Obituaire – Nicole Grandin (1930-2020) : anthropologue et historienne du Soudan

Un obituaire de Marc Gaborieau et Iris Seri-Hersch vient de paraître en décembre 2021 dans le numéro 150 de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée :

« Nicole Grandin nous a quittés, à l’âge de quatre-vingt-dix ans, le 27 décembre 2020, jour de la Saint Jean d’hiver – fête qui, dans le calendrier chrétien, est comme Noël, associée au solstice d’hiver et symbolise le passage de ce bas monde vers une éternité de lumière. Il n’est pas aisé de faire la biographie d’une personne très discrète, qui nous a laissé peu de repères. Elle était née à Quimper le 16 juillet 1930. Elle mentionnait une enfance et une adolescence itinérantes : son père travaillait dans la banque et était fréquemment muté d’une ville à l’autre ; elle et son frère devaient à chaque fois s’adapter à la situation nouvelle et faire face à de nouveaux camarades plus ou moins accueillants.

Entreprenant des études universitaires, Nicole Grandin se spécialisa en arabe, en islamologie et en anthropologie. Après une brève carrière de journaliste, elle se plongea dans l’étude du Soudan (oriental ou nilotique), où elle fit ses recherches de terrain et dont elle explora les archives. Elle s’immergea dans la société soudanaise, fréquentant notamment les « grandes familles » confrériques qui reconnaissaient sa compétence. Elle prépara à l’EHESS sous la direction de Paul Mercier (1922-1976) une thèse de 3ème cycle d’ethnologie sur l’administration britannique au Soudan (1899-1956), qu’elle soutint en 1975 et qui fut publiée sept ans plus tard (Grandin 1975 et 1982a). Les articles, ouvrages et comptes-rendus publiés tout au long de son parcours porteront pour la plupart sur le Soudan.

Le début de sa carrière fut marqué par des emplois précaires, situation difficile pour une chercheuse mère de deux filles : elle fit notamment des vacations à la MSH (Maison des Sciences de l’Homme) à Paris, sous la férule du regretté Clemens Heller (1917-2002). Elle obtint en 1970 un premier emploi stable au Collège de France comme assistante de Jacques Berque (1910-1995), spécialiste de l’histoire et de l’anthropologie du monde arabe : il la laissa poursuivre en parallèle ses recherches personnelles. En 1987, elle fut élue maître-assistante d’anthropologie à l’EHESS et rattachée au CEA (Centre d’Études Africaines, CNRS/EHESS), fondu en 2014 dans le nouvel IMAF (Institut des Mondes Africains). Elle conserva ce poste jusqu’à son départ à la retraite en 1998. Elle resta encore très active pendant une douzaine d’années, travaillant notamment pour Amnesty International, avant d’être frappée par la maladie en 2010, l’année de ses quatre-vingts ans.

C’est en 1982 que Marc Gaborieau fit la connaissance de Nicole Grandin, à l’occasion d’un colloque organisé par les regrettés Alexandre Popovic (1931-2014) et Gilles Veinstein (1945-2013) sur les ordres mystiques (ou confréries soufies) dans le monde musulman (Grandin 1986a). Elle fut dès lors une fidèle et active participante du groupe de recherche (CNRS/EHESS) sur « La transmission du savoir dans le monde musulman périphérique », qui fut mis sur pied en 1982 dans le sillage de ce colloque. Elle participait régulièrement au séminaire hebdomadaire de ce groupe (animé par Marc Gaborieau de 1982 à 2003, au 54 boulevard Raspail), ainsi qu’aux trois autres colloques organisés par ce même groupe sur les confréries soufies Naqshbandiyya, Melâmiyya et Bektachiyya. Lors des deux premiers colloques, elle présenta des communications sur les confréries soufies au Soudan et en Libye (Grandin 1986a) et sur la Khatmiyya au Soudan (Grandin 1990). Surtout, elle organisa avec Marc Gaborieau en 1992 un colloque consacré à l’enseignement religieux dans le monde musulman, dont les actes furent publiés dans un volume intitulé Madrasa (Grandin & Gaborieau 1997 ; pour plus de précisions sur toutes ces activités, voir les pages i-iii de ce volume). Elle contribua à la Lettre d’information du groupe Islam périphérique avec un article sur une organisation prosélyte du Soudan (Grandin 1986b). Elle réalisa enfin un travail important pour l’entreprise collective (trop audacieuse et malheureusement vite interrompue) que fut le Dictionnaire biographique des savants et grandes figures du monde musulman périphérique (Islam périphérique 1992 et 1998) ; les biographies contenues dans ces deux fascicules ont été reprises dans une base de données allemande en ligne.

