Appel à contribution « Monde arabe et diplomaties parallèles » – Colloque annuel du CCMO – Paris, Automne 2018

Ébranlé par les soulèvements populaires de 2011, le monde arabe a vécu une séquence appelée à le marquer, en tant que tel et dans son rapport au monde. Pourtant, après une (re)découverte des sociétés, de leurs dynamiques et des registres de mobilisations d’acteurs non- étatiques, nombre d’analyses sont rapidement retombées dans des logiques plus traditionnelles.

Tout d’abord, le monde arabe est présenté successivement comme un ensemble de territoires colonisés ; un enjeu de la Guerre froide ; ou encore le terrain d’expression d’intérêts exogènes – énergétiques, économiques, stratégiques voire religieux. Objet d’un « Grand jeu » aux effets multiples, le monde arabe peine à s’imposer comme acteur à part entière. À l’inverse, perçu comme producteur de conflits, de réfugiés, voire d’extrémisme, il doit être « stabilisé » afin de devenir plus prévisible.

En second lieu, la majorité des études concernent les relations interétatiques, sans entrer dans l’analyse de la fabrique décisionnelle à l’intérieur des administrations. L’attention est dès lors portée sur les intérêts nationaux, la construction de politiques étrangères rationnelles, et sur les interactions qui peuvent être observées dans des cadres bi- ou multilatéraux. Les appareils diplomatiques sont au centre de ces travaux.

Enfin, le monde arabe connaît un traitement par crises. Ces approches tendent à privilégier une vision statique des intérêts des acteurs en présence, éludant souvent les évolutions sur le long terme et les dynamiques.

Si toutes ces approches contiennent leur part de vérité, nous souhaitons les compléter. Aussi le colloque annuel du Cercle des Chercheurs sur le Moyen Orient a-t-il choisi de traiter des « diplomaties parallèles » mises en œuvre dans et avec le monde arabe. Fonction traditionnellement régalienne, la diplomatie est aujourd’hui exercée par de nouvelles catégories d’acteurs, via des canaux multiples et selon les formes variées. Si ces personnalités ou ces groupes ne sont pas forcément des professionnels du champ ni associés à un État, cela ne signifie pas qu’ils ne sachent développer une expertise à cet égard, ou qu’ils ne puissent être à l’origine d’initiatives stimulantes, voire de succès notoires.

Contributions

À titre indicatif, les contributions pourraient ainsi traiter des thèmes suivants :

  • Les biais induits par les approches traditionnelles dans l’analyse du monde arabe (prise en compte des seuls intérêts des régimes, impacts analytiques par exemple à travers des grilles de lecture globalisantes comme l’opposition sunnites-chiites…).
  • La prise en compte d’aires géographiques dont les interactions avec le monde arabe sont moins connues (par exemple les interactions entre pays dits non-alignés) ou plus récentes, en étudiant en particulier la manière dont des acteurs des pays émergents (Afrique, Asie…) construisent une diplomatie à l’égard des pays arabes. Les contributions sur les relations intra-régionales ou Sud-Sud permettront de sortir du cadre souvent dominant en relations internationales des rapports entre Orient et Occident.
  • Les catégories d’acteurs qui interfèrent avec les politiques des États : organisations internationales (ONU, Banque mondiale, HCR…), régionales (UE, Ligue arabe), les acteurs économiques (cf. affaire Lafarge en Syrie), les groupes de pression, les groupes d’amitié parlementaire, les municipalités, les initiatives populaires, mais aussi les dynamiques transnationales à travers les ONG, la société civile, les diasporas…
  • La « fabrique » d’un agenda politique par ces acteurs, et la manière dont celui-ci interagit avec d’autres, et en particulier avec les États (renforcement ou concurrence ?) : selon les cas, ils peuvent être en mesure d’influer, de conforter ou de renverser une situation.

L’ensemble de ces contributions, et la publication collective qui fera suite à ce colloque, permettront de consolider des thématiques de recherches pour l’heure embryonnaires.

Les propositions de contributions (3 000 signes maximum) doivent être assorties d’une courte bibliographie et d’un résumé de CV du ou des intervenants.

Elles peuvent être rédigées en français, anglais ou arabe.

Elles doivent être envoyées avant le 15 juillet 2018 à l’adresse : buroccmo@gmail.com

Plus d’information sur l’appel à communications via le lien ci-dessus.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.