Soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

Please find Below the recent releases from Politique Aricaine and FASOPO for the support of our colleagues Fariba Adelkhak and Roland Marchal, who have been detained in Iran since June. Our thoughts go to them, their families, relatives and our colleagues.

Support letter from ACPA for our friends and colleagues

Fariba Adelkhah and Roland Marchal, scientific prisoners in Iran

The news of the arrest of our friend and colleague Roland Marchal, CNRS researcher at the Centre for international relations (CERI) at Sciences Po and chief editor of our journal Politique africaine from 2002 to 2006 was announced in the French press on the 15th of October.

He was arrested early June, along with another of our dear friends and colleagues, Fariba Adelkhah, research director at CERI, Sciences Po and an expert on Iran. He has similarly been incarcerated in Tehran, in Evin prison, for more than four months. Revealing Roland’s name or not, was discussed at length among his relatives and colleagues after only Fariba’s name was revealed in Iran in July. We eventually took the decision to not release his name to the press, following the advice of the French Ministry of Foreign Affairs, but also taking into account the experiences of colleagues from other countries who have also been imprisoned in Iran and especially the risks faced by our friends and by those who work to help them in Iran. For the last four months, the silence kept by our entire academic community but also by the informed journalists was remarkable. This is the manifestation of both a great solidarity and an extreme prudence necessary to address a particularly complex and worrying situation.

Roland is an internationally recognized sociologist, a great specialist of Africa and a very hard working, rigorous and solid researcher. He has been doing fieldwork for several decades on conflicts in Somalia, Chad, Sudan, Central African Republic and more recently in Mali. No doubt that he did not imagine that it would be in Iran, which is remote from his areas of expertise, that he would be arrested and charged with a « threat to the security of the state ».

We are deeply affected and revolted by our colleagues’ long and unfounded incarceration. We are in full support of the action of the European academic association of FASOPO (Fonds d’analyse des sociétés politiques), of which Fariba and Roland are founding members. As soon as they were arrested, FASOPO immediately mobilized a community of researchers. We stand with them to reiterate the call for their immediate release, and the suspension of all scientific and cultural cooperation with Iran. We call on French and European universities to immediately interrupt their exchanges with Iran, both in the field of hard sciences and social sciences. We also call on academics around the world to express their solidarity with our friends and colleagues and with all academic prisoners held in Iran.

Fariba and Roland are of the same style: that of intellectuals extremely active on the academic scene, totally devoted to their research and driven by values of intellectual honesty and professional ethics far removed from the accusations they are now facing. These are two strong voices from the academic field that, in addition to being sorely missed by their family, friends and colleagues, are also missing to our scientific community.

We express our unwavering support to them and their families and ensure we will remain mobilized until their release. Please disseminate this information as widely as possible in your African and international networks.

You can find the FASOPO press release on the FASOPO website where you will find a press review, the biographies of Fariba and Roland and the press releases translated in several languages.


 

Laurent Fourchard (Outgoing President of ACPA) and Sandrine Perrot (President of ACPA)

For the Associations des Chercheurs de Politique africaine (ACPA)

Ci-dessous le communiqué du FASOPO sur la détention de nos deux amis Fariba Adelkhah et Roland Marchal, prisonniers scientifiques.

http://www.fasopo.org

Détention de deux chercheurs français en Iran

Le Figaro a pris la responsabilité de rendre publique la détention en Iran de Roland Marchal que nous avions tenue confidentielle sur la recommandation du ministère français des Affaires étrangères, après que des réseaux sociaux iraniens eurent communiqué l’arrestation de la seule Fariba Adelkhah, à la mi-juillet. Cette discrétion semblait préférable aux autorités françaises qui s’étaient immédiatement engagées, au plus haut niveau, pour obtenir la libération de nos collègues dès que nous avions signalé leur disparition, le 25 juin, mais souhaitaient éviter toute surenchère nationaliste à Téhéran. Elle nous le semblait aussi a vu des expériences des collègues étrangers s’étant trouvés dans la même situation, qui soulignaient combien la mobilisation médiatique « occidentale » avait été soit inutile, soit pire, contre-productive en risquant d’aggraver les conditions de détention des prisonniers scientifiques et les perspectives de libération.
L’arrestation concomitante de Fariba Adelkhah et Roland Marchal semble en fait remonter au 5 juin. Tout l’été, les autorités françaises ont poursuivi leurs efforts. Elles n’ont obtenu d’exercer leur droit de visite consulaire que pour Roland Marchal, et non pour Fariba Adelkhah dont le gouvernement iranien ne reconnaît pas la nationalité française, conformément à sa doctrine. Nos deux collègues bénéficient par ailleurs de l’assistance d’un avocat. A ce jour, ils restent soumis à des interrogatoires dans l’aile de la prison d’Evin que gèrent les Gardiens de la Révolution.
Nous ne ferons aucun commentaire sur les affirmations du Figaro quant aux éventuelles tractations entre Paris et Téhéran dont feraient l’objet Fariba Adelkhah et Roland Marchal, car nous ne disposons d’aucune information vérifiée et vérifiable en la matière.
Nous rappelons que les arrestations d’universitaires étrangers se sont multipliées ces derniers temps en Iran, et que le cas de Fariba Adelkhah et Roland Marchal est loin d’être isolé. Nous savons par ailleurs que nombre d’universitaires iraniens sont emprisonnés pour des raisons politiques, sur la base d’inculpations fantaisistes.
En même temps que notre solidarité avec nos deux collègues, nous tenons à exprimer nos remerciements et notre reconnaissance aux diplomates et aux responsables politiques français pour leur action, discrète mais déterminée.
Rien ne justifie l’incarcération de Fariba Adelkhah et Roland Marchal. Ces derniers ont des activités strictement universitaires, n’ont aucun lien avec quelque service de renseignement que ce soit, ne mènent aucune activité politique en Iran. Toute allégation quant à leur implication dans des opérations d’espionnage ou de déstabilisation est grotesque, et ne devrait que provoquer le fou-rire pour qui connaît leur itinéraire professionnel et personnel, s’il ne s’agissait de leur liberté et de leur santé. La triste réalité est que les Gardiens de la Révolution les ont pris en gage pour on ne sait quel marchandage qui ne les concerne en rien, et selon un jeu de pouvoir tributaire du contexte régional qu’a créé l’administration Trump dans son bras de fer avec l’Iran.
Prenant acte du mépris de la liberté scientifique que manifestent les autorités iraniennes, et du danger que courent les universitaires qui se rendent en Iran, le Réseau européen d’analyse des sociétés politiques réitère sa demande aux institutions scientifiques et universitaires européennes de suspendre immédiatement toutes formes de coopération avec ce pays, autres que l’accueil en leur sein des étudiants iraniens, tout en exprimant sa confraternité avec les enseignants et chercheurs iraniens confrontés à l’arbitraire de l’appareil sécuritaire de la République islamique.

Le FASOPO


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.