Les travaux de Nicole Grandin se caractérisent par leur proximité avec le terrain et avec les personnages du présent comme du passé qui y sont liés. Loin d’une attitude surplombante, elle s’intéressait en détail à la personnalité et à la diversité des acteurs impliqués, administrateurs britanniques comme grandes figures de la société musulmane soudanaise (Grandin 1982b, 1982d, 1984, 1989b). Rompant avec l’approche classique des études coloniales qui, dans les années 1970, faisait encore la part belle aux sources et aux perspectives des colonisateurs, elle choisit de mobiliser des corpus documentaires hétérogènes, aussi bien en anglais qu’en arabe, pour analyser l’ambiguïté fondamentale de l’expérience coloniale et restituer une pluralité de regards historiques. Sa capacité à combiner des démarches issues de l’histoire, de l’anthropologie, de la sociologie et de l’islamologie doit sans doute autant à sa formation pluridisciplinaire qu’à un positionnement plus personnel intégrant une part de créativité à la rigueur de l’analyse. Ses recherches sur le Soudan nilotique étaient particulièrement pionnières dans le paysage académique français, entre études africanistes axées sur les territoires de l’ex-Empire colonial français et études arabes portées sur le Maghreb ou le Machrek. À cet égard, on ne peut qu’être frappé par la quantité de comptes rendus d’ouvrages qu’elle a réalisés, témoignant d’un sens poussé du collectif et du partage. Elle a ainsi fortement contribué à la circulation des savoirs universitaires sur le Soudan entre univers académiques anglophones, arabophones et francophones.

Dans tous ses travaux, Nicole Grandin a eu la curiosité de prospecter une région quasi inexplorée par la recherche française, le courage et la compétence pour analyser un corpus varié de sources arabes et d’archives britanniques ; elle a pratiqué ainsi ce qu’on appelle aujourd’hui l’anthropologie historique. Elle s’est imposée comme une savante d’envergure, capable de faire de larges synthèses sur la base d’une grande maîtrise de l’arabe, d’une longue familiarité avec le terrain, et d’une connaissance sûre de la vaste littérature concernant son domaine. En lisant ses écrits, on ne peut qu’admirer son art de donner une présentation claire et parfaitement maîtrisée, fondée sur une vaste érudition. Plus ancrée à Omdurman qu’à Khartoum, sa discrétion était bien en phase avec la société soudanaise, sensible et pudique dans son hospitalité chaleureuse. Elle était ainsi trop modeste pour mettre en valeur, comme elle le méritait, l’excellence et la portée de son travail.

Cependant, ses recherches ont ouvert la voie à de nouvelles générations de Soudanistes en France, que ce soit en anthropologie (Christian Delmet, Barbara Casciarri, Fabienne Le Houérou, Luisa Arango, Clément Deshayes), en sociologie (François Ireton), en sociolinguistique (Catherine Miller, Stefano Manfredi), en histoire (Elena Vezzadini, Iris Seri-Hersch, Anaël Poussier), en géographie (Marc Lavergne, Eric Denis, Alice Franck, Agnès de Geoffroy, Khadidja Medani) ou encore en science politique (Roland Marchal, David Ambrosetti, Raphaëlle Chevrillon-Guibert, Jean-Nicolas Bach, Anne-Laure Mahé, Lucie Revilla). Son parcours de femme universitaire et mère de famille a inspiré de nombreuses chercheuses travaillant sur le Soudan, l’Afrique et le Moyen-Orient. À l’heure où les Soudanais remettent en chantier les fondements de l’État et les rapports entre politique et religion, les travaux de Nicole Grandin n’ont rien perdu de leur pertinence. Gageons qu’ils nourriront encore longtemps les réflexions des chercheurs sur le Soudan contemporain et, plus largement, les sociétés musulmanes du XIXe siècle à nos jours. »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search