Archives de catégorie : Publications

Parution n°1 Revue « SOUrces »

 

Responsable pour le CEDEJ Khartoum, Luisa Arango. Contact: arangocuervo@unistra.fr  

Rédactrices en chef: Marie-Aude Fouéré et Ophélie Rillon,

Chargé d’édition: Bastien Miraucourt

Cher.e.s collègues,

Nous avons l’immense plaisir de vous informer de la sortie du premier numéro de la revue inter-UMIFRE « Afrique » et de LAM (Les Afriques dans le monde): « Sources. Matériaux & Terrains en études africaines ».

Cette revue biannuelle et trilingue (anglais, français, portugais) est entièrement en accès ouvert. Elle se donne une mission originale au sein des revues universitaires en SHS : placer au cœur de la réflexion les matériaux de terrain, c’est-à-dire les objets empiriques produits – et le plus souvent coproduits – par les chercheur·e·s dans une situation particulière d’enquête et selon des méthodes spécifiques qui conditionnent le raisonnement et l’élaboration d’énoncés théoriques.

Son premier dossier est un Varia disponible à cette adresse : https://www.sources-journal.org/76.

Nous vous invitons à lire l’introduction qui théorise la ligne éditoriale de la revue et expose ses objectifs, ainsi que les six articles qui l’exemplifient. Ceux-ci prennent pour objet les sources les plus matérielles, à l’exemple des briques au Soudan méroïtique (Gabrielle Choimet), en passant par des documents écrits – courriers aux lecteurs dans la presse nigériane des années 1940-1950 (Sara Panata), imprimés politiques distribués lors d’une campagne électorale au Kenya en 2013 (Chloé Josse-Durand) et écrits comptables de l’administration soudanaise mahdiste au xixe siècle (Anaël Poussier) – jusqu’à des sources numériques en contexte mozambicain contemporain (Rozenn Nakanabo Diallo) et des matériaux musicaux, ici des gospels, du temps de la guerre au Burundi (Ariel Fabrice Ntahomvukiye).

Ce premier dossier se clôt sur la rubrique « Dans l’atelier des archives numériques » composée d’un entretien avec l’historien Vincent Hiribarren qui analyse les enjeux du double tournant archivistique et numérique en Afrique.

Deux dossiers thématiques sur la Violence et sur les Savoirs environnementaux sont en préparation. Un appel permanent à articles en varia et à dossiers thématiques est également ouvert.

Vous pouvez retrouver les informations sur la revue ici :
https://www.sources-journal.org/351
En anglais :
https://www.sources-journal.org/350

Pour toute question sur la revue, une seule adresse :
sources@services.cnrs.fr

En vous souhaitant une excellente lecture !
Très cordialement,

Marie-Aude Fouéré et Ophélie Rillon (rédactrices en chef), Bastien Miraucourt (chargé d’édition) ainsi que tou.te.s les membres du comité de rédaction

La « transition » soudanaise vue des périphéries – Jérôme tubiana

OAE TUBIANA Note 15 Transition Soudan vue des périphéries Octobre 2019

 

Introduction

Les périphéries du Soudan sont au cœur des conflits qui se succèdent dans le pays de manière quasiment continue depuis son indépendance en 1956. Leur rapport asymétrique avec un « pouvoir central » caractérisé par une centralisation extrême peut même être considéré comme la cause essentielle de ces conflits. L’incapacité du « centre » à mettre fin à cette asymétrie et à unir le pays explique aussi la longévité de ces conflits dans les « two areas » des monts Nuba et du Nil bleu, s’ajoutant au conflit du Darfour et conduisant à la séparation du Soudan du Sud en 2011.

La période de « transition » actuellement en cours au Soudan semble, depuis le début des manifestations qui l’ont déclenchée en décembre 2011[1], reproduire en grande partie cette dichotomie entre centre et périphéries, où le « centre » historique se réduit à la capitale elle-même. La couverture médiatique et les discours militants ont souvent, consciemment ou non, reproduit un schéma plus ancien reléguant les citoyens des périphéries au rôle d’acteurs extérieurs ou de simples spectateurs condamnés à accepter les changements se jouant dans la capitale.

