Archives de catégorie : CEDEJ-Khartoum

politique des chiffres au Maroc en temps de pandémie: SOCOSMA Séance du 2 juin 2020 Par David Goeury / Youssef Oulhote

14h Paris. (12h Rabat, 13h Tunis, 14h Le Caire,
15h Beyrouth/Koweït, 16h Abu Dhabi/Mascate)

socosma_seance2-long

« Politique des chiffres au Maroc en temps de pandémie »

La crise du Covid-19 a été marquée très rapidement par la question de l’accès aux données épidémiologiques et de la collecte de ces données.
De nombreux gouvernements ont été accusés de masquer la réalHé de l’épidémie notamment en Iran ou en Egypte. D’autres, en revanche, ont institué des points de presse régulier pour jouer la carte de la transparence de l’information comme le Maroc ou la Tunisie alors que le graphique publié dans The Lancet sur vague épidémique et capacité du système de santé se popularisait et était abondamment mobilisé pour justifier les politiques publiques de confinement. Les données statistiques apparaissent fondamentales pour comprendre l’épidémie mais aussi pour garantir un déconfinement efficient. Ici, nous souhaiterions interroger à partir du cas du Maroc, la question de l’accès et de l’interprétation de ces données. Dans un premier temps, il s’agira de réfléchir sur les données de santé communiquées par le gouvernement et la part d’incertitude qu’elles contiennent du fait même de la nature de la pandémie. La proportion de cas asymptomatiques, les choix opérés pour freiner la diffusion qu’est le confinement, le nombre limité de test, amènent à devoir estimer la diffusion de l’épidémie.

Or cela ouvre deux questions de recherche : la pertinence du recours aux modèles de calcul par comparaison internationale tant les structures démographiques et sociales sont hétérogènes, mais aussi sur la pertinence de l’échelle nationale après une politique de confinement strict du fait de la transformation de l’épidémie en plusieurs épidémies localisées.
Dans un second temps, nous souhaitons aussi dépasser la question purement médicale pour interroger aussi la vulnérabilité à travers d’autres critères notamment sociaux et ainsi réfléchir aux choix opérés alors que désormais l’épidémie affecte des catégories de population de plus en plus modestes du fait de la démultiplication de clusters industriels ou militaires. Il apparaît alors que l’obsession pour l’échelle nationale écarte la complexité des réalités localisées. Or, ces dernières sont difficilement analysables du fait même des données socio-économiques communiquées par la puissance publique. Intervenants Youssef Oulhote est titulaire d’un doctorat en épidémiologie et santé publique de l’EHESP. Il est enseignant chercheur d’épidémiologie et biostatistique à l’Université Publique du Massachusetts et ingénieur de recherche à l’école de santé publique de l’Université de Harvard. li est membre du comité scientifique de Tafra. David Goeury est docteur en géographie de Sorbonne Université. Il est membre du laboratoire Médiations de Sorbonne Université et chercheur associé au Centre Jacques Berque de Rabat. Il est l’auteur avec Philippe Sierra d’une Introduction à l’analyse des territoires. Il est membre du comité scientifique de Tafra.

SOCOSMA Séminaire n°1 – Séance du 5 mai 2020 Mehdi Ayachi (doctorant EHESS-IRIS-CEFAS)

SCOCOSMA: Séminaire d’observation du COVID-19 dans les sociétés du monde arabe

 

Séance du 5 mai 2020

Mehdi Ayachi (doctorant EHESS-IRIS-CEFAS)

La société omanaise face à la crise sanitaire : enjeux d’espaces Après une brève chronologie des événements et de la réponse des autorités du Sultanat face à la crise, on s’intéressera à la reconfiguration des espaces (publics, privés, intimes, réels ou virtuels) et de leurs usages différenciés par diverses catégories de population. On avancera l’idée que la pandémie du COVID-19 actualise, en les territorialisant, des rapports sociaux (de genre, de classe et de nationalité) que l’ancien partage des espaces rendait plus latents, et donc, parfois, moins problématiques.
Le séminaire se tiendra en visioconférence entre 14h et 15h heure de Paris (12h Rabat, 13h Tunis, 14h Le Caire, 15h Beyrouth, 15h Koweit, 16h Mascate)

– L’accès se fait via zoom : https://us02web.zoom.us/j/82877844441?pwd=RkNJblo2MFRKeVFYM3V2QTV5QUc5Zz09

