Tous les articles par cedejsudan

Seminar 04/11 – CEDEJ KHARTOUM

CEDEJ Khartoum has officially reopened its doors two months ago now, and we are happy to invite you to our first seminar after this troubling period.
 
Azza Mustafa Mohammed Ahmed will present her paper « Transitional period : Expected scenarios after the peace agreement » on Wednesday November 4th at 3pm.
 
Due to COVID-19, please send an email to tala.fadul@sciencespo.fr confirming you will be joining us so we can arrange the room accordingly. Also, make sure to wear a face mask.
 
Following is a summary of the paper :
The paper starts asking a question about the end of this peaceful movement from its beginnings and to its last bloody events from the virtue of the sit-in at the military HQ things remained peaceful throughout the period the consensus of the masses on change to achieve freedom peace and justice, the question revolves around how can the gains be made to reach radical change ? Will there be an opportunity for Sudan’s governance / administration based on democratic values and human rights ? Or will the military rule remain a destiny and a fate ? Did the movements leading forces fail to unite themselves into a homogenous entity ? What is the fate of the « silent majority », most of whom/who are not affiliated with political parties ?
The question generates expectations about whether the December slogans can contribute to renewing the political forces’ discourse, towards a new political discourse that translates or transmits slogans into practical social dialogue. Could after December be a new stage for political life as a lesson learned from what has happened in Sudan since independence until now ? And how can this lesson be applied in a desired way to avoid the evil episode ?
These are questions that are directed towards creating expected scenarios that may happen if the situations are still fragile / brittle.
The paper expects three (maybe more) scenarios derived from the current scene.

Research Projects supported by CEDEJ Khartoum – 2020

For the year 2020, CEDEJ Khartoum is supporting 22 projects for a total amount of about 42 000,00 euros. 

These projects have been selected by a commission composed of Dr Yasir Awad, Dr. Azza Ahmed Abdel Aziz, Dr. Raphaëlle Chevrillon-Guibert, and Dr. Jean-Nicolas Bach, and are sponsored by the Centre de Crise (French Ministry of Foreign Affairs / French Embassy in Khartoum), the CNRS, and CEDEJ Khartoum.

 

 

 

 

1. Amira Osman, Exploring women and youth activism during the 19th December revolution in Sudan, amiraosman55@yahoo.co.uk

2. Chevrillon-Guibert, L’exploitation des mines d’or au Soudan entre accaparement et redistribution, raphaelle.chevrillon-guibert@ird.fr

3. Gout Philippe, Negotiating a paradox: SPLM-N between the re-integration into the Sudanese State structure and the claim for regional autonomy, Philippe.Gout@u-Paris2.fr

4. Grabska Katarzyna & Azza A. Abdel Aziz, Social history of Sudan: The prism of Music and Musicians, kgrabska@yahoo.com, dimensions122000@yahoo.com

5. Hänsch Valerie, Sensing change: Aesthetic activism and the reclaiming of the city,valerie.haensch@ethnologie.lmu.de

6. Siri Lamoureaux, Gender politics and social media in the Sudanese revolution, lamoureaux@lost-research-group.org

7. Anne-Laure Mahé, Constitution d’un fond d’archives sur les purges du régime de l’Ingaz, 1989-2019, anne-laure.mahe@irsem.fr

8. Mayada Abdelazim & Mohamed Mutasim, U-turns and full circles: prospects for political and economic transformation in post-revolution Sudan, mayadaazim@gmail.com, mhd_mutasim@hotmail.com

9. Noha Hamza &  El Sadig, Youth Women Language of the Revolution

10. Saker El-Nour, Farmers and Revolution in Sudan: case study of agrarian protest movements in Gezira Scheme, sakerabdol@gmail.com

11. Shahenda Suliman, Labour transformations: Exploring the role of organised labour in Sudan’s social movements, ssuliman@live.co.uk

12. Tubiana Jérôme, Transition et Périphéries au Soudan, tubiana@gmail.com

13. Verhoeven Harry, Trouble in the East, Harryverhoeven33@gmail.com

14. Wessels Josepha, Sustainable Sudan; documenting the past and visioning the future through graffiti and environmentalism, josepha.wessels@mau.se

15. Willemse Karin & Metje Postma, Documenting, archiving and reflecting on the role of youth, women (Kandaka), and the social media in the peaceful resistance during the Sudan popular uprising (2019-2020,)  k.willemse@eshcc.eur.nl, postmam@fsw.leidenuniv.nl