Pourtant, les acteurs du centre savent que ce sont les guerres dans les périphéries – celle du Sud-Soudan et celles qui se poursuivent au Darfour, dans les monts Nuba et au Nil Bleu – qui, après avoir longtemps justifié le maintien au pouvoir d’une junte militaro-islamiste consacrant l’essentiel de son budget à des dépenses militaires et sécuritaires, ont provoqué sa chute. D’une part, la séparation du Soudan du Sud a causé une crise économique sans précédent ; d’autre part, la continuation de la guerre au Darfour a rendu le régime dépendant de milices locales qui, comme certains au sein même du régime le craignaient, ont fini par se retourner contre leur maître.

La persistance de la dichotomie entre le centre et les périphéries soudanaises, en particulier les périphéries en guerre, est d’autant plus frappante et inquiétante qu’elle semble résister à une tout autre réalité démographique. Une grande partie de la population des périphéries s’est désormais établie, notamment poussée par la guerre et l’absence d’opportunités économiques, dans le centre : à Khartoum même, dans les zones agricoles de la Jezira, à Gedaref, etc. Si on additionne ces populations à celles restées dans les périphéries, on peut aisément estimer qu’elles constituent au moins la moitié de la population soudanaise : une majorité silencieuse qu’on a parfois qualifiée, depuis la séparation du Soudan du Sud, de « Nouveau Sud » – tant le sentiment que le centre aura toujours besoin d’un « Sud » à exploiter et marginaliser est resté prégnant depuis 2011.

La présente note analyse les raisons de la faible représentation des périphéries en guerre, en particulier du Darfour, dans la « transition » en cours. Elle analysera aussi les risques que cette nouvelle marginalisation pourrait faire peser sur la transition, les acteurs du Darfour n’entendant plus être marginalisés et pouvant désormais compter sur une force militaire sans précédent, capable de rivaliser avec le centre mais aussi de déstabiliser encore davantage le Soudan, sinon la région.

[1] Pour une présentation de la crise, voir Jean-Nicolas Bach Bach, « Ramadan de sang. Le Soudan entre révolution et négociation. Décembre 2018-Juillet 2019 », note de l’Observatoire de l’Afrique de l’Est n°12, juillet 2019. Voir également May Hassan et Ahmed…

Freedom Peace and Justice. A Glossary of the Third Sudanese Revolution (Barbara Casciarri & Stefano Manfredi)

Working Paper 2_Barbara Casciarri & Stefano Manfredi_A Glossary of the Third Sudanese Revolution_March 2020 Working Paper 2_Barbara Casciarri & Stefano Manfredi_A Glossary of the Third Sudanese Revolution_March 2020

Freedom Peace and Justice. A Glossary of the Third Sudanese Revolution (Barbara Casciarri & Stefano Manfredi).

« The 2018-2019 Sudanese revolution can be analyzed from the perspective of the words people repeated, chanted, shouted, wrote and painted during their persistent, and ultimately successful, struggle for liberation from an oppressive system. Embedding old and new values, and circulating beyond the frontiers of age and gender, and social or regional origins, these words have crafted a common symbolic space within their revolutionary experiences, themselves becoming an actor in the construction of a collective subject and the reshaping of its identity. Based on primary and secondary sources, this glossary provides a sociolinguistic analysis of 46 entries that were chosen due either to their wide-scale occurrence or to their thematic prominence within popular discourse about the revolution, and have been classified into three categories: keywords, slogans and actors ».