– L’inscription est obligatoire pour recevoir le mot de passe de la réunion, auprès de :

frederic.lagrange@cefas.cnrs.fr ou laurent.bonnefoy@cefas.cnrs.fr

40 places disponibles

La « transition » soudanaise vue des périphéries – Jérôme tubiana

OAE TUBIANA Note 15 Transition Soudan vue des périphéries Octobre 2019

 

Introduction

Les périphéries du Soudan sont au cœur des conflits qui se succèdent dans le pays de manière quasiment continue depuis son indépendance en 1956. Leur rapport asymétrique avec un « pouvoir central » caractérisé par une centralisation extrême peut même être considéré comme la cause essentielle de ces conflits. L’incapacité du « centre » à mettre fin à cette asymétrie et à unir le pays explique aussi la longévité de ces conflits dans les « two areas » des monts Nuba et du Nil bleu, s’ajoutant au conflit du Darfour et conduisant à la séparation du Soudan du Sud en 2011.

La période de « transition » actuellement en cours au Soudan semble, depuis le début des manifestations qui l’ont déclenchée en décembre 2011[1], reproduire en grande partie cette dichotomie entre centre et périphéries, où le « centre » historique se réduit à la capitale elle-même. La couverture médiatique et les discours militants ont souvent, consciemment ou non, reproduit un schéma plus ancien reléguant les citoyens des périphéries au rôle d’acteurs extérieurs ou de simples spectateurs condamnés à accepter les changements se jouant dans la capitale.

Pourtant, les acteurs du centre savent que ce sont les guerres dans les périphéries – celle du Sud-Soudan et celles qui se poursuivent au Darfour, dans les monts Nuba et au Nil Bleu – qui, après avoir longtemps justifié le maintien au pouvoir d’une junte militaro-islamiste consacrant l’essentiel de son budget à des dépenses militaires et sécuritaires, ont provoqué sa chute. D’une part, la séparation du Soudan du Sud a causé une crise économique sans précédent ; d’autre part, la continuation de la guerre au Darfour a rendu le régime dépendant de milices locales qui, comme certains au sein même du régime le craignaient, ont fini par se retourner contre leur maître.

La persistance de la dichotomie entre le centre et les périphéries soudanaises, en particulier les périphéries en guerre, est d’autant plus frappante et inquiétante qu’elle semble résister à une tout autre réalité démographique. Une grande partie de la population des périphéries s’est désormais établie, notamment poussée par la guerre et l’absence d’opportunités économiques, dans le centre : à Khartoum même, dans les zones agricoles de la Jezira, à Gedaref, etc. Si on additionne ces populations à celles restées dans les périphéries, on peut aisément estimer qu’elles constituent au moins la moitié de la population soudanaise : une majorité silencieuse qu’on a parfois qualifiée, depuis la séparation du Soudan du Sud, de « Nouveau Sud » – tant le sentiment que le centre aura toujours besoin d’un « Sud » à exploiter et marginaliser est resté prégnant depuis 2011.

La présente note analyse les raisons de la faible représentation des périphéries en guerre, en particulier du Darfour, dans la « transition » en cours. Elle analysera aussi les risques que cette nouvelle marginalisation pourrait faire peser sur la transition, les acteurs du Darfour n’entendant plus être marginalisés et pouvant désormais compter sur une force militaire sans précédent, capable de rivaliser avec le centre mais aussi de déstabiliser encore davantage le Soudan, sinon la région.

[1] Pour une présentation de la crise, voir Jean-Nicolas Bach Bach, « Ramadan de sang. Le Soudan entre révolution et négociation. Décembre 2018-Juillet 2019 », note de l’Observatoire de l’Afrique de l’Est n°12, juillet 2019. Voir également May Hassan et Ahmed…

Freedom Peace and Justice. A Glossary of the Third Sudanese Revolution (Barbara Casciarri & Stefano Manfredi)

Working Paper 2_Barbara Casciarri & Stefano Manfredi_A Glossary of the Third Sudanese Revolution_March 2020 Working Paper 2_Barbara Casciarri & Stefano Manfredi_A Glossary of the Third Sudanese Revolution_March 2020

Freedom Peace and Justice. A Glossary of the Third Sudanese Revolution (Barbara Casciarri & Stefano Manfredi).

