La « transition » soudanaise vue des périphéries – Jérôme tubiana

OAE TUBIANA Note 15 Transition Soudan vue des périphéries Octobre 2019

 

Introduction

Les périphéries du Soudan sont au cœur des conflits qui se succèdent dans le pays de manière quasiment continue depuis son indépendance en 1956. Leur rapport asymétrique avec un « pouvoir central » caractérisé par une centralisation extrême peut même être considéré comme la cause essentielle de ces conflits. L’incapacité du « centre » à mettre fin à cette asymétrie et à unir le pays explique aussi la longévité de ces conflits dans les « two areas » des monts Nuba et du Nil bleu, s’ajoutant au conflit du Darfour et conduisant à la séparation du Soudan du Sud en 2011.

La période de « transition » actuellement en cours au Soudan semble, depuis le début des manifestations qui l’ont déclenchée en décembre 2011[1], reproduire en grande partie cette dichotomie entre centre et périphéries, où le « centre » historique se réduit à la capitale elle-même. La couverture médiatique et les discours militants ont souvent, consciemment ou non, reproduit un schéma plus ancien reléguant les citoyens des périphéries au rôle d’acteurs extérieurs ou de simples spectateurs condamnés à accepter les changements se jouant dans la capitale.

Pourtant, les acteurs du centre savent que ce sont les guerres dans les périphéries – celle du Sud-Soudan et celles qui se poursuivent au Darfour, dans les monts Nuba et au Nil Bleu – qui, après avoir longtemps justifié le maintien au pouvoir d’une junte militaro-islamiste consacrant l’essentiel de son budget à des dépenses militaires et sécuritaires, ont provoqué sa chute. D’une part, la séparation du Soudan du Sud a causé une crise économique sans précédent ; d’autre part, la continuation de la guerre au Darfour a rendu le régime dépendant de milices locales qui, comme certains au sein même du régime le craignaient, ont fini par se retourner contre leur maître.

La persistance de la dichotomie entre le centre et les périphéries soudanaises, en particulier les périphéries en guerre, est d’autant plus frappante et inquiétante qu’elle semble résister à une tout autre réalité démographique. Une grande partie de la population des périphéries s’est désormais établie, notamment poussée par la guerre et l’absence d’opportunités économiques, dans le centre : à Khartoum même, dans les zones agricoles de la Jezira, à Gedaref, etc. Si on additionne ces populations à celles restées dans les périphéries, on peut aisément estimer qu’elles constituent au moins la moitié de la population soudanaise : une majorité silencieuse qu’on a parfois qualifiée, depuis la séparation du Soudan du Sud, de « Nouveau Sud » – tant le sentiment que le centre aura toujours besoin d’un « Sud » à exploiter et marginaliser est resté prégnant depuis 2011.

La présente note analyse les raisons de la faible représentation des périphéries en guerre, en particulier du Darfour, dans la « transition » en cours. Elle analysera aussi les risques que cette nouvelle marginalisation pourrait faire peser sur la transition, les acteurs du Darfour n’entendant plus être marginalisés et pouvant désormais compter sur une force militaire sans précédent, capable de rivaliser avec le centre mais aussi de déstabiliser encore davantage le Soudan, sinon la région.

[1] Pour une présentation de la crise, voir Jean-Nicolas Bach Bach, « Ramadan de sang. Le Soudan entre révolution et négociation. Décembre 2018-Juillet 2019 », note de l’Observatoire de l’Afrique de l’Est n°12, juillet 2019. Voir également May Hassan et Ahmed…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.