16. Amigoni Livio, The Struggle for movement: Sudanese forced migration, refugee choices and support networks, livio.amigoni@outlook.it 

17. Berend van der Maeden, Small-Holder Farmers and Political Transition in Khartoum, b.a.j.vandermaeden@students.uu.nl 

18. Mureille van der Meulen, Virtual Uprising: The Digitalization of Youth Activism, mureillevdmeulen@gmail.com

19. Corten Perez Huis, La filière de la brique rouge, de Al-Gereif au Grand Khartoum (Soudan) : une activité productive au coeur de conflits multiscalaires, cortenperezhouis@gmail.com

20. Marshall Waston, Commodity Frontiers in Transition: Resource Extraction in Sudan from the Turkiyya to Independence, marshall.watson@yale.edu 

21. Petitdemange Cécile, Voyage des Salafismes entre Tchad et Soudan, Cecile.petitdemange90@gmail.com 

22. Zahorik Jan,Education, mobility and the legacy of the Cold War: Former Eastern Bloc and the Broader Horn of Africa,nvgogol@seznam.cz

Total 2020: 42 626,00 €

Parution n°1 Revue « SOUrces »

 

Responsable pour le CEDEJ Khartoum, Luisa Arango. Contact: arangocuervo@unistra.fr  

Rédactrices en chef: Marie-Aude Fouéré et Ophélie Rillon,

Chargé d’édition: Bastien Miraucourt

Cher.e.s collègues,

Nous avons l’immense plaisir de vous informer de la sortie du premier numéro de la revue inter-UMIFRE « Afrique » et de LAM (Les Afriques dans le monde): « Sources. Matériaux & Terrains en études africaines ».

Cette revue biannuelle et trilingue (anglais, français, portugais) est entièrement en accès ouvert. Elle se donne une mission originale au sein des revues universitaires en SHS : placer au cœur de la réflexion les matériaux de terrain, c’est-à-dire les objets empiriques produits – et le plus souvent coproduits – par les chercheur·e·s dans une situation particulière d’enquête et selon des méthodes spécifiques qui conditionnent le raisonnement et l’élaboration d’énoncés théoriques.

Son premier dossier est un Varia disponible à cette adresse : https://www.sources-journal.org/76.

Nous vous invitons à lire l’introduction qui théorise la ligne éditoriale de la revue et expose ses objectifs, ainsi que les six articles qui l’exemplifient. Ceux-ci prennent pour objet les sources les plus matérielles, à l’exemple des briques au Soudan méroïtique (Gabrielle Choimet), en passant par des documents écrits – courriers aux lecteurs dans la presse nigériane des années 1940-1950 (Sara Panata), imprimés politiques distribués lors d’une campagne électorale au Kenya en 2013 (Chloé Josse-Durand) et écrits comptables de l’administration soudanaise mahdiste au xixe siècle (Anaël Poussier) – jusqu’à des sources numériques en contexte mozambicain contemporain (Rozenn Nakanabo Diallo) et des matériaux musicaux, ici des gospels, du temps de la guerre au Burundi (Ariel Fabrice Ntahomvukiye).

Ce premier dossier se clôt sur la rubrique « Dans l’atelier des archives numériques » composée d’un entretien avec l’historien Vincent Hiribarren qui analyse les enjeux du double tournant archivistique et numérique en Afrique.

Deux dossiers thématiques sur la Violence et sur les Savoirs environnementaux sont en préparation. Un appel permanent à articles en varia et à dossiers thématiques est également ouvert.

Vous pouvez retrouver les informations sur la revue ici :
https://www.sources-journal.org/351
En anglais :
https://www.sources-journal.org/350

Pour toute question sur la revue, une seule adresse :
sources@services.cnrs.fr

En vous souhaitant une excellente lecture !
Très cordialement,

Marie-Aude Fouéré et Ophélie Rillon (rédactrices en chef), Bastien Miraucourt (chargé d’édition) ainsi que tou.te.s les membres du comité de rédaction

Latest Workshop « Being Arab, Muslim, Sudanese », 20 February 2020

A Workshop of the AUF Programme Being Arab, Muslim, Sudanese was held in Khartoum on the 20th February 2020, first Workshop since the opening of the new location of CEDEJ Khartoum, in the West Side of Faruk Cemetery, Khartoum 2. Twelve members of the French-Sudanese team participated to this event, among which two new members, the PhD candidates Shereen Nour (University of Khartoum) and Yacine Khiar (University Paris 8). The extension of the project for a third year (2020), mainly due to the suspension of some activities and missions due to the events of the Sudanese revolution in 2018-2019, was announced.

The researchers had a rich exchange about their fieldworks and topics of research, and an important part of the meeting was consecrated to the discussions about the forthcoming activities, particularly for the elaboration and diffusion of the research results. Concerning publication, several contributions are proposed by the team. First, after the launch of the “Workshop Series”, started in October 2019 with a work by Bakhit M. Nour (see Working-Paper-Bakheit-M-Nur_Changing_the_state_of_being_October-2019 ) a second work by Barbara Casciarri and Stefano Manfredi is going to be issued in March 2020 (see Working Paper 2_Barbara Casciarri & Stefano Manfredi_A Glossary of the Third Sudanese Revolution_March 2020 ) and will be followed by two other works before the end of the project. Second, a major publication will be a special issue of the scientific review Cahiers d’Etudes Africaines, to be delivered in December 2020 (no. 240). Third, the proposal is discussed of gathering other contributions for a collective volume to be published after the end of the programme.

The meeting also shared discussions about the organization of a final international conference aiming to present to a wider public the results of the project, that will be held in December 2020, at a date to be precised further. All the participants agreed on the fact that the interdisciplinary composition of the team, together with the plurality of ‘case studies’, not only gave the opportunity to rethink crucial issues of multiples identities in Sudan in their interaction, but also found in the unforeseen context of the Third Revolution an opportunity to enrich this reflection through the perspectives suggested by the reshaping of identities during the revolutionary process.

politique des chiffres au Maroc en temps de pandémie: SOCOSMA Séance du 2 juin 2020 Par David Goeury / Youssef Oulhote

14h Paris. (12h Rabat, 13h Tunis, 14h Le Caire,
15h Beyrouth/Koweït, 16h Abu Dhabi/Mascate)

socosma_seance2-long

« Politique des chiffres au Maroc en temps de pandémie »

La crise du Covid-19 a été marquée très rapidement par la question de l’accès aux données épidémiologiques et de la collecte de ces données.
De nombreux gouvernements ont été accusés de masquer la réalHé de l’épidémie notamment en Iran ou en Egypte. D’autres, en revanche, ont institué des points de presse régulier pour jouer la carte de la transparence de l’information comme le Maroc ou la Tunisie alors que le graphique publié dans The Lancet sur vague épidémique et capacité du système de santé se popularisait et était abondamment mobilisé pour justifier les politiques publiques de confinement. Les données statistiques apparaissent fondamentales pour comprendre l’épidémie mais aussi pour garantir un déconfinement efficient. Ici, nous souhaiterions interroger à partir du cas du Maroc, la question de l’accès et de l’interprétation de ces données. Dans un premier temps, il s’agira de réfléchir sur les données de santé communiquées par le gouvernement et la part d’incertitude qu’elles contiennent du fait même de la nature de la pandémie. La proportion de cas asymptomatiques, les choix opérés pour freiner la diffusion qu’est le confinement, le nombre limité de test, amènent à devoir estimer la diffusion de l’épidémie.

Or cela ouvre deux questions de recherche : la pertinence du recours aux modèles de calcul par comparaison internationale tant les structures démographiques et sociales sont hétérogènes, mais aussi sur la pertinence de l’échelle nationale après une politique de confinement strict du fait de la transformation de l’épidémie en plusieurs épidémies localisées.
Dans un second temps, nous souhaitons aussi dépasser la question purement médicale pour interroger aussi la vulnérabilité à travers d’autres critères notamment sociaux et ainsi réfléchir aux choix opérés alors que désormais l’épidémie affecte des catégories de population de plus en plus modestes du fait de la démultiplication de clusters industriels ou militaires. Il apparaît alors que l’obsession pour l’échelle nationale écarte la complexité des réalités localisées. Or, ces dernières sont difficilement analysables du fait même des données socio-économiques communiquées par la puissance publique. Intervenants Youssef Oulhote est titulaire d’un doctorat en épidémiologie et santé publique de l’EHESP. Il est enseignant chercheur d’épidémiologie et biostatistique à l’Université Publique du Massachusetts et ingénieur de recherche à l’école de santé publique de l’Université de Harvard. li est membre du comité scientifique de Tafra. David Goeury est docteur en géographie de Sorbonne Université. Il est membre du laboratoire Médiations de Sorbonne Université et chercheur associé au Centre Jacques Berque de Rabat. Il est l’auteur avec Philippe Sierra d’une Introduction à l’analyse des territoires. Il est membre du comité scientifique de Tafra.