« The 2018-2019 Sudanese revolution can be analyzed from the perspective of the words people repeated, chanted, shouted, wrote and painted during their persistent, and ultimately successful, struggle for liberation from an oppressive system. Embedding old and new values, and circulating beyond the frontiers of age and gender, and social or regional origins, these words have crafted a common symbolic space within their revolutionary experiences, themselves becoming an actor in the construction of a collective subject and the reshaping of its identity. Based on primary and secondary sources, this glossary provides a sociolinguistic analysis of 46 entries that were chosen due either to their wide-scale occurrence or to their thematic prominence within popular discourse about the revolution, and have been classified into three categories: keywords, slogans and actors ».

Available here:

 

Colloque APAD – Appel à communications

Les circulations dans le Sud global : ethnographies des échanges mondialisés. 
Lomé, 23-26 juin 2020

L’APAD propose pour l’édition 2020 de ses colloques internationaux, co-organisée avec le Département d’Anthropologie et d’Études Africaines de la Faculté des sciences de l’homme et de la société (FSHS) de l’Université de Lomé (Togo), de centrer ses travaux sur les multiples formes de circulation à grande échelle de marchandises, idées, techniques, informations, modèles qui traversent de manière croissante les pays du Sud et les relient au reste du monde.

Il s’agit de revisiter des terrains et des thématiques qui sont au coeur du « tournant global » ayant investi les sciences sociales depuis deux décennies, de discuter de la place qu’y tient l’anthropologie du développement et inversement, de la manière dont elle prend en compte les dynamiques de mondialisation.

Date limite pour proposer une communication : 20 février 2020.

Plus d’informations sur les différents panels ici : https://apad-association.org/colloques/colloque-2020/. 

Conference – Towards a New Social History of Sudan

10-11-12 December 2019, Paris

Organized by Elena Vezzadini (IMAF), Lucie Révilla (LAM Bordeaux), Jean-Nicolas Bach (CEDEJ Khartoum) and Anaël Poussier (Paris 1)

The historiography of modern and contemporary Sudan has been shaped by its political history. Indeed, historians have often been called upon to respond to contemporary crises – civil wars, regime changes, international conflicts – often according to criteria of urgency, at the risk of falling into a certain presentism. In this context, social history, which often requires a slower and punctilious form of research, which does not produce ready-made solutions to the multiple crises in the country, and which put at the centre stage the lives of “ordinary people” has struggled to assert itself on the academic scene.

This conference, which is also a research program, aims to put « ordinary people », women and men, back at the center of Sudan’s modern and contemporary history. From the outset, we wish to emphasize that the term « ordinary people » should neither hide nor flatten the teeming complexity of Sudanese society. We also wish to consider all the dimensions related to the history of « exceptionally normal » people: their daily lives, beliefs, horizons and desires, their interconnections and circulations, while never forgetting the diversity of the various actors, be it related to their social class or their origin.

Taking the social history of « ordinary people », including those of the marginalized peripheries, as a starting point for historical research opens up new perspectives, not only on the political history of the country, but also on the changes, breaks and crises that the country has gone through. This includes the understanding of great popular revolutionary episodes that have been pivotal for its history, such as the one that has been taking place since December 2018 and brought the end of Omar al-Bashir’s regime (1989-2019).

Registration and program link here.

Sources: An Interdisciplinary journal on materials and their uses in African Studies

Sources grew out of the observation that academic journals tend to encourage theoretical and epistemological advances at the expense of the field materials under analysis. This journal’s mission is twofold: first, to resituate at the core of the articles the materials upon which researchers produce their reflections, while providing direct access to these materials; and second, to present analyses focusing on the contexts surrounding the production of these materials and their uses. This return to sources deriving from field work will take place in conjunction with topical thematics in African and Africana studies in the social sciences and humanities and will promote interdisciplinary dialogue. Sources thus aspires to restore full visibility to iteration for producing theoretical insights, that is, the movement back and forth between a research problem and the field, between interpretation and data.
More information on this journal down below (English and French).

 

Environmental Knowledge and Nature(s) in Africa: Collecting, Producing and Analysing Research Materials

Call for papers for Sources: An Interdisciplinary journal on materials and their uses in African Studies.

This issue of the journal Sources, forthcoming in 2021, would like to place at the center of reflection those objects that have become research materials and have participated and, for some, still participate in the production, transmission and discussion of naturalistic and environmental knowledge in Africa and about Africa.

More information on this call for papers down below (English and French).

Soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

Please find Below the recent releases from Politique Aricaine and FASOPO for the support of our colleagues Fariba Adelkhak and Roland Marchal, who have been detained in Iran since June. Our thoughts go to them, their families, relatives and our colleagues.

Support letter from ACPA for our friends and colleagues

Fariba Adelkhah and Roland Marchal, scientific prisoners in Iran

The news of the arrest of our friend and colleague Roland Marchal, CNRS researcher at the Centre for international relations (CERI) at Sciences Po and chief editor of our journal Politique africaine from 2002 to 2006 was announced in the French press on the 15th of October.

He was arrested early June, along with another of our dear friends and colleagues, Fariba Adelkhah, research director at CERI, Sciences Po and an expert on Iran. He has similarly been incarcerated in Tehran, in Evin prison, for more than four months. Revealing Roland’s name or not, was discussed at length among his relatives and colleagues after only Fariba’s name was revealed in Iran in July. We eventually took the decision to not release his name to the press, following the advice of the French Ministry of Foreign Affairs, but also taking into account the experiences of colleagues from other countries who have also been imprisoned in Iran and especially the risks faced by our friends and by those who work to help them in Iran. For the last four months, the silence kept by our entire academic community but also by the informed journalists was remarkable. This is the manifestation of both a great solidarity and an extreme prudence necessary to address a particularly complex and worrying situation.

Roland is an internationally recognized sociologist, a great specialist of Africa and a very hard working, rigorous and solid researcher. He has been doing fieldwork for several decades on conflicts in Somalia, Chad, Sudan, Central African Republic and more recently in Mali. No doubt that he did not imagine that it would be in Iran, which is remote from his areas of expertise, that he would be arrested and charged with a « threat to the security of the state ».

We are deeply affected and revolted by our colleagues’ long and unfounded incarceration. We are in full support of the action of the European academic association of FASOPO (Fonds d’analyse des sociétés politiques), of which Fariba and Roland are founding members. As soon as they were arrested, FASOPO immediately mobilized a community of researchers. We stand with them to reiterate the call for their immediate release, and the suspension of all scientific and cultural cooperation with Iran. We call on French and European universities to immediately interrupt their exchanges with Iran, both in the field of hard sciences and social sciences. We also call on academics around the world to express their solidarity with our friends and colleagues and with all academic prisoners held in Iran.

Fariba and Roland are of the same style: that of intellectuals extremely active on the academic scene, totally devoted to their research and driven by values of intellectual honesty and professional ethics far removed from the accusations they are now facing. These are two strong voices from the academic field that, in addition to being sorely missed by their family, friends and colleagues, are also missing to our scientific community.

We express our unwavering support to them and their families and ensure we will remain mobilized until their release. Please disseminate this information as widely as possible in your African and international networks.

You can find the FASOPO press release on the FASOPO website where you will find a press review, the biographies of Fariba and Roland and the press releases translated in several languages.


 

Laurent Fourchard (Outgoing President of ACPA) and Sandrine Perrot (President of ACPA)

For the Associations des Chercheurs de Politique africaine (ACPA)

Ci-dessous le communiqué du FASOPO sur la détention de nos deux amis Fariba Adelkhah et Roland Marchal, prisonniers scientifiques.

http://www.fasopo.org

Détention de deux chercheurs français en Iran

Le Figaro a pris la responsabilité de rendre publique la détention en Iran de Roland Marchal que nous avions tenue confidentielle sur la recommandation du ministère français des Affaires étrangères, après que des réseaux sociaux iraniens eurent communiqué l’arrestation de la seule Fariba Adelkhah, à la mi-juillet. Cette discrétion semblait préférable aux autorités françaises qui s’étaient immédiatement engagées, au plus haut niveau, pour obtenir la libération de nos collègues dès que nous avions signalé leur disparition, le 25 juin, mais souhaitaient éviter toute surenchère nationaliste à Téhéran. Elle nous le semblait aussi a vu des expériences des collègues étrangers s’étant trouvés dans la même situation, qui soulignaient combien la mobilisation médiatique « occidentale » avait été soit inutile, soit pire, contre-productive en risquant d’aggraver les conditions de détention des prisonniers scientifiques et les perspectives de libération.
L’arrestation concomitante de Fariba Adelkhah et Roland Marchal semble en fait remonter au 5 juin. Tout l’été, les autorités françaises ont poursuivi leurs efforts. Elles n’ont obtenu d’exercer leur droit de visite consulaire que pour Roland Marchal, et non pour Fariba Adelkhah dont le gouvernement iranien ne reconnaît pas la nationalité française, conformément à sa doctrine. Nos deux collègues bénéficient par ailleurs de l’assistance d’un avocat. A ce jour, ils restent soumis à des interrogatoires dans l’aile de la prison d’Evin que gèrent les Gardiens de la Révolution.
Nous ne ferons aucun commentaire sur les affirmations du Figaro quant aux éventuelles tractations entre Paris et Téhéran dont feraient l’objet Fariba Adelkhah et Roland Marchal, car nous ne disposons d’aucune information vérifiée et vérifiable en la matière.
Nous rappelons que les arrestations d’universitaires étrangers se sont multipliées ces derniers temps en Iran, et que le cas de Fariba Adelkhah et Roland Marchal est loin d’être isolé. Nous savons par ailleurs que nombre d’universitaires iraniens sont emprisonnés pour des raisons politiques, sur la base d’inculpations fantaisistes.
En même temps que notre solidarité avec nos deux collègues, nous tenons à exprimer nos remerciements et notre reconnaissance aux diplomates et aux responsables politiques français pour leur action, discrète mais déterminée.
Rien ne justifie l’incarcération de Fariba Adelkhah et Roland Marchal. Ces derniers ont des activités strictement universitaires, n’ont aucun lien avec quelque service de renseignement que ce soit, ne mènent aucune activité politique en Iran. Toute allégation quant à leur implication dans des opérations d’espionnage ou de déstabilisation est grotesque, et ne devrait que provoquer le fou-rire pour qui connaît leur itinéraire professionnel et personnel, s’il ne s’agissait de leur liberté et de leur santé. La triste réalité est que les Gardiens de la Révolution les ont pris en gage pour on ne sait quel marchandage qui ne les concerne en rien, et selon un jeu de pouvoir tributaire du contexte régional qu’a créé l’administration Trump dans son bras de fer avec l’Iran.
Prenant acte du mépris de la liberté scientifique que manifestent les autorités iraniennes, et du danger que courent les universitaires qui se rendent en Iran, le Réseau européen d’analyse des sociétés politiques réitère sa demande aux institutions scientifiques et universitaires européennes de suspendre immédiatement toutes formes de coopération avec ce pays, autres que l’accueil en leur sein des étudiants iraniens, tout en exprimant sa confraternité avec les enseignants et chercheurs iraniens confrontés à l’arbitraire de l’appareil sécuritaire de la République islamique.

Le FASOPO

Towards a New Social History of Sudan – Conference Call for Paper (English-French)

http://imaf.cnrs.fr/IMG/pdf/conference_presentation_18.9_jnb.pdf

Location: IMAF/Paris 1, Paris Pantheon SorbonneOrganised by: IMAF/CEDEJ Khartoum/Paris 1/CNRS Date: 10-11-12 December 2019

Presentation

The historiography of modern and contemporary Sudan has been shaped by its political history. Indeed, historians have often been called upon to respond to contemporary crises – civil wars, regime changes, international conflicts – often according to criteria of urgency, at the risk of falling into a certain presentism. In this context, social history, which often requires a slower and punctilious form of research, which does not produce ready-made solutions to the multiple crises in the country, and which put at the centre stage the lives of “ordinary people” (Bayat 2013), has struggled to assert itself on the academic scene. An obvious example of this pattern is the scarcity of academic works on the history of Sudanese women, with the exception of the controversial issue of female genital mutilation. In spite of some recent publications (Brown 2017), in-depth research on themes such as women and arts, the history of women as a changing labour force, the history of the family and its margins, and so on, is still waiting to be carried out by historians.

This conference, which is also a research program, aims to put « ordinary people », women and men, back at the center of Sudan’s modern and contemporary history. From the outset, we wish to emphasize that the term « ordinary people » should neither hide nor flatten the teeming complexity of Sudanese society – used heuristically in the context of social history, it refers to individuals, groups, and social classes whose history is seldom visible or investigated, and who cannot be assimilated to the elites who dominate the country’s political and economic life. We also wish to consider all the dimensions related to the history of « exceptionally normal » people (according to the famous catchwords by one of the main advocates of micro-history, Eduardo Grendi 1977): their daily lives, beliefs, horizons and desires, their interconnections and circulations, while never forgetting the diversity of the various actors, be it related to their social class or their origin. Micro-history is not restricted to European history, and has inspired many studies in both Middle Eastern and African history (for instance in South African historiography). It has also several elements of affinity with non-Europeans historiographic trends such as the Subaltern Studies. In spite of their acknowledged differences, we believe that the crossing of such approaches can lead to new insights into the history of grassroots actors. Finally, social history has traditionally relied on a heterogeneity of disciplines. Thus, we wish that this conference may be enriched by the inputs of sister disciplines such as historical sociology, anthropology, gender studies, micro-history of economics, demography, and so on.

Taking the social history of « ordinary people », including those of the marginalized peripheries, as a starting point for historical research opens up new perspectives, not only on the political history of the country, but also on the changes, breaks and crises that the country has gone through. This

1

includes the understanding of great popular revolutionary episodes that have been pivotal for its history, such as the one that has been taking place since December 2018 and brought the end of Omar al-Bashir’s regime (1989-2019).

The historiographical gap we have just described, however, does not mean the absence of historians’ interest for social history. The problem is rather the scarcity of opportunities to induce synergies among them, to meet and debate with each-other approaches and methodological differences, and to discuss about future developments. One of the main objectives of this conference is thus to give historians of Sudanese society a venue to meet and discuss. This will, hopefully, give more visibility and impact to social history in all its variations.

The conference will take place in Paris, at the University of Paris 1, Panthéon-Sorbonne, on the 10,11, and 12 December 2019. Each day will be introduced by a keynote speaker. Contributions on the following themes, from the perspective of social history, are particularly welcome :

  • –  women’s history (possible themes: history of women’s work, the history of women and arts, the history of the family and its margins).

  • –  labour history (such as: the history of trade unions, the history of the changing working conditions, left-wing cultures).

  • –  the history of mobilizations (grassroots mobilizations, the history of how ordinary people experience politics, the gendering of politics, etc.).

  • –  Historiography and the construction of historical knowledge.

  • –  Intellectual history “from below”.

    Scholarships will be available to cover the travel costs for two or three Master or PhD students traveling from Sudan. Students from Sudan should contact us well in advance for settling all issues related to visa.

    Abstracts of no more than 500 words should be sent by 15 October 2019. The document should also include: title, author’s name, telephone number, email address, affiliation, and of course abstract.

    Because we aim to publish the papers of the contributors to the conference, we strongly encourage participants to submit a full draft (5,000-8,000 words) by 30 November 2019, so that they may be circulated among the contributors and given a feedback.

    Contact info (NB: if you write to one of us, please put the others in CC) Elena Vezzadini, elena.vezzadini@univ-paris1.fr
    Anael Poussier, poussier.anael@gmail.com
    Jean-Nicolas Bach: jeannicolas.bach@cedejkhartoum.com

page2image1501231168page2image1501231440page2image1501231712page2image1501231984page2image1501232320page2image1501232592

2

Pour une nouvelle histoire sociale du Soudan

Lieu : IMAF/Paris 1, Paris Panthéon Sorbonne
Rattachements institutionnels : IMAF/CNRS/Paris 1/CEDEJ KhartoumDate : 10-11-12 décembre 2019

Argumentaire

L’historiographie du Soudan moderne et contemporain est fortement marquée par l’histoire politique de ce pays. En effet, les historien.e.s ont souvent été appelé.e.s à répondre aux crises contemporaines – guerres civiles, changements de régime, conflits internationaux – souvent selon des critères d’urgence, au risque de verser dans un certain présentisme. Dans ce contexte, l’histoire sociale, qui demande souvent une forme de recherche plus lente et pointilleuse, qui ne dégage pas de solutions toutes faites aux crises multiples du pays, et qui s’intéresse aux vies des « gens ordinaires » (Bayat 2013), a eu du mal à s’imposer dans la recherche universitaire sur le Soudan. Un exemple évident est la pauvreté de travaux sur l’histoire des femmes, à l’exception du thème très controversé de l’excision. Malgré quelques études récentes (Brown 2017), des recherches pointues sur des thèmes comme les femmes dans les arts, l’histoire des femmes dans le monde du travail, l’histoire de la famille et de ses marges, doivent encore être écrites.

Cette conférence, qui est également un programme de recherche, souhaite remettre au centre de l’histoire moderne et contemporaine du Soudan les « gens ordinaires ». D’emblée, nous soulignons que le terme ne veut ni masquer ni aplatir la foisonnante complexité de la société soudanaise ; utilisé de manière heuristique dans le contexte de l’histoire sociale, il désigne les individus, groupes, et classes sociales qui se situent en dehors des élites politiques ou économiques au centre de la vie politique du pays, et dont l’histoire est peu visible et peu ‘vue’. Nous souhaitons également nous intéresser à tous les thèmes liés à l’histoire des gens « exceptionnellement normaux » (Grendi 1977) : le quotidien, les croyances, les horizons et désirs, dans toute leur diversité selon classe sociale et origine, mais aussi dans tous leurs liens et circulations. Même si la microhistoire a surtout marqué l’historiographie européenne, elle a inspiré aussi des nombreuses études en histoire du Moyen Orient et de l’Afrique (voir l’historiographie de l’Afrique du Sud). Elle a aussi des affinités avec des historiographies non-européennes comme les Études subalternes (malgré leurs différences reconnues). Nous croyons que le croisement de ces approches ne peut que mener à une meilleure connaissance des acteurs et actrices « ordinaires ». Enfin, l’histoire sociale s’est traditionnellement servie d’une hétérogénéité de champs de savoir. Ainsi nous souhaiterions que cette conférence soit irriguée par une famille de disciplines sœurs : la sociologie historique, l’anthropologie, les études de genre, la micro-histoire de l’économie, la démographie, etc.

Partir de l’histoire sociale des « gens ordinaires » ouvre de nouvelles perspectives non seulement sur l’histoire politique du pays, mais aussi sur les changements, ruptures et crises que le pays a traversées. Cela inclut les grands épisodes révolutionnaires qui ont marqué son histoire, comme

3

celui qui est en train d’avoir lieu depuis décembre 2018 et qui a amené la fin du régime d’Omar al- Bashir (1989-2019).

La pénurie historiographique que nous avons décrit, cependant, ne signifie pas l’absence d’historien.ne.s interessée.e.s à ces questions. Le problème est plutôt un manque de visibilité et d’opportunités pour créer des synergies entre nous, de se rencontrer et débattre des différentes approches, méthodologies, et développements possibles. L’un des objectifs principaux de cette conférence, donc, est de créer cet espace d’échange entre les historien.ne.s du Soudan, mais aussi entre chercheurs d’autres disciplines qui adoptent une approche d’histoire sociale. Nous espérons que cela donnera plus de visibilité et d’impact à l’histoire sociale dans toutes ses variations.

La conférence aura lieu à Paris, à l’Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, le 10-11-12 décembre 2019. Chaque jour sera introduit par un.e orateur.e principal.e. Des recherches sur les thèmes suivants, dans une perspective d’histoire sociale, seront privilégiés :

  • –  Histoire des femmes (thèmes possibles : une historie du travail féminin, les femmes et les arts, l’histoire de la famille et de ses marges).

  • –  Histoire du travail (l’histoire des syndicats, l’histoire des conditions du travail, les cultures de gauche).

  • –  Histoire des mobilisations (mobilisations populaires, l’expérience de la politique des « gens ordinaires », politique et genre).

  • –  L’historiographie et la construction de la connaissance historique.

  • –  Histoire intellectuelle « par le bas ».

    Des fonds sont mis à dispositions pour 2 à 3 étudiant.e.s soudanais.e.s en master ou thèse pour couvrir les frais de déplacement. Les citoyens.e.s soudanais.e.s n’ayant pas de visa doivent contacter rapidement les organisateurs afin d’anticiper au mieux les formalités liées avec l’obtention du visa.

    Le résumé (env. 500 mots) devra être envoyé avant le 15 octobre 2019 et inclure : Nom et prénom, numéro de téléphone, email, affiliation.

    Une première version des contributions devra obligatoirement être envoyée avant le 30 novembre 2019.

    Information de contact (NB : si vous écrivez à l’un.e, mettez les autres en copie, merci) :

    Elena Vezzadini, elena.vezzadini@univ-paris1.fr
    Anael Poussier, poussier.anael@gmail.com
    Jean-Nicolas Bach: jeannicolas.bach@cedejkhartoum.com