PUBLICATION – Soudan – La CPI et le crime de génocide : Manoeuvres politiques et statut des minorités au Darfour, par Philippe GOUT

Soudan – La CPI et le crime de génocide :
Manoeuvres politiques et statut des minorités au Darfour

par Philippe GOUT

Article publié sur le site de Noria, think tank et réseau d’experts en relations internationales

Cette enquête (en anglais) porte sur l’échec de la Cour Pénale Internationale (CPI) au Soudan. En se focalisant sur le Président soudanais Omar El-Béchir afin d’obtenir son arrestation, l’action de la CPI et les manœuvres politiques autour de la qualification de génocide, ont eu des effets dramatiques sur la catégorisation des minorités au Darfour.

De ce travail se dégagent trois conclusions majeures :

– 1. Au Soudan, la référence au crime de génocide a été instrumentalisée politiquement dans le but de parvenir à l’arrestation d’El-Béchir, présentée comme clé de voûte stratégique du conflit.

– 2. En adoptant et en promouvant une lecture ethnique binaire de la guerre civile, la stratégie de la CPI a renforcé la polarisation des minorités au Soudan et alimenté les conflits identitaires.

– 3. Cette stratégie a eu pour effet de dépolitiser le conflit, et notamment les acteurs armés engagés dans celui-ci, pour en faire ressortir des caractéristiques ethniques.

Cette instrumentalisation représente un double échec : la CPI n’a pas été capable de contribuer à la protection des minorités et l’impossibilité de la CPI à arrêter El-Béchir remet en cause sa légitimité.

Aéroport International de Khartoum, affiche à l’encontre du juge Moreno-Ocampo. 2009 © Alice Franck

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.