop longtemps l’Ethiopie construire le barrage. Hani Sewilam explique que ces études d’impacts, qui sont en fait des études de faisabilité, sont un non-sens :
Que ferons-nous si les études montrent qu’il y a des impacts négatifs sur les pays en aval ? Allons-nous démolir le barrage ? Serons-nous capables de modifier le corps du barrage existant ? Ou essayent-ils (les Ethiopiens) de simplement gagner du temps parce qu’ils savent que la réponse à toutes ces questions est un gros non ?
Il n’est pas exclu que le gouvernement soit conscient de cette réalité et qu’il espère que les résultats de l’étude auront un poids suffisant pour contraindre l’Ethiopie à ne pas réduire le débit du fleuve. Cependant, cela semble être un pari bien risqué. Il est permis de douter de la capacité qu’auront l’Egypte et l’Ethiopie à s’entendre sur le déroulement de la phase de remplissage, au vu de cette année de « négociations »…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *