Publication – The 2015 Sudanese General Elections: Political readjustment and authoritarian reinforcement, By Soliman Chaouche (Paris 1 Pantheon-Sorbonne University)

Last April, Sudanese people have been called to the polls for the 2015 general elections. It represented a significant challenge, given the fact that this ballot was the first in Sudan since the secession of South Sudan in 2011.

Despite a call for boycott by the main opposition parties, Omar El Bechir, in power since 1989, has decided to maintain the vote. This choice was all the more surprising at a moment where the government was facing many issues: a major economic crisis, more violent opposition movements in peripheral regions, infightings within the ruling party…

Soliman Chaouche’s fieldwork was carried out during the two-month campaign before the elections. His paper is based on the final electoral results and on the analysis of the Sudanese political system. It argues that these elections have led to the weakening of the main opposition parties and to the consolidation of the current regime. Indeed, far from the path to democracy, this ballot has been, paradoxically a strengthening tool for El Bechir.

Soliman Chaouche’s paper in French: http://www.lam.sciencespobordeaux.fr/sites/lam/files/note10_observatoire.pdf

This paper is the result of a collaboration between the CEDEJ Khartoum, the CFEE, the Multiannual Observatory of Political and Security issues and the Regional Council of Aquitaine.

The Multiannual Observatory of Political and Security Issues is a research program dedicated to the historical perspective of political developments. It is co-financed by the Directorate General for International Relations and Strategy (DGRIS, http : //www.defense.gouv.fr/das/la-dgris ) and by Africas in the World (LAM, UMR-CNRS 5115) at Sciences Po Bordeaux (http://www.sciencespobordeaux.fr/fr/index .html).

Les soudanais se sont récemment rendus aux urnes à l’occasion des élections générales de 2015, conformément au calendrier électoral mais dans un contexte inédit puisqu’il s’agissait des premières élections depuis l’indépendance du Soudan du Sud en 2011. Malgré l’appel de la grande majorité des parts d’opposition à repousser le scrutin, le régime d’Omar El Béchir au pouvoir depuis 1989 a décidé de maintenir le vote. Une décision d’autant plus surprenante qu’elle s’inscrit dans un contexte particulièrement difficile pour le régime en place (crise économique majeure, opposition armée dans les régions périphériques et luttes internes au sein du parti au pouvoir).

Revenant sur les deux mois de campagne ayant précédé le scrutin, les résultats électoraux, mais aussi le fonctionnement du régime politique soudanais, cette Note revient sur les mécanismes par lesquels ces élections ont conduit à l’affaiblissement des principaux partis d’opposition et au renforcement du pouvoir en place. En effet, bien loin d’avoir mis le Soudan sur la voie de la « démocratisation », ce scrutin s’est davantage révélé un formidable outil de renforcement du régime autoritaire en place.

La note de Soliman Chaouche : http://www.lam.sciencespobordeaux.fr/sites/lam/files/note10_observatoire.pdf

Cette note est le fruit d’une collaboration entre le CEDEJ Khartoum, le CFEE, l’Observatoire pluriannuel des enjeux politiques et sécuritaires dans la Corne de l’Afrique et le Conseil régional de l’Aquitaine.

L’Observatoire pluriannuel des enjeux politiques et sécuritaires dans la Corne de l’Afrique est financé par la Direction Générale des Relations Internationales et de la Stratégie (DGRIS) et par le Laboratoire Les Afriques dans le Monde (LAM, UMR CNRS 5115) de Sciences Po Bordeaux (http://www.sciencespobordeaux.fr/fr/index.html).

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.