Les judiyya ‘traditionnelles’ comme délégataires du service public de la justice

Intervention de Philippe Goût dans le séminaire « Anthropologie comparative des sociétés et cultures musulmanes »- Mardi 20 avril de 17 à 19h.

Au cours de la dernière décennie du régime de l’Ingaz, le gouvernement de l’État de Khartoum institutionnalisa le recours à une justice traditionnelle au bénéfice des populations arabes déplacées et
établies dans l’agglomération de la capitale soudanaise. Cette justice traditionnelle, qui s’inspire de l’institution arbitrale du Darfour appelée judiyya, perd cependant ses caractères coutumiers ou traditionnels au contact des autorités publiques fédérées. Dès lors, ce mécanisme de justice s’inscrit plus justement dans les grands projets de délégation de la gestion de divers services publics au profit des populations déplacées de l’agglomération de Khartoum. Cette justice présentée comme «traditionnelle » est plus étatique qu’il n’y paraît. Aujourd’hui, cette initiative régionale s’est dissoute dans une nouvelle initiative fédérale de codification jurisprudentielle du droit coutumier sur l’ensemble
du territoire soudanais.

Séminaire en visio-conférence:


https://zoom.us/j/9680187755?pwd=NTZpd2UzZDZ6WGxGcEJXTGU1eHZwZz09

ID de réunion : 968 018 7755


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search