SOCOSMA Séminaire n°1 – Séance du 5 mai 2020 Mehdi Ayachi (doctorant EHESS-IRIS-CEFAS)

SCOCOSMA: Séminaire d’observation du COVID-19 dans les sociétés du monde arabe

 

Séance du 5 mai 2020

Mehdi Ayachi (doctorant EHESS-IRIS-CEFAS)

La société omanaise face à la crise sanitaire : enjeux d’espaces Après une brève chronologie des événements et de la réponse des autorités du Sultanat face à la crise, on s’intéressera à la reconfiguration des espaces (publics, privés, intimes, réels ou virtuels) et de leurs usages différenciés par diverses catégories de population. On avancera l’idée que la pandémie du COVID-19 actualise, en les territorialisant, des rapports sociaux (de genre, de classe et de nationalité) que l’ancien partage des espaces rendait plus latents, et donc, parfois, moins problématiques.
Le séminaire se tiendra en visioconférence entre 14h et 15h heure de Paris (12h Rabat, 13h Tunis, 14h Le Caire, 15h Beyrouth, 15h Koweit, 16h Mascate)

– L’accès se fait via zoom : https://us02web.zoom.us/j/82877844441?pwd=RkNJblo2MFRKeVFYM3V2QTV5QUc5Zz09

– L’inscription est obligatoire pour recevoir le mot de passe de la réunion, auprès de :

frederic.lagrange@cefas.cnrs.fr ou laurent.bonnefoy@cefas.cnrs.fr

40 places disponibles

La « transition » soudanaise vue des périphéries – Jérôme tubiana

OAE TUBIANA Note 15 Transition Soudan vue des périphéries Octobre 2019

 

Introduction

Les périphéries du Soudan sont au cœur des conflits qui se succèdent dans le pays de manière quasiment continue depuis son indépendance en 1956. Leur rapport asymétrique avec un « pouvoir central » caractérisé par une centralisation extrême peut même être considéré comme la cause essentielle de ces conflits. L’incapacité du « centre » à mettre fin à cette asymétrie et à unir le pays explique aussi la longévité de ces conflits dans les « two areas » des monts Nuba et du Nil bleu, s’ajoutant au conflit du Darfour et conduisant à la séparation du Soudan du Sud en 2011.

La période de « transition » actuellement en cours au Soudan semble, depuis le début des manifestations qui l’ont déclenchée en décembre 2011[1], reproduire en grande partie cette dichotomie entre centre et périphéries, où le « centre » historique se réduit à la capitale elle-même. La couverture médiatique et les discours militants ont souvent, consciemment ou non, reproduit un schéma plus ancien reléguant les citoyens des périphéries au rôle d’acteurs extérieurs ou de simples spectateurs condamnés à accepter les changements se jouant dans la capitale.

Pourtant, les acteurs du centre savent que ce sont les guerres dans les périphéries – celle du Sud-Soudan et celles qui se poursuivent au Darfour, dans les monts Nuba et au Nil Bleu – qui, après avoir longtemps justifié le maintien au pouvoir d’une junte militaro-islamiste consacrant l’essentiel de son budget à des dépenses militaires et sécuritaires, ont provoqué sa chute. D’une part, la séparation du Soudan du Sud a causé une crise économique sans précédent ; d’autre part, la continuation de la guerre au Darfour a rendu le régime dépendant de milices locales qui, comme certains au sein même du régime le craignaient, ont fini par se retourner contre leur maître.

La persistance de la dichotomie entre le centre et les périphéries soudanaises, en particulier les périphéries en guerre, est d’autant plus frappante et inquiétante qu’elle semble résister à une tout autre réalité démographique. Une grande partie de la population des périphéries s’est désormais établie, notamment poussée par la guerre et l’absence d’opportunités économiques, dans le centre : à Khartoum même, dans les zones agricoles de la Jezira, à Gedaref, etc. Si on additionne ces populations à celles restées dans les périphéries, on peut aisément estimer qu’elles constituent au moins la moitié de la population soudanaise : une majorité silencieuse qu’on a parfois qualifiée, depuis la séparation du Soudan du Sud, de « Nouveau Sud » – tant le sentiment que le centre aura toujours besoin d’un « Sud » à exploiter et marginaliser est resté prégnant depuis 2011.