Available here:

 

‘Armed Work and State Reconstruction in South Sudan: Beyond the Peace Deal’

By Nicki KINDERSLEY 

Summary: This paper examines the state of demobilization and security sector reform in South Sudan’s current fragile peace. It outlines the military-security reconstruction work of both the South Sudan government and its armed opposition, which is currently happening outside (and in defiance of) the peace agreement’s terms and control. The paper also sets out current critiques of the peace deal’s security and military provisions: that a ‘payroll peace’ that is structured around buying out military factions is incentivizing rebellion-for-profit and further recruitment; and secondly that this peace through brokerage between military leaders undermines civil state power and authority.

http://www.sciencespo.fr/ceri/fr/content/observatoire-de-l-afrique-de-l-est

Latest Report Observatoire Afrique de l’Est

Dear all, For those who read French, Please find the latest report of the Observatoire de l’Afrique de l’Est (CEDEJ Khartoum-Sciences Po CERI), on this link: https://www.sciencespo.fr/ceri/sites/sciencespo.fr.ceri/files/OAE_oct18.pdf

Lutter et contester au Soudan (2009-2018)Note 6 Observatoire Afrique de l’Est, octobre 2018par Clément DESHAYES – Université Paris 8 Laboratoire LAVUE

Résumé: Le Soudan connaît depuis une dizaine d’année un cycle de protestations et de contestations sur fond de crise économique, d’essoufflement du régime militaro-islamiste d’Omar el-Béchir, de guerre civile au Darfour, dans le Nil Bleu et les Monts Noubas et de séparation du Soudan du Sud. Ces protestations protéiformes et parfois innovantes font évoluer le répertoire de l’action collective traditionnel et sont bien souvent une remise en cause de l’ordre politique. Cette note explore l’évolution des formes de mobilisations sociales au Soudan depuis une dizaine d’année ainsi que les rapports qu’entretiennent les mouvements sociaux avec la répression en s’intéressant aux acteurs mais surtout aux pratiques militantes déployées au sein de l’espace social de la contestation.
Reports of the Observatoire are available here: http://www.sciencespo.fr/ceri/fr/content/observatoire-de-l-afrique-de-l-est

Publication : Enseigner l’histoire à l’heure de l’ébranlement colonial. Soudan, Égypte, empire britannique (1943-1960)

Le CEDEJ est heureux de vous annoncer la publication de l’ouvrage

 

« Enseigner l’histoire à l’heure de l’ébranlement colonial. Soudan,Égypte, empire britannique (1943-1960) »

Alors que les combats de la Seconde Guerre mondiale achevaient de dissoudre le mythe de la supériorité de l’homme blanc, le Soudan était disputé par ses deux maîtres officiels, la Grande-Bretagne et l’Égypte. Le territoire s’acheminait-il vers l’indépendance ou une union politique avec son voisin méditerranéen ? La rivalité anglo-égyptienne, couplée à un impérialisme britannique soucieux de « préparer » les sociétés africaines à la souveraineté nationale, déboucha sur l’unification hâtive du Nord et du Sud-Soudan en 1947. Parvenues à des positions de pouvoir une décennie avant l’indépendance (1956), les élites du Nord s’attachèrent à faire du Soudan, pays à forte pluralité ethnolinguistique et religieuse, un État-nation arabe et musulman.

Dans ce contexte, un nouvel enseignement d’histoire fut élaboré pour les écoles élémentaires soudanaises. Quels en étaient les acteurs, les récits, les pratiques ? Cet ouvrage décortique les représentations, les apprentissages et les rapports sociaux sous-tendant la production et l’usage de manuels en langue arabe dans le Soudan colonial tardif. L’auteure propose également un éclairage comparatif sur l’histoire enseignée dans d’autres territoires de l’empire britannique en voie d’émiettement.

Ce livre offre de nouvelles clés de compréhension d’une séquence charnière dans l’histoire du monde contemporain. Au regard de l’actualité plus récente, il montre quel rôle l’histoire scolaire a pu jouer dans l’éclatement du cadre national soudanais après 1956, aboutissant à la scission du Soudan en deux États en 2011.

 

Iris Seri-Hersch est maître de conférences au Département d’études moyen-orientales (DEMO) d’Aix-Marseille Université et rattachée à l’Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (IREMAM). Ses travaux portent sur l’histoire contemporaine du Soudan et de l’espace israélo-palestinien.

