Being Arab, Muslim, Sudanese

Reshaping belongings, local practices and state policies in Sudan after the separation of the South Sudan

The project focuses on dynamics of Arabization and Islamization in relation with national identity building in Sudan, through the analysis of the three notions’ articulation within practical processes and social actors’ practices. The central socio-anthropological approach is based on a micro-scale perspective although paying attention to macro-scale phenomena, mainly state policies related to citizens’ affiliation to an identity forged on categories of Arabness, Islamity and national integration. Rooted in classical works on issues of ethnicity, religion and nationality, the project aims at renewing the scientific contribution of the debate on the relation between Arab identity and Islam and on the issues at stake in the relationship State/citizens in an African country where colonial legacy and ethno-cultural pluralism had made particularly complex the objectives of nation-building.

Founded by the AUF (Agence Universitaire de la Francophonie) as a PCSI (Projet de Coopération Scientifique Inter-universitaire), the project has four institutional partners: CEDEJ Khartoum, University of Khartoum, University Paris 8/LAVUE and Max Planck Institute. Barbara Casciarri (University Paris 8) is the scientific coordinator, Jean-Nicolas Bach (CEDEJ Khartoum) is project leader and Mohamed A.G. Bakhit (University of Khartoum) is coordinator of the Sudanese research team.


Arabité, islamité, ‘soudanité’

Enjeux de la redéfinition des appartenances, des pratiques locales et des politiques étatiques au Soudan après la séparation du Sud

Focalisé sur les dynamiques d’arabisation et d’islamisation en relation avec la construction d’une identité nationale au Soudan, le projet a analysé l’articulation des trois notions par les processus concrets mettant en jeu l’inscription des acteurs sociaux. L’approche socio-anthropologique impliquait une démarche à la micro-échelle tout en visant l’étude de phénomènes à la macro-échelle, telles que les politiques mises en place par l’État au sujet de l’affiliation des citoyens à une identité forgée sur les catégories d’arabité/islamité et d’intégration nationale. Nourri de l’apport des travaux classiques sur les problématiques d’ethnicité, de religion et de nationalité, ce projet a offert une contribution renouvelée sur le rapport entre arabité et islamité suscitant la reprise du débat scientifique sur les enjeux de la relation Etat/citoyen dans un pays africain où l’héritage colonial et le pluralisme ethno-culturel ont rendu la construction nationale davantage complexe

Financé par l’AUF (Agence Universitaire de la Francophonie) comme PCSI (Projet de Coopération Scientifique Inter-universitaire), le projet avait quatre partenaires institutionnels : CEDEJ Khartoum, University of Khartoum, Université Paris 8/LAVUE et Max Planck Institute. Barbara Casciarri (Université Paris 8) était la coordinatrice scientifique du projet, Jean-Nicolas Bach (CEDEJ Khartoum) son porteur et Mohamed A.G. Bakhit (University of Khartoum) était coordinateur de l’équipe de recherche soudanaise.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search