La présente note analyse les raisons de la faible représentation des périphéries en guerre, en particulier du Darfour, dans la « transition » en cours. Elle analysera aussi les risques que cette nouvelle marginalisation pourrait faire peser sur la transition, les acteurs du Darfour n’entendant plus être marginalisés et pouvant désormais compter sur une force militaire sans précédent, capable de rivaliser avec le centre mais aussi de déstabiliser encore davantage le Soudan, sinon la région.

[1] Pour une présentation de la crise, voir Jean-Nicolas Bach Bach, « Ramadan de sang. Le Soudan entre révolution et négociation. Décembre 2018-Juillet 2019 », note de l’Observatoire de l’Afrique de l’Est n°12, juillet 2019. Voir également May Hassan et Ahmed…

Freedom Peace and Justice. A Glossary of the Third Sudanese Revolution (Barbara Casciarri & Stefano Manfredi)

Working Paper 2_Barbara Casciarri & Stefano Manfredi_A Glossary of the Third Sudanese Revolution_March 2020 Working Paper 2_Barbara Casciarri & Stefano Manfredi_A Glossary of the Third Sudanese Revolution_March 2020

Freedom Peace and Justice. A Glossary of the Third Sudanese Revolution (Barbara Casciarri & Stefano Manfredi).

« The 2018-2019 Sudanese revolution can be analyzed from the perspective of the words people repeated, chanted, shouted, wrote and painted during their persistent, and ultimately successful, struggle for liberation from an oppressive system. Embedding old and new values, and circulating beyond the frontiers of age and gender, and social or regional origins, these words have crafted a common symbolic space within their revolutionary experiences, themselves becoming an actor in the construction of a collective subject and the reshaping of its identity. Based on primary and secondary sources, this glossary provides a sociolinguistic analysis of 46 entries that were chosen due either to their wide-scale occurrence or to their thematic prominence within popular discourse about the revolution, and have been classified into three categories: keywords, slogans and actors ».

Available here:

 

Colloque APAD – Appel à communications

Les circulations dans le Sud global : ethnographies des échanges mondialisés. 
Lomé, 23-26 juin 2020

L’APAD propose pour l’édition 2020 de ses colloques internationaux, co-organisée avec le Département d’Anthropologie et d’Études Africaines de la Faculté des sciences de l’homme et de la société (FSHS) de l’Université de Lomé (Togo), de centrer ses travaux sur les multiples formes de circulation à grande échelle de marchandises, idées, techniques, informations, modèles qui traversent de manière croissante les pays du Sud et les relient au reste du monde.

Il s’agit de revisiter des terrains et des thématiques qui sont au coeur du « tournant global » ayant investi les sciences sociales depuis deux décennies, de discuter de la place qu’y tient l’anthropologie du développement et inversement, de la manière dont elle prend en compte les dynamiques de mondialisation.

Date limite pour proposer une communication : 20 février 2020.

Plus d’informations sur les différents panels ici : https://apad-association.org/colloques/colloque-2020/. 

Prix Michel Seurat 2020 – APpel à candidatures

Le Prix Michel Seurat a été institué par le CNRS en juin 1988 pour « honorer la mémoire de ce chercheur du CNRS, spécialiste des questions islamiques, disparu dans des conditions tragiques.
Ce programme vise à aider financièrement chaque année un (une) jeune chercheur (chercheuse), ressortissant(e) d’un pays européen ou d’un pays du Proche-Orient ou du Maghreb, contribuant ainsi à promouvoir connaissance réciproque et compréhension entre la société française et le monde arabe ».

Depuis 2017, l’organisation du Prix a été déléguée au GIS « Moyen-Orient et mondes musulmans », en partenariat avec l’IISMM-EHESS et Orient XXI.

D’un montant de 15 000 € en 2020, le Prix est ouvert aux titulaires d’un master 2 ou d’un diplôme équivalent, âgés de moins de 35 ans révolus et sans condition de nationalité, de toutes disciplines, travaillant sur les sociétés contemporaines du Proche-Orient et/ou du Maghreb.

Il a pour vocation d’aider un (ou une) jeune chercheur (ou chercheuse) à multiplier les enquêtes sur le terrain, dans le cadre de la préparation de sa thèse.
Les enquêtes doivent avoir lieu sur le terrain. 
La maîtrise de la langue du pays concerné est une condition impérative.

Date limite de dépôt des candidatures :
Mardi 14 avril 2020 (minuit, heure de Paris)

 

Plus de détails sur la démarche à suivre pour déposer une candidature ici : http://majlis-remomm.fr/wp-content/uploads/2020/02/reglement-michel-seurat.pdf