 

PUBLICATION – « La caserma e la moschea Militari e islamisti al potere in Sudan », by Giorgio Musso

CEDEJ Khartoum is pleased to announce the following publication (in Italian):

La caserma e la moschea

Edizione: 2017

La contrapposizione tra apparati militari e movimenti islamisti è uno dei temi ricorrenti della storia contemporanea del mondo arabo. Il Sudan ha costituito l’unica eccezione a questa consolidata rivalità, grazie alla spregiudicatezza del carismatico Hasan al-Turabi, architetto del colpo di Stato che nel 1989 ha dato vita a un’insolita coalizione tra militari e islamisti. Il regime sudanese, tuttavia, non è riuscito a rappresentare un’“alternativa islamica” rispetto al modello autoritario dominante nel mondo arabo, ma ne ha assunto i caratteri violenti e alienanti. Esacerbando le fratture identitarie, esso si è spinto fino a compromettere l’unità del paese, rotta dalla secessione del Sud nel 2011. Ricostruendo una storia poco nota, il volume offre un punto di vista originale su quell’intreccio tra islamismo, conflitti armati e aspirazioni democratiche che costituisce la cifra della politica araba attuale.

PUBLICATION – Insécurité foncière généralisée à Khartoum : quand les titres de propriété ne protègent plus des prédations publiques, Alice Franck

Le CEDEJ Khartoum est heureux d’annoncer la dernière publication d’Alice Franck, géographe, maître de conférences à Paris 1 Panthéon-Sorbonne et ancienne coordinatrice du CEDEJ Khartoum :

« Insécurité foncière généralisée à Khartoum : quand les titres de propriété ne protègent plus des prédations publiques », Métropolitiques, 11 novembre 2016.

Cliquez ici pour accéder à l’article complet.

Katarzyna Grabska’s recent publication in « Networks of Knowledge Production in Sudan. Identities, Mobilities, and Technologies »

CEDEJ Khartoum is happy to announce Katarzyna Grabska’s recent publication of a chapter entitled Eritrean Migratory Trajectories of Adolescence in Khartoum: (Im)mobility,  Identities, and Social Media in the collective book « Networks of Knowledge Production in Sudan. Identities, Mobilities, and Technologies » edited by Sondra Hale and Gada Kadoda (Lexington Books, Sept. 2016).

Dr Katarzyna Grabska is an associate researcher at CEDEJ Khartoum.51anycr4mil.

PUBLICATION – Exclusive Universities: Use and Misuse of Affirmative Action in Sudanese Higher Education, By Elise TENRET

CEDEJ Khartoum is pleased to announce Elise Tenret’s recent publication « Exclusive Universities: Use and Misuse of Affirmative Action in Sudanese Higher Education » in Comparative Education Review (May 2016).

 

Abstract:

Although characterized by repeated ethnic conflicts, Sudan has implemented affirmative action at universities since the 1970s for students coming from war zones and remote areas. The implementation of compensatory measures has been promoted—somehow imposed—by the several peace treaties and by the massive expansion of higher education during the 1990s. The former have led to the creation of “special admission,” mainly for students coming from conflict zones; the latter has led to the creation of “state admissions,” which favor local recruitment for the newly created universities. However, those measures have proved inefficient for several reasons: first, the lack of consistency of the policy; second, the lack of political will; third, the lack of monitoring. The wider context—the liberalization of higher education and the independence of South Sudan—has also contributed to diminishing the scope of the policy.◼

Elise Tenret, « Exclusive Universities: Use and Misuse of Affirmative Action in Sudanese Higher Education, » Comparative Education Review 60, no. 2 (May 2016): 375-402.

PUBLICATION – Pathways of Accumulation in Sudan: The Case of Darfurian Cross-Border Traders, by Raphaëlle Chevrillon-Guibert

CEDEJ Khartoum is pleased to announce Raphaëlle Chevrillon-Guibert’s recent publication : « Les commerçants zaghawa du Darfour (Soudan) : des passeurs de frontières » [Pathways of Accumulation in Sudan: The Case of Darfurian Cross-Border Traders] in Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement.

Continuer la lecture de PUBLICATION – Pathways of Accumulation in Sudan: The Case of Darfurian Cross-Border Traders, by Raphaëlle Chevrillon